Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Et toi, t'as fait quoi de ton week-end ?

    Il est dimanche soir, il est presque minuit et je viens de me lever.

    Je viens de commencer mon repas par un paracétamol, un coup de pivalone dans le nez et un coup de thiovalone dans la gorge, et mon indétrônable Oligobs 28.

    Oh non, ne vas pas croire que j'ai un syndrôme grippal, ça fait déjà deux fois qu'on me le sort celui-là. Alors qu'en fait, ben, je suis juste bien en phase avec ma web-pacsée.

    J'ai donc dormi 34 heures depuis vendredi soir 19 heures. J'ai mal au crâne, j'ai le nez bouché et je tousse. Oh, j'ai bien essayé de faire le combo magné-B6 + Oligobs 28, ça n'a résulté qu'un transit TRES liquide.

    D'ailleurs, maintenant, dès qu'une fille me dit qu'elle fait son traitement automnal magné-B6, je checke s'il y a des toilettes à proximité, sait-on jamais qu'elle ait une urgence.

    En tout cas, l'Oligobs 28 a bien tenu ses promesses, aucun syndrôme pré-menstruel, mais alors dès que la marée haute se déclenche, ben tu finis quand même au lit. Va falloir trouver autre chose.

    J'ai mangé une banane et des Fine Sticks d'After Eight. Encore la grande arnaque de Noël. Les Fine Sticks, c'est dégueulasse. Les After Eight, c'est à se damner, les Fine Sticks à gerber. Et j'ai commencé à les manger la semaine dernière. Donc mon avis est sûr et définitif. La vie ça suce, les Fine Sticks, ça sucks, as Christmas.

    Sinon, cette semaine pour cause de surmenage, vous avez échappé :

    - au sujet polémique numéro deux : est-ce grave d'attendre la deuxième échappée de caca par la Little Swimmers XS avant de s'échapper fissa ni vu ni connu de la piscine ? Ou pourquoi punir ton enfant de la défaillance technologique ou de la publicité mensongère d'une couche avant qu'il ait profité de ses 10 minutes réglementaires de piscine pour la première fois de sa vie ?

    - au sujet polémique numéro trois : est-ce mal de se réjouir du malheur des autres ? J'veux dire, y a des gens, ils sont cons. Ils sont snobs. Ils sont futiles jusqu'à la racine de leurs cheveux. Oh non, ils ne sont pas niais. Ils vivent juste comme si rien ne pouvait leur arriver. D'ailleurs, ils vivent pour rien. Souvent, ils attendent des plombes pour prendre une décision personnelle, de carrière, etc ... Ils ont tout l'avenir devant eux mieux que les autres, mais ils n'ont pas le temps pour écouter ou regarder les autres. Alors, un jour, quand moi je tombe sur quelqu'un comme ça, qui se prend une belle tuile dans la gueule et qui commence un peu à réfléchir sur le sens de sa vie, je me dis : ah ben enfin, ce n'est pas toujours sur les mêmes que ça tombe, c'est bien fait.

    C'est purement méchant, mais ça fait du bien. C'est grave, docteur ?

    - au sujet polémique numéro quatre : est-ce mal de souhaiter le malheur des autres ? Je sais qu'on en revient un peu au sujet polémique numéro trois, mais c'est sur un autre sujet. Je discutais avec un arnaqueur Piaggio et il voulait me refourguer un déambulateur avec une bulle tellement haute qu'on dirait une planche à voile. Il me disait que l'ancien propriétaire était un VRP parisien, qui, du coup, conduisait en costard et ne prenait pas la pluie. Bien, lui répondis-je, et quand il tombe, il finit en pizza ?

    Il fut forcé d'acquiescer. Je me suis vautrée la tronche à 50 km/h en moto en glissant sur une bande blanche. Et je n'ai rien eu. Et ce n'est pas dû au Saint-Esprit, regarde la tronche de mon blouson et tous les ptits trous devant. On n'est pas en sucre, alors la pluie, on s'en fout complètement, c'est du confort. Par contre, on est fait en os et en chair. Alors mettre un casque INTEGRAL à sa taille (sinon je ne pourrais plus parler sans mâchoire et avoue que ça serait bien dommage), des gants en cuir, un blouson en cuir ou en téflon coqué avec dorsale renforcée, un pantalon coqué en téflon contre les brûlures de glissade ou en cuir et des bottes de moto, c'est avoir l'assurance de se relever après les chutes "banales".

    Oui, ça prend un peu de temps pour s'habiller. Mais c'est quoi par rapport à des heures aux urgences ou à des mois de cicatrisation ou de rééducation ?

    Alors quand je vois un mec en costard cravate sur une moto, une scootrice en doudoune-bottes à talon tous les deux en casque Jet (la remarque est volontairement sexiste car une fille pilote (pas passagère malheureusement) de moto est généralement bien sapée), souvent je me vois à leur souhaiter de tâter du goudron pour comprendre le sens de la vie. C'est grave, docteur ?

     

    Sinon, j'espère que t'as bien visionné le youtube précédent de Tatie Les Piles. Je ne sais pas comment on peut y remédier, mais je trouve ça quand même choquant que les producteurs de cinéma ne dégagent pas un budget pour ces millions de gens qui en auraient besoin. Capitalement parlant, ils se coupent eux-même une part de marché non négligeable, c'est con non ?

     

    On reparle de tout ça la semaine prochaine, si j'arrive à régler mes problèmes d'assurance deux roues, si j'arrive à trouver une assurance trois roues et à prendre livraison comme prévu de mon déambulateur et si on décide de ne pas me noyer sous le boulot, et si je vais réussir à m'endormir aux côtés de Biscotte ronfleur.

    Tchô.

  • Le cinéma, c'est chouette ...

     

    From Tatie les Piles.

     

  • Des gens bons et Laurent Chandemerle

    Des fois, j'ai des idées à la con. Tant que c'est espacé, ça va, mais des fois, je cumule.

    Alors bon.

    Rdv 19h45 dans Paris.

    1ère idée à la con : Prendre ma voiture et me garer dans l'ouest parisien.

    2ème idée à la con : Prendre le métro. J'avais oublié, chui malade dans les transports en commun. Alors le métro ça passe souvent, mais qu'est-ce-que c'est long ...

    3ème idée à la con : être en retard et croire que les gens sont encore plus en retard que moi, alors attendre. Et louper les 25 premières minutes de spectacle.

     

    Interlude.

    Alors il est comment Laurent Chandemerle ?

    Il a une bonne énergie. Malheureusement, désarçonné par le public peu nombreux ce soir là, son énergie fut difficilement communicative. Ses imitations chantées sont plutôt bonnes. Les imitations parlées tant que ça reste sur du comique genre Dubosc ou Djamel, ça va.

    Sinon, ben il nous donne tout, il est vraiment à fond tout du long, mais il manque juste le truc, une mise en scène meilleure, une étincelle.

     

    Deuxième Interlude.

    Alors ils sont comment les blogueurs ?

    Depuis mon unique soirée blogueuse (mais si, le truc où j'étais censée devenir blonde et que je suis ressortie rousse comme d'hab), j'avais la crainte de me retrouver encore avec des melons recouvert de tartan (c'était la mode 2008) qui ne m'aurait même pas adressé la parole. (même si il y a prescription, je tiens à dire qu'il y en avait quand même une avec qui j'avais échangé quelques mots et qui était sympa, arrêtons d'être mauvaise langue).

    Eh bien pas du tout.

    Des gens bons. Des gens qu'on ne regrette pas d'avoir partagé un instant avec eux.

     

    Revenons aux idées à la con. Suite au succès fou d'Alexiane, je me dirige vers la station de métro d'où j'étais venue. Et l'amoureux transi d'Alexiane de me suivre. Je suis hyper-rassurée.

    Et en fait, je suis vraiment malade dans les transports en commun. 5 stations plus tard, je m'échappe du métro, j'appelle le Biscotte qui m'annonce que si je veux faire le trajet en bus, je vais y passer la nuit.

    Je prends le métro suivant. 5 stations plus tard, le souvenir ému du Fishous marinant dans le clou de girofle manque de me faire baptiser les bottes de ma voisine. Je sors, je cours dans les escaliers.

    Ah l'air libre.

    Oh l'église de la porte de Saint-Cloud.

    Ah ben, je ne suis pas rendue comme on dit chez les Brittons du Sud.

    Bien que je voue un culte à Boulogne Billancourt au point de m'y garer, d'aller y faire du shopping des fois (c'est trendy), et de me remémorer le bon vieux temps où j'y résidais, j'aimerais quand même bien qu'ils pensent à mettre des trottoirs et des passages piétons pour traverser le périph à porte de saint cloud.

    Mais j'ai les chevilles souples, et après 3 chevilles tordues, je rejoins vaillamment édouard vaillant et marche.

    Longtemps.

    Très longtemps.

    (Quand j'étais jeune, je portais des docs et je marchais plus vite, me souvenais plus que Marcel Sembat était aussi loin).

    Je rejoins enfin l'entrée de métro Billancourt. Mais en fait je suis garée à la deuxième.

    Il est minuit, je suis chez moi, mes pieds absolument bien conservés dans mes Clarks, un lexo et au lit.

     

    Dernière idée à la con : regarder la météo (il va pleuvoir), prendre ma voiture pour aller au boulot, une heure plus tard, je suis arrivée et il a fait un soleil radieux.

     

    J'veux dormir...