Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • J'ai découvert le cousin de Dora

    Il s'appelle Diego et il sauve les animaux dans la jungle, même les baleines. Il a une soeur qui s'appelle Alicia, et ils sont classés chez les juniors contrairement à sa cousine Dora qui est chez les tous-petits.

    Diego il a aussi un sac à dos, mais il appelle ça un sac de secours. Et puis, il a aussi un appareil photo.

    Ils sont forts ces Ricains en business model tout de même.

    A part ça, dans une soirée mondaine, j'ai rencontré une spychologue, spécialisée dans l'enfance et l'adolescence et surtout l'aide à la parentalité. Et je dois dire que j'ai vraiment kiffé son discours, que j'étais vraiment d'accord avec son discours et ses idées.

    Et rien que d'entrevoir la relation qu'elle a avec ses deux filles adolescentes, j'étais encore plus d'accord.

    De ce fait, j'ai bien envie de changer ma thématique de mini-mémoire de clinique, de passer de la psychanalyse à la systémie, surtout qu'il paraît que la psychanalyse n'a plus trop le vent en poupe ces temps-ci.

    Bon, on y pensera en tout voulu, genre quand tout le monde sera guéri (mouahah), que les examens donc les révisions seront finis (mouahaha) et que l'été sera là (mouairf).

    Tchô les angineux.

  • Je suis atterrée

    Faudrait donner un mode d'emploi de l'internet à l'usage des noobs.

    Non, parce que ce n'est pas que ça m'empêche de dormir (ah ben si en fait), mais je viens de me rendre compte que j'ai perdu le post-it avec les horaires d'adaptation du Balisto chez sa nounou (fais moi songer à lui trouver un pseudo d'ailleurs chère lecteuse), et que bien entendu j'ai aussi perdu le post it avec son numéro de téléphone, chose qui ne m'inquiétait pas outre mesure puisque dans mon inconscient virtuel, je me suis dit que c'était une chose facilement retrouvable sur le weurld wild ouèbe.

    Que nenni, ma bonne dame. (Oui, et surtout quelle manie de communiquer par post it, moi aussi je me demande quel séminaire stratégique a bien pu enseigner cela à une directrice de la crèche, aucun est peut-être la réponse, en fait).

    Donc, j'ai bien stalké la future nounou du Balisto. Je connais sa vie entière, son réseau relationnel amical et professionnel des quarante dernières années, ce qu'elle fait de ses week-end, et la marque de son stérilet, MAIS je ne connais toujours pas son numéro de téléphone.

    Alors les gens, siouplé, soyez logiques jusqu'au bout des orteils, hein. Si tu étales ta vie de manière authentifiée et revendiquée sur le net, ça ne sert absolument à rien de se mettre sur liste rouge. C'est même très con, je dirais. Parce que là, je pourrais appeler le bureau de ton mari, ton médecin, ton copain de primaire, ton employeur (qui soit dit en passant n'a pas réussi à le retrouver dans son bordel ambiant), tes enfants, ton chien et l'araignée derrière ton frigo, mais pas toi.

    Et celui qui me dit que j'ai qu'à aller sonner à l'immeuble en face, qu'il retourne se faire un masque à l'oeuf et au basilic. Je préfère retourner mon appart entier pour trouver un ou deux mini post it, désespérer puis arriver une heure à l'avance plutôt que de sortir de chez moi.

    C'est clair ?

  • J'ai failli abandonner

    Mais non, je suis une courageuse, une warrior, une gagnante.

    Tout d'abord, hier, j'ai trié puis rangé tous les papiers du tiroir fourre-tout qui visiblement, selon les dates disséminées ça et là sur les courriers, ne l'avait pas été depuis plus de 6 mois.

    J'ai donc, avec joie et satisfaction, retrouvé mes bulletins de salaire du premier trimestre. Je les ai photographiés et transférés sur mon PC.

    Parce qu'évidemment, ce n'est toujours pas aujourd'hui qu'on te filerait tes bulletins de salaire en version numérique (ou que dans la Biscotte Cie) ni que je ferait 25 bornes pour aller à les photocopier à l'Enterpraïllze ni que je m'achèterait une photocopieuse (ceci est un appartement pas une annexe de préfecture).

    Alors, j'ai dégainé la belle feuille de réclamation de pièces administratives pour l'entrée en nourrice du Balisto, j'ai pluggé l'imprimante et j'ai détruit quelques arbres.

    Puis, j'ai vu un deuxième paragraphe sur la dite feuille. J'ai hurlé au vice, au complot et à la déforestation. J'ai réussi à télécharger en live une attestation de responsabilité civile pour le Balisto. Et pour le justif de domicile, j'ai tiré une croix dessus car j'ai rangé les factures hier et la grosse flemme de les ressortir. Surtout que j'avais déjà imprimé mes impôts, mes salaires, mon arbre généalogique sur 12 générations, mes relevés bancaires et l'empreinte de ma fesse droite.

    Ce qui est formidable, c'est qu'à aucun moment, ils ne demandent une quelconque pièce d'identité, avec photo je veux dire.

    J'ai voulu crier victoire, puis j'ai découvert le livret d'accueil de l'enfant en crèche familiale. Et je me suis retrouvée aussi con que quand j'ai du le remplir pour la Lapinette. Ca m'a encore donné l'impression d'avoir enfanté un extra-terrestre qui simplement dort et mange. Et excrémente, mais cette partie là ne les intéresse pas visiblement. 

    Le problème selon leur livret de 32 pages sans interlignes, c'est que je n'ai rien à cocher. Et visiblement, s'ils l'ont écrit, c'est que ça doit exister des gamins qui ne s'endorment que le pied gauche sur une girafe rouge, un bras en l'air tenant un barreau de lit alors que l'autre main enfonce une tétine dans l'oreille, tout ça en semi-obscurité sur la neuvième symphonie de Beethoven.

    La partie repas est aussi tout un poème, je me demande quand est-ce que je vais essayer de lui laisser prendre ses petits pots avec les pieds dans sa baignoire avec un chapeau vert sinon il refuse de manger.

    Ou sinon c'est que mes enfants sont des êtres ennuyeux et sans intérêt. Je ne vois que ça.