Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Tu me connais

    Coucou !

    Oui, me revoilou.

    Je viens de cacheter l'enveloppe qui contient mon double exemplaire de pré-projet de psychologie clinique. Le pré-projet, c'est un truc pas noté sur lequel la prof va mettre des annotations pour mieux nous orienter dans la rédaction du projet final, noté lui en l'occurrence. Ce n'est pas obligatoire mais c'est quand même une aide non négligeable pour le reste du devoir. Evidemment donc, c'est pour ça que j'ai écrit ce pré-projet aujourd'hui pour être sûre de le mettre dans une boîte à lettres le dernier jour autorisé pour l'envoi.

    Vu qu'il n'y avait aucun objectif majeur ni aucune pression de note, j'aurais évidemment pu l'écrire bien plus tôt hein. Mais le suppôt toujours aussi satanique a voulu bien me préciser qu'on était une année bissextile et que j'avais donc un jour de plus pour l'écrire et m'a donc forcé à l'écrire à la dernière minute. Bien évidemment, Word a fait n'importe quoi sur les pieds de page (non mais c'était mieux avant, en 2003 donc), l'imprimante a fait ce qu'elle a voulu sur l'impression des pages voulues, la Lapinette va donc hériter d'une bonne vingtaine de pages de brouillons à gribouiller à souhait, et je ne me suis pas relue.

    Tout ça m'a bien épuisée, j'ai donc décrété que je ne rendrais le devoir définitif que pour la deuxième session (pour juin je suppose) enfin quand le Balisto sera gardé ailleurs que dans mon salon, ce qui sera chouette, cher mais chouette.

    Bonne nuit les lapinous.

  • Lâcher prise à deux

    J'ai passé l'aspi. J'ai passé le balai éponge. J'ai fait 3 lessives dont aucune pour le Balisto ou pour moi.

    J'ai dormi n'importe quand. J'ai été malade, le Balisto aussi. Je suis allée chez le médecin.

    J'ai laissé traîner les télécommandes. Je n'ai jamais refermé la porte du meuble TV. J'ai laissé les miettes sur la table basse.

    J'ai laissé traîner mes fringues dans la salle de bain. J'ai pris des douches. Quand je voulais.

    J'ai utilisé le même couteau à nutella pendant 5 jours. Je n'ai jamais rangé la cuisine. Je n'ai pas mangé un seul repas complet.

    J'ai laissé traîner mon sac à dos ouvert. J'ai laissé les clopes et le cendar sur la table de la cuisine. J'ai laissé les portes de chambre et de dressing ouvertes.

    Je me suis épilée. J'ai eu le temps, l'opportunité et le courage de regarder deux films. A la suite.

    Je me suis reposée. Je suis toujours enrhumée. Je suis encore fatiguée.

    J'ai écrit le titre de mon mini-mémoire de clinique. Bel essai. A renouveler.

  • Quelqu'un peut-il me dire

    pourquoi les drh appellent toujours vers 16h30-17h ?

    Serait-ce le seul horaire où elles travaillent réellement ?

    (oh oui, je fais du sexisme primaire avec ce "elles" affirmé mais jusqu'à présent, je n'ai toujours rencontré que des directrices des ressources humaines et pas des directeurs, voilà)

    (bien évidemment, elles appellent en numéro caché et je décroche car je sais qu'à cette heure-là, et dans ma situation, c'est potentiellement ça)

    (et j'avais raison bien sûr)

    (par contre, je ne savais pas que la drh satanique s'était barrée définitivement, mouahahark)

    (étranglement causé par le rire jaune ceci expliquant le k final de mon onomatopée de rire précédente)

    (promis j'arrête les parenthèses bientôt)

    (tchüss)