Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Peut-on être fier de sa progéniture ?

    Peut-on de temps en temps se la péter un ptit peu sur son blog personnel pour dire quand même qu'on a engendré une merveille de l'humanité ?

    J'veux dire, bon, de base, elle est quand même extrêmement jolie. Et pourtant elle me ressemble, alors je ne sais pas trop comment elle fait, mais c'est déjà un petit miracle. Ah oui, ce n'est pas une vraie rousse, c'est une blondinette à reflets roux, ça change tout.

    Et puis, elle est très souriante. Et très coquine. Et très intelligente. (Elle fait des puzzles à 9 pièces à deux ans, et elle sait ouvrir une porte blindée avec sa clé).

    De plus, ça fait 3 jours qu'elle ne dit plus rien pour aller coucher. Elle lit un peu, elle prend son doudou, rend son livre et se couche tranquillement sur son oreiller. C'est merveilleux, extatique je dirais.

    Elle fait plein de câlins, des bisous, elle mange toutes ses assiettes correctement et même sans rouspéter avec son papa avant-hier (un exploit), elle est dingue de Shifou (mais si le ptit chaipasquoi qui enseigne le kung-fu au panda, on doit juste en être au 15ème visionnage cette semaine), et me raconte les histoires de "lapi" (comprendre Tchoupi) et ses amis Palou (Pilou en vrai) et Lalou (Lalou en vrai, comme quoi ma fille sait quand même dire un vrai prénom).

    D'ailleurs, elle a aussi un esprit très concis et synthétique comme sa maman. Par ex, quand il y a deux soeurs, elle ne retient qu'un seul prénom, de toute façon, elle voit toujours les deux soeurs ensemble. C'est valable pour tous les couples de soeurs qu'elle connaît. Ca s'appelle économiser de l'espace mémoire, un côté paternel sûrement.

    En plus, ce matin, j'ai joué à la poupée et je lui ai mis sa nouvelle robe La Redoute (celle de gauche sur la photo) et je lui ai fait des couettes. Et elle m'a demandé en voyant sa robe ce que c'était puisqu'elle ne l'avait jamais vue, j'ai répondu que c'était une robe pour Lapinette, et elle m'a dit que c'était beau. Et hier, elle m'avait dit pareil pour sa petite jupe à volants d'un ensemble que je lui avais acheté chez Auchan. Cette petite fille trouve joli tout et seulement tout ce que sa maman lui achète, elle a déjà du bon goût, c'est merveilleux.

     

    Evidemment, le premier qui me sort que c'est une question d'hormones, je lui balance une torgnole, ma fille est géniale, la DDC me l'a redit hier soir pendant 20 minutes qu'elle voudrait bien n'avoir que des petites filles comme Lapinette à garder, si ça me filait une place pour le Pépito ça m'arrangerait mais j'y crois moyen.

    Sur ce, je vais rejoindre ma Lapinette au pays des rêves pendant que notre ami Pépito danse la rumba dans son double décimètre cube de flotte (ou plus, j'ai pas fait spé liquide ammiotique à mon master grossesse).

    Tchô les vaniteux.

  • Inspiration littéraire

    Il y a des jours, comme ça, sur mon transat posé au beau milieu d'un appart vide, je me dis que je pourrais écrire des bouquins. Nan pas genre comme tous ces gens qui croient que parce qu'ils tiennent un blog, ils ont un talent d'écriture quelconque, et ils sont nombreux à le croire, c'est bien d'avoir des rêves, sans doute, donc non non, juste écrire des bouquins comme pour raconter la vraie vie.

    Non, parce qu'on pourrait croire que les soupes qu'on nous sert telles les accroc du shopping ne sont que fiction, mais en fait pas du tout, c'est juste agrémenté de détails mirobolants, mais sinon des noobs pareils, ça se trouve dans la vie de tous les jours jurés.

    Alors, l'accroc du shopping dans le premier tome, elle tombe amoureuse, dans le second, elle déménage, après elle rencontre sa soeur, ensuite, elle se marie, puis elle fait un gosse et ensuite elle élève son gosse.

    Moi, je débuterais l'histoire des PN (Pieds Nickelés ou Pignoufs Neuneus, c'est vous qui choisissez).

    En résumé, ça ferait : Il était une fois le suppôt de satan qui lorgnait les femmes mariées au bord des bacs à sable. Le suppôt de satan rencontra l'agneau. Ils commencèrent à discuter, enfin surtout l'agneau, et le suppôt de satan à jauger la marchandise, bien achalandée. Ils se rendirent compte qu'ils avaient les mêmes goûts de chiottes, que les seins de madame étaient assez gros pour monsieur, que la gentillesse de monsieur était au goût de madame et ils mélangèrent leur salive.

    En quelques mots, mon meilleur pote s'est mis à se taper ma voisine. Ils devinrent les PN. Ils utilisèrent mon appart pour un hôtel de passe pendant quelques mois, puis ils finirent par se rendre à l'évidence que ça serait plus pratique d'avoir le leur, rapport au statut marital de la dame.

    Ils trouvèrent leur HLM de banlieue morose assez vite, annoncèrent aux deux monstresses qui servent de progéniture à la dame qu'ils étaient amoureux, partirent en vacances chez monsieur, utilisèrent de la vaseline contre les boutons de moustique, et la marmotte met le chocolat dans le papier, et signèrent enfin le bail de ce putain d'appartement.

    C'est là que les choses se gâtent et qu'il faut regretter amèrement la non édition du livre "le déménagement pour les nuls". Je ne sais pas pourquoi, je sens qu'il y a un filon.

    Donc là, on en est au moment où la PN a découvert avec ravissement Ikea et ses brosses à chiottes à 90cts, que le PN a fait poireauter 1h30 sur un transat dans un appart vide une femme enceinte de 8 mois et demi après un gars de l'EDF alors qu'il y avait déjà l'électricité dans l'appart (genre il suffisait de pousser le bouton du disjoncteur et de mettre une lampe dans une prise pour vérifier que ça marche), où les PN comptent se faire livrer des lits en moins d'une semaine (et la marmotte) et trouver un camion à louer pour un samedi en moins d'une semaine aussi (re- la marmotte).

    Après le PN se mettra au bricolage et on rigolera bien fort, la PN essaiera encore et toujours de passer son permis de conduire, puis un jour, peut-être que les PN vont tenter de procréer.

    Mais ne vous inquiétez-pas, chers lecteurs avides de gossip, je serais là pour bitcher le moment venu.

    Tchô les écrivaillons.

  • C'était bien

    Ce qui est chouette quand on vieillit, c'est qu'on s'embête moins, qu'on est peut-être moins exigeants et que surtout on sait mieux ce qui nous va.

    Alors je suis plutôt contente d'avoir joué de ma manette rapid'auchan deux jours de suite, d'être allée à picard deux jours de suite aussi, et sinon de ne pas m'être trop fatiguée ni mis la pression.

    Comme disait ce désormais vieux sage Biscotte, ce qui compte, c'est la qualité des invités. Et finalement, il suffisait du B&B et des suppôts habituels pour ne pas lui faire regretter que j'organise une petite soirée d'honneur.

    De la bouffe pas compliquée et en solde, du daïquiri cerise, du champagne et plein de livres offerts, le Biscotte est content. 

    La Lapinette a beaucoup aimé aussi ce week-end bien fatigant pour une petite*, les curlys, les gâteaux et plein d'invités pour parader et sautiller joyeusement devant eux.

    Et moi, bah, si tout le monde est content, je suis bien contente et j'estime que pour ça, il n'y a eu aucun couac, c'était vraiment un chouette week-end.

    *La Lapinette a donc grandi puisque récemment, elle était encore un bébé selon ses dires, et maintenant elle est petite toujours selon ses mots.