Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • It sucks

    Voilà de quoi vous réjouir, je passe donc non pas deux, non pas trois, mais quatre examens en septembre. Oyez, joie sur les chaumières.

    Parce que oui, je passe bien la bio et les troubles mentaux comme prévu, mais je passe aussi la dév car il me fallait 6 et j'ai eu ... 3, ouais 3, limite j'aurais mieux fait de pas me lever ce jour là, et je passe la clinique parce cet em*** de p*** de s*** de prof n'a pas daigné corriger mon TD, donc je n'ai pas de note, donc seul mon 8 à l'exam compte pour les rattrapages et donc je ne saurais jamais si j'avais plus de 12 au TD.

    Ce qui fait qu'en plus, si j'ai moins de 8 à l'exam de septembre de clinique, je me fais totalement baisée puisque c'est la note de septembre qui compte. Bien profond je l'ai, oh oui. Je vais aller m'acheter un tube de vaseline si ça continue, à défaut d'avoir trouvé de la vlieseline près de chez moi, ouh le jeu de mots foireux, ben ouais, je suis fatiguée, déprimée et dégoûtée.

    Parce qu'aussi, la dév à réviser, c'est le programme de ouf le plus chargé, 3 chapitres complet à apprendre, soit grosso modo 150 pages, en arial 7, je ne sais pas si je dois me jeter tout de suite sur la voie ferrée ou pas.

    Genre moi qui trouvais ça plutôt chouette d'écouter mes cours de troubles mentaux tous les jours et de me visionner les fiches de bio tranquillou, c'est totalement raté. Je pars donc en "vacances" avec presque 9 heures et demi d'enregistrements de cours de psycho (ratio 50% de dev 30% de clinique et 20% de troubles mentaux), 6 pages de fiches résumées* de dév, 2 pages de fiches résumées de troubles mentaux, 4 pages de fiches résumées de clinique, 2 pages de fiches résumées de bio et 92 pages de pdf de bio. Je crois que je vais laisser tomber le tricot hein.

    Menfin la bonne nouvelle, c'est qu'il existe donc sur terre une bonne âme* qui s'est amusée (je ne sais pas trop si c'est le terme adéquat) à lire à voix haute tous les cours de nos bouquins et à les enregistrer en mp3 avant de les diffuser généreusement sur le forum concerné, et si au début, je me suis demandée si c'était utile, je confirme que pour une femme cachalot, c'est plutôt extra de pouvoir tricoter en révisant, se reposer en révisant, jouer à freecell en révisant, etc ... 

    En effet, je suis plutôt dubitative sur ma mémoire auditive, mais il faut avouer que plusieurs arguments viennent mettre en doute ma croyance :

    - je n'ai jamais révisé mes cours de fac il y a 10 ans, je ne faisais qu'assister aux cours. Exception faite de l'économétrie que j'ai intégralement apprise sur bouquins de BU car se fader 5 heures de cours d'affilée le lundi de 12h à 17h pour finir à 6 de moyenne ne m'est pas apparu comme rentable, je préférais rester dans mon lit et avoir 14 de moyenne l'année suivante.

    - je suis généralement assez capable de retenir tout ce que j'entends ça et là, la radio, les discussions de couloir, les confidences, etc ... Certains disent, enfin surtout ma mère, que j'ai une mémoire d'éléphant même si en ce moment ce serait plus le ventre, enfin passons.

    - Le cours de cognitif, pour rappel, n'existait qu'en mp3 contre lesquels j'ai pesté tant de fois ici et j'ai eu 10 à l'exam à savoir l'un des deux seuls cours où j'ai eu la moyenne en juin avec celui d'hansen auquel j'ai eu 15 (mais oui mais oui) et que j'ai révisé la veille pour le lendemain en le racontant pendant une heure au téléphone au Biscotte qui se dorait la pilule dans le SFE ce qui est aussi un moyen d'apprentissage auditif et non visuel.

    - plus "scientifiquement", notre cher ami Baddeley présenté maintes fois en cours de cognitif (cf point précédent) prétend que notre mémoire présente deux entrées visuelle et par une boucle phonologique et que le passage par la boucle phonologique est obligatoire pour que le transcodage de l'information se fasse dans l'administrateur central que nous possèderions et ainsi passer en mémoire à long terme.

    Donc, comme dirait Gingko, t'as pas une valise à faire toi ? Oh que si, et même que les mp3 sont sur mon netbook, sur mon lecteur mp3 classique et sur mon lecteur mp3 de piscine. A part ça, je crois que je vais passer des vacances supères hein.

    Tchô les psychologues amateurs.

    * Comme je sais dire aussi quand c'est utile et que c'est vraiment très généreux de partager son travail, je remercie évidemment ces deux personnes D.L et M.P pour les audio et les fiches.

  • Mode panique enclenché

    Bon ce n'est pas parce que techniquement je ne vais plus à mon travail rémunéré depuis des lustres que je suis en vacances, hein. Je fais plein de choses et surtout je suis chez moi, enfin le plus souvent, sauf quand je voyage mais c'est jamais plus de 4 jours. Donc là, officiellement après-demain, je pars en vacances ce qui veut dire 2 semaines hors de chez moi, ce qui veut dire qu'au retour, même si ce ne sera pas la rentrée de Lapinette, ce sera le compte à rebours avant septembre, avant les exams de psycho et avant l'arrivée du Pépito.

    Pendant ces vacances, j'avais donc prévu d'avoir mes résultats de partiels de juin afin de savoir exactement quoi réviser pour septembre. On nous avait annoncé max 5 semaines après les exams, les 5 semaines sont bien tapées, et c'est ballot, toujours pas de note de psy du dév et toujours pas de note de TD de clinique. Autant la dév, je me dis qu'avec mon TD à 14, je vais certainement avoir l'UE donc no stress, autant avec mon 8 en exam de clinique, je ne suis pas du tout sûre d'avoir 12 au TD. Donc je fais quoi moi ? J'attends hypothétiquement une note ? Je révise et obstrue ma mémoire avec un cours que je ne repasserais peut être pas ? Je ne révise pas et j'applique la méthode Hansen à savoir que si je passe cet exam, les révisions seront à l'arrache de la veille pour le lendemain ?

    Nan, mais ça me gonfle déjà de me dire que je vais encore potentiellement rater mes troubles mentaux et ma bio, si en plus je rate la clinique juste parce que le prof a décidé de faire de la rétention de notes, c'est un peu frustrant. Je sais bien que dans leur tête, ils en ont rien à taper des étudiants qui vont au rattrapage, on n'avait qu'à être meilleur en juin, mais puisque le rattrapage existe, ils doivent faire avec, non ?

    De ce fait, j'ai déjà bouclé une valise l'avant-veille du départ, ce qui est totalement inhabituel pour moi, je me noie dans ma couture et je dors mal. Fuck.

    Tchô les thermocollants.

  • Avant de partir

    Laisse moi dormir ....

    Hum, je crois que je vais laisser tomber Roch Voisine, ce sera mieux.

    Alors quoi de neuf les vacanciers ?

    En fait, plein de choses, mais j'avais pas forcément envie de parler, parce que c'est fatigant et que je suis en mode économie d'énergie, et aussi parce que je me demande souvent si je ne devrais pas me taire rapport aux trolls et aux stalkers. Je suis une anxieuse de nature et quand je vois autour de moi des gens à haut potentiel de stalkage, ça me fait peur. Et après je me dis qu'en fait je m'en cague puisque j'ai toujours pris l'habitude d'être honnête, il y en a qui appellent ça trop directe, et donc si ces personnes découvraient quelquechose par ce blog, c'est que j'avais eu la délicatesse de ne pas le faire en live, non pas par hypocrisie, mais par politesse.

    En y réfléchissant un peu plus, je me dis au diable la politesse, finalement assez peu de gens le sont envers moi, alors à quoi bon.

    Oyez, oyez, une demoiselle de la fac de psycho est venue commenter ce blog. Elle n'aurait visiblement pas apprécié que je commente son attitude de troll mais a tout de même l'air d'être très fière d'être un troll, il y a des gens qui ont des drôles de vie tout de même. Si ça lui permet d'avoir ses exams, c'est le principal (notes toujours en attente).

    C'est un peu comme ces gens qui sont tous contents que des sites comme copainsdavant ou facebook ou genealogie.net puissent exister et qui passent des heures interminables à pister d'anciennes connaissances ou à rechercher des gens qui pourraient avoir des liens avec des gens qu'ils ont connu. Moi ça me fait beaucoup penser à la vie par procuration. Autant je conçois l'engouement au moment de la retraite, un brin de nostalgie n'a jamais fait de mal à personne, autant quand il te reste plus de la moitié de ta vie devant, j'ai du mal à comprendre le concept, ne serait-ce pas plus efficace de faire une thérapie ?

    J'ai par ailleurs aussi appris que j'étais censée être en vacances au moment même où l'on ne m'a pas invitée à une cérémonie religieuse. Non pas que je me serais damnée pour y assister, bien au contraire je préfère me restreindre aux mariages c'est plus drôle, mais je trouve ça quelque peu pitoyable de ne pas assumer ma non-invitation.

    J'ai tenté de commencer une carrière de commentatrice de strip-teaseuse, mais je crains de ne plus trop avoir l'opportunité d'assister à ce genre de spectacle à l'avenir. Alors on m'a demandé de faire commentatrice de couples mais je dois avouer que ça m'intéresse assez peu, j'ai toujours eu un mal fou à déterminer si les gens restaient ensemble parce qu'ils étaient amoureux ou par intérêt ou par peur de se retrouver seuls. Je serais déjà bien à mal de juger mon propre couple, je suis même d'ailleurs toujours étonnée quand quelqu'un me dit qu'il m'a croisé avec mon copain tellement nous ne sortons pas ensemble et tellement je ne me suis jamais définie comme une entité d'un couple. Les gens sont aussi d'ailleurs étonnés que j'en sois au troisième enfant, non pas que je paraisse jeune mais je n'ai visiblement pas l'attitude attendue pour une mère de famille multipare de surcroît. Et pour finir, je me suis abstenue de faire commentatrice de célibataire surtout quand on m'a parlé de gestion de projet amoureux, j'ai compris que j'étais totalement old-school du couple et que le concept de ne pas se prendre la tête n'était plus d'actualité.

    C'est pourquoi généralement j'essaie de dormir ou de servir de cobaye bon gré mal gré aux médecins qui veulent se rassurer en vue de me trancher la couenne une nouvelle fois. Je préfère avoir des médecins zen plutôt que moi, ce sont eux qui coupent après tout.

    Tchô les juilletistes.