Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le printemps fait réfléchir

    A défaut d'agir.

    J'avais quelque peu perdu cette sensibilité éhontée qui me faisait m'indigner puissamment sur de nombreux sujets, énervement attribué à un état second dû à la présence de l'EBO, mais force est de constater qu'après avoir larvé une semaine dans des contrées fort froides eu égard à leur réputation mais néanmoins ensoleillées, mon seuil de contrariété vient d'exploser en vol depuis mon retour dans ces contrées printanières à la température agréable mais à l'ensoleillement aléatoire.



    1. Plus on monte au nord, plus il fait chaud. C'est quoi ce bordel ? Ce matin, en faisant 20 km vers le nord, j'ai pris 9° de plus dans l'atmosphère. Tout fout le camp.

    2. Quand le printemps arrive, les stations-services sont pleines de kéké-konkon qui font la queue comme des cuculs pour aller laver leur caisse, et te font chier quand toi tu regonfles ton pneu comme tous les deux jours. Songer à changer mon pneu, heureux que j'en ai trois.



    3. La quête du maillot de bain estival semble être totalement compromise suite à mon essayage de 14 modèles au Printemps me renvoyant dans la lumière blafarde d'une cabine d'essayage l'intime conviction que je ferais mieux de passer mon été en djellabah histoire de cacher ce corps difforme.



    4. D'ailleurs je voudrais un corps à la Jennifer Aniston, mais je garde mes nichons. Ceux qui répondront qu'en fait je souhaite un corps de nullipare dompté par le sport auront tout à fait raison. C'est ce que j'avais y a 10 ans et je ne m'en plaignais pas, hormis les nichons, tout change.



    5. D'ailleurs Le Mytho, c'est un film très très bien et très cool comme je les aime. A la différence des femmes du 6ème étage, très bien, mignon mais va falloir m'expliquer comment on peut croire 5 minutes au regard de morue inexpressive de l'actrice espagnole dont Luchini tombe amoureux, et ça par contre j'imagine sans peine ses désirs libidineux de vieil homme rondouillet qui ne vaut plus grandchose. A la différence aussi du discours d'un roi qui m'a donné l'impression d'avoir fait ma bonne action de cours d'histoire/anglais de seconde, un film qui n'en est pas un au regard de la minceur scénaristique pire qu'un film de Nicolas Cage, un film qui aurait du rester une pièce de théâtre avec d'excellents acteurs, au lieu d'une performance d'acteurs certes très réussie mais très chiante sur toile blanche.



    6. Je noterais aussi qu'il faut arrêter d'essayer de croire qu'on peut manger près d'un cinéma. Au début je croyais que c'était parce que j'étais devenue une snobinarde banlieusarde qui ne supporte pas de se retrouver dans un buffet à volonté sino-japonisant à 23€ dans un hangar de fin fond de zone commerciale aubagnaise, mais depuis que j'ai vu des rats s'échapper de la cuisine d'un paradis du fruit tenu par deux indiens qui ne parlent pas français, tout ça en plein milieu d'un centre commercial de banlieue parisienne, je crois que je vais me contenter de chez moi ou du Quick Do, qui, eux, ont une politique d'hygiène généralisée malgré ce qu'on peut en dire.



    7. A noter aussi qu'il faut fuir les castorama, les magasins où il n'y a rien de ce qu'il te faut, où on te balade dans tout le magasin parce que personne ne sait où sont rangées les choses et où il n'y a aucune caisse spéciale handicapés et femmes enceintes, mais que des vieux dont la politesse n'a d'égard que leur odeur.



    8. Plus je grossis, plus mon seuil de tolérance envers les bébés peu obéissants de presque deux ans s'amenuise, et plus le seuil de tolérance du Biscotte envers les bébés peu obéissants de presque deux ans et envers les femmes enceintes s'amenuise. Je pense que ça va bientôt être la guerre nucléaire, un peu plus à l'ouest que prévu.



    9. Plus le temps avance, plus je n'ai aucune patience envers les sups de cons et les manne à d'jeures qui trouvent ça "dommage" que les clients potentiels refusent même de me rencontrer parce que je suis en temps partiel. D'ici à ce qu'on arrive au dommage qu'on n'arrive pas à te placer parce que t'es une femme, il n'y a qu'un pas. On préfère donc rester entre couilles molles dans l'informatique histoire de rester dans son incompétence crasse et ne pas risquer de progresser par l'échange constructif de différents points de vue.


    Et, de là à imaginer qu'il serait plus facile de m'avoir laissé à ma place où à quantité de travail et salaire égal, je facture moins de temps grâce à mon temps partiel qu'une ressource testostéronée, et envoyer cette même ressource faire le job réclamé à une couille molle, plutôt que me payer à rien foutre et garder cette couille molle être moins rentable que moi, je n'y crois plus, laissez-moi agoniser en paix.



    10. Pour finir, je viens donc de décider que la Lapinette suivra la carte scolaire suite à la lecture pour une fois et en totalité l'article ET les commentaires sur le blog d'une caroline influente. Et comme l'écriture a du bon, je ne lâcherais plus qu'un "pauvres gens" à l'attention de tous ces bouseux qui se froissent leurs deux neurones à essayer de gruger un système qu'ils ont réclamé, et à vouloir faire faire 14 options langues à leurs minots pour qu'ils finissent scribouillards de powerpoint dans une boîte hyper-branchée de la Kapital, et à se persuader que ce sont les minots qui veulent faire tout ça non pas bien entendu parce que leurs géniteurs leur ont lobotomisé le cerveau depuis leur plus tendre enfance mais parce que c'est bien connu l'adolescent est un être assoiffé de connaissance et d'érudition et qu'il pense déjà à son futur avenir professionnel. On leur a dit aussi qu'on n'utilisait peut-être qu'un petit pourcent de ce qu'on a appris en cours à l'école dans le quotidien d'un adulte, et que l'éducation ça se fait en société, en famille, au contact des autres, dans les clubs de sport, dans les jardins publics, à la queue d'une caisse de supermarché, dans un wagon de tgv, etc ??? Non, hein ? Elitisme égoïste puant, quand tu nous tiens.



    Sur ce, je vous laisse cogiter, je reviendrais bien m'énerver ici de temps en temps, quand le temps me reviendra, que l'humeur se fera moins maussade, que le sommeil se fera plus lourd, et que j'aurais accès à la plate-forme d'administration d'hautetfort pour ne plus vous infliger de la typographie non justifiée qui pique les yeux.



    Tchô les crotales.




  • Méditations

    "La technique psychothérapeutique implique les trois processus suivants :

    1° libération du refoulement et évolution de la prise de conscience, au cours de la réintégration symbolique des stimuli liés à l'anxiété;

    2° diminution de l'anxiété par un contre-conditionnement, en associant les stimuli qui provoquent l'anxiété à la réaction agréable propre à la situation thérapeutique. (Il est nécessaire que cette situation ait un caractère social.)

    3° Rééducation facilitée par le psychothérapeute, qui aide le patient à formuler des buts rationnels et à concevoir des méthodes de conduite pour les atteindre."

    Honteusement copié/collé d'un article de Madeleine Jompolsky.

    Non, enfin oui, je vais me féliciter d'être enfin arrivée à bout de cet article, ceci voulant dire que théoriquement je vais enfin rédiger mon tout premier devoir obligatoire de fac de psycho et l'on est prié de ne pas commenter les deux mois de retard que je viens de me prendre dans la face, rien n'est dramatique, on s'en sortira, ahem, mais tout ça pour dire que si certains pouvaient enfin libérer leur refoulement, ça ferait des vacances à tout le monde, et ceci n'est que la première étape vers la libération, c'est peut-être le passage le plus difficile mais bordel, ça devrait être obligatoire pour tout le monde, non ?

    Mais je ne suis que joie et petits oiseaux gazouillants depuis que je viens d'apprendre que les examens de juin se situeront dans le sud de Paris, ouais, dans un endroit civilisé, youhouh !!!!

    Tchô les poussinets libérés.

  • J'ai décidé de partir

    En vacances, en vacances de toi, en vacances de nous, ouh ouh.

    Bref, j'me casse lézarder au fond d'un lit pendant une semaine pendant que la BM torchera les fesses de ma fille et lui fera bouffer ses légumes.

    Moi, pendant ce temps, j'aurais le secret espoir de rattraper mon bon vieux retard sur ma fac de psycho, et surtout je tâcherais d'être complètement absente pour tout le monde.

    Parce que de toute façon je suis une larve cosmique à la limite de la narcolepsie, que j'ai l'impression de me balader avec une gastro permanente et un rhume très attachant, et que je me soûle moi-même à me plaindre ne rien réussir à faire, à part dormir.

    Pour récupérer un semblant de socialité avec moi-même, je compte donc abandonner toute relation sociale extérieure, et me prélasser au fond de mon nouveau jean préféré (marque CalinKalin by Kiabi) un taille basse bootcut, qui me fera donc les 7 prochains mois.

    Tchaô les bambinos.