Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les petits moments

    Presque j'aimerais bien me lever tôt, je dis presque parce que le souci principal est que si je ne cumule pas mes 12 heures de sommeil dans la journée, je ne tiens pas.

    Mais quand je dois me lever aux aurores hivernales (7h quoi) pendant que le reste de la maisonnée de plus de 3 mois comate gentiment, j'aime bien cette douce torpeur.

    M'enfoncer dans le fauteuil avec mon sweat à capuche et mes chaussons pour donner le biberon au Balisto qui se rendort dans mes bras.

    Ainsi je savoure ce doux moment de silence et de solitude si éphémère alors que je sais que la journée, ou tout du moins la matinée, va être une course. J'observe ainsi le bordel ambiant, j'évalue la quantité d'effort à faire pour rendre ça présentable, je peste contre le Biscotte qui est incapable de laisser un salon normal en allant se coucher, puis je me calme aussitôt car je suis seule et paisible et qu'aujourd'hui, c'est jour de chance, il n'a pas laissé ses fringues en vrac, mais je trouve ça quand même incroyable cette faculté de tout laisser par terre sans le moindre remord. Le pire, c'est plus le temps passé dans le salon et donc plus l'heure du coucher est tardive, plus il y en a par terre, alors que mon cerveau féminin logique se dit que du coup, il a eu encore plus de temps pour aller remettre les télécommandes en hauteur loin des mains de Lapinette, que les biberons sales auraient au moins pu réintégrer la cuisine.

    Mais non, j'observe le chantier de la veille et puis j'observe aussi le chantier quotidien, celui dont je suis aussi responsable mais que je n'assume pas devant les BP. Oh je sais bien que le Biscotte me dirait que de toute façon, ses parents ne disent rien (c'est pire) et qu'il va tout faire (toute femme sait pertinemment que si jamais un truc couille, le BP va immédiatement stigmatiser la gonzesse pas le fifils chéri).

    Alors je m'attaque gentiment à ce qui est directement faisable dans la pièce, j'établis mentalement une liste des choses à déplacer dans la chambre de Lapinette quand elle sera réveillée, j'évalue le temps disponible pour pouvoir lancer des lessives (pas assez), et je conclus que vraiment la matinée va être moisie et qu'on n'a vraiment pas intérêt à me parler les 4 prochaines heures.

    Après, je me casse.

  • Petite fée

    C'est tellement difficile de parler après ça, mais en même temps, il est impossible de ne pas y penser.

    Le blog, c'est un espace personnel, mais il arrive aussi que ce soit un espace d'échange, que virtuellement, on commence à connaître des personnes et qu'elles nous paraissent de fort bonnes personnes.

    Il y a quelques semaines, une gentille fée offrait un cadeau génial au Balisto.

    Et maintenant que faire face à l'épreuve qu'elle doit traverser ?

    Ne pas ressasser de pensées passées et lui souhaiter le meilleur avenir possible, y croire de toutes ses forces, le vouloir si fort, être là en pensée pour elle.

    Car, si impuissante suis-je, je ne peux faire que ça.

    Alors pensons vraiment très fort à elle, à son bébé chérie jolie, à sa grande princesse et à son mari.

    Que le bonheur et la joie continue de vous inonder.

  • J'ai parlé trop vite

    Tu sais que ces connards de fils de pute d'enculés de leur mère d'employés des "Eléphants Roses" (c'est vraiment TRES frustrant de ne pas pouvoir les nommer réellement car ces connards de fils de pute d'enculés de leur mère ont un bot qui tourne sur l'internet mondial et menace d'envoyer leurs avocats à chaque petite critique à leur égard alors que FRANCHEMENT on se demande s'ils ne font pas exprès HEIN) n'ont pas réellement fermé le livret A de Lapinette et que je viens de me prendre un courrier des Minimoys qui m'informe que je viole donc la loi.

    Mais bordel de pipe en bois, c'est quoi leur problème ?

    Ils les embauchent obligatoirement avec une dégénérescence cérébrale sérieuse ou bien ?

    Moi qui pensais être enfin débarrassée d'eux.

    Si je trouve un papier de clôture de compte dans mon fatras, je pense que ça va réellement chier pour eux.

    CONNARDS.