Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cochons de capitalistes

    Régulièrement, ça nous prend comme ça l'envie d'acheter un appartement. En fait, c'est vrai qu'on regarde toujours les annonces sur les vitrines des agences. Comme ça. Ca nous fait rêver.

    Dernièrement en sortant du Père-Lachaise, on se rend compte qu'un studio de 20-25 m2 dans le 20e, ça se trouve à 130K. Alors, on se dit pourquoi pas ?

    Un investissement sur 15 ans, loué en meublé à 650-700€ avec mensualités de 1000, sans compter la plus-value rapporterait presque 5% par an. Puis après soit on a un appart pour notre futur enfant soit on le revend.

    IDYLLIQUE.

    Alors j'ai visité un appart. Avec des travaux à faire, certes, mais négociable à 120K. Parfait.

     

    Oui mais non.

    Au choix :

    - Nous sommes des trouillards du crédit immo et pensons que nous ne maîtrisons pas assez notre sujet.

    - Nous sommes des grosses faineasses qui n'ont pas envie de compter leurs sous à chaque fin de mois.

    - Nous ne sommes finalement pas assez capitalistes, notre fric est très bien à dormir chez l'écureuil.

    - Nous n'avons même plus la fougue d'aller au devant des soucis, on s'fait vieux.

     

    Allez, dans 6 mois, ça nous reprendra ...

  • Mouarf

  • Légèrement obsessionnelle

    Franchement un coude cassé, ça aide pas à cogiter.

    A moins que ça ne soit le cocktail d'antibio pr la bronchite, la morphine, la caféine, le paracétamol, le dextropopoxiphène pour la douleur, la levure de bière pour les cheveux qui se tirent en pagaille, la nicotine et les goudrons pour tenir, et le laroxyl pour dormir.

    Je suis hyper bio-déstabilisée du coup.

    Bon et j'ai appris qu'une de mes anciennes collègues étaient en cloque. Et j'ai une fâcheuse tendance à juger de qui a l'honneur pour moi de goûter à ce genre de choses.

    Non pas que je souhaite le malheur de quiconque mais ça me fout en rogne de voir à quel point la vie est dégueu.

    Non mais quoi, elle avait pas de mec, elle a pas d'appart et pas de papier (ce qui est un autre débat puisqu'elle paie ses impôts et a un cdi depuis un bout de temps, bref.). Je sais, ça n'empêche rien et à ce que je constate autour de moi, c'est surtout la trentaine qui a un effet dévastateur sur les gonzesses. Ou comment se foutre la pression toute seule.

    Pauvres mômes.

    (oui, je suis aigrie, j'assume, na).