Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • J'ai grave envie de chialer

    Je suis émotionnellement épuisée. Par l'absence de mon Balisto, par les aventures extraordinaires de ma Lapinette (elle a pris un car, bordel, c'est HYPER dangereux).

    En prime, je t'offre une blagounette deux en un. J'espère que tu vas rigoler, parce que moi non.

    1,2,3, partez.

    "Je voulais aller au Club Med Gym.

    Mais je suis tombée en rade avec mon scoot". 

    Bazinga.

  • Je suis dépossédée

    J'ai dormi et depuis j'erre.

    Cette journée est un peu violente.

    J'essaie de me persuader que tout se passera bien, que la Lapinette s'amuse, qu'elle est contente et qu'elle rigole. Mais quand même. Elle n'a que 3 ans. Et le centre aéré, ce n'est clairement pas la crèche. En guise d'accueil, on nous a juste dit de prendre un porte-manteau au hasard. Ah ouais, dis donc. Après on a envoyé la Lapinette faire un dessin, d'ailleurs il était magnifique, elle fait un corps et des pieds au bonhomme patate désormais, elle est franchement douée, toute subjectivité mise à part bien entendu.

    Alors j'ai quand même insisté pour qu'on lui montre où se trouve les toilettes puisqu'elle ne va pas le deviner toute seule, j'ai insisté pour qu'elle connaisse au moins deux prénoms des animateurs, je me suis rappelée au bon souvenir du directeur du centre aéré, et j'ai bien insisté sur la présence de son doudou pour la sieste. Nan mé. Elle n'a que 3 ans. Elle ne connaît personne là-bas, c'est la seule petite fille à y aller avant de commencer l'école.

    Alors je sais bien qu'elle est autonome, indépendante, curieuse et enjouée. Mais quand même elle n'a que 3 ans. C'est trop jeune pour être balancée comme ça sans repères, sans cadre. Je connais des millions d'enfants qui auraient pété un plomb. La mienne, elle est forte, mais quand même elle est toute petite.

    Alors tout à l'heure, je lui ferais des millions de câlins. Et demain, elle se vengera en vomissant dans leur car de sortie, tu crois vraiment que je leur ai dit qu'elle était malade en transport au vu de l'accueil ? Héhé.

    Néanmoins, mon Balisto est parti en vacances, et c'est indescriptible tellement c'est trop dur d'être ici sans lui. Je sais qu'il sera très bien chez sa grand-mère, mais bordel, mes deux enfants à la fois, c'est rèche, ça pique.

    Et j'ai fini tout le nutella.

  • J'ai cogité

    Un peu.

    Il fut un temps où quand une personne faisait preuve de susceptibilité envers moi, cela me bouffait le cerveau pendant des heures, mois ou années. Puis chemin faisant, les occasions se renouvelant, j'ai choisi deux options. Soit la personne n'en vaut pas la peine et je jette tout ça à la benne, ce qui peut parfois mener à des situations cocasses de moi revoyant la dite personne et ayant complètement oublié les vieux ressentiments, en général ça ré-alimente les vieux ressentiments et je retire la même conclusion et ainsi de suite, jusqu'à ce que je m'en rende compte et là ça me fait beaucoup rire. Soit j'estime la personne d'une quelconque façon que ce soit et je pose directement la question à l'intéressé.

    Souvent la réponse est mon légendaire manque de diplomatie. Laule ai-je envie de dire.

    Malheureusement, il s'avère que dans mes prédispositions familiales et sociales de jeunesse, je n'ai pas connu la diplomatie, donc je ne l'ai pas apprise. Pire, je crois que je sais rarement la reconnaître, et qu'il faut dépasser un certain seuil (mon point Godwin) pour que je la reconnaisse).

    Forcément, les gens ne le savent pas. Alors je demande des exemples concrets pour toujours essayer de m'améliorer. Vois-tu comme je ne suis pas une cause perdue ?

    Les gens qui ont osé apprendre à me connaître depuis plus de 5 ans peuvent témoigner d'une réelle amélioration de mon comportement. Sans déconner.

    Le problème est que si des exemples concrets arrivent à être exprimés, ce qui est relativement rare, la personne reconnaît elle-même que l'élément est somme toute ridicule. Il semblerait donc qu'il faille une somme de tous petits éléments ridicule de "manque de diplomatie" pour se vexer de mon comportement.

    Ma tâche devient amplement plus difficile, vous en conviendrez.

    Pour tenter de me simplifier la tâche, je suppose, une personne plus âgée (et non, je ne dirais pas plus mature, et tout ceci sans prétention) a voulu m'aider en me disant de ne pas faire aux autres ce que je n'aimerais pas qu'on me fasse. Louable intention.

    Point is, j'ai bien repassé toute la soirée et je n'ai rien trouvé qui m'aurait choquée, moi. J'ai donc pris le problème à sa source et me suis demandée, en général, ce que je n'aimais pas. La conclusion était toute violence physique et attaque sur les phobies.

    J'avoue qu'il n'est pas forcément évident de connaître les phobies des autres personnes si elles n'ont pas été énoncées. Mais, oui il y a un mais, je fais une énorme différence entre "je n'aime pas" et "j'ai très peur de". Ca parait anodin, mais pour moi, c'est essentiel. Je n'aime pas qu'on me m'écrase un oeuf sur la tête ne veut pas dire que je vais faire une crise d'angoisse si j'en ai. Je vais gueuler ou bouder un coup et me laver la tête. 

    J'ai très peur de l'eau signifie que je ne jetterais pas quelqu'un à l'eau. Je n'aime pas être mouillée toute habillée signifie que tu as de fortes chances d'être arrosée ou balancée à la flotte toute habillée.

     

    Là, où je voulais en venir, c'est que je crois avoir compris que j'étais arrivée à mon seuil d'incompétence maximum en diplomatie, et que si l'on ne m'explique pas clairement les choses pour que je puisse m'excuser de quelquechose que j'admets et que je comprends, nous n'avons plus grand chose à nous dire.

    Surtout que j'ai remarqué que les gens appréciaient régulièrement me faire la liste de mes défauts, c'est gentil mais j'ai déjà une famille qui l'a fait depuis ma naissance, et surtout je me suis beaucoup analysée pour savoir quels défauts j'ai.

    Alors, on me traitera peut-être de snob ou d'élitiste, mais je crois aussi que la maturité c'est savoir reconnaître ses limites et accepter de s'excuser quand on a abusé de son défaut.

    C'est le cas de très peu de personnes malheureusement, alors sans vouloir refaire ma snobe, l'oeil, la poutre, toussa, quoi.

    Anyway, il y a des choses bien plus graves dans la vie, oh wait, je vais encore atteindre mon point Godwin à moi, alors je vais m'arrêter de suite.

     

    Tchô les penseux.