Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • J'ai essayé de remonter le temps

    J'ai donc enfilé la robe du mariage de ma soeur, le cerveau de la famille.

    Je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé en 7 ans, enfin si 4 grossesses, 3 enfants, des centaines de pot de nutella ingérés, etc ...

    Néanmoins, la robe me va.

    De dos.

    Concernant le devant, il y a un truc qui cloche, j'ai un soutif trop petit, j'ai engraissé du bras, je ne sais pas, c'est même pas le ventre qui fait blop, ce matin, il était visiblement ok pour ne pas trop transparaître, mais niveau poitrail, on aurait dit Laure Manaudou engoncée dans une robe de Posh.


    Le mariage de ma copine ayant lieu en juillet, paraîtrait que ça ne se fait pas de reporter la même robe que pour le mariage de l'autre copine, je sens que cette histoire va finir en futale.

    Tchô les nageurs.



  • J'ai réfléchi au sens de la vie

    Ca m'a fait dormir, sinon je crois que la réponse est 42.

    De façon plus pragmatique, j'ai commencé à ranger mon appart puisque la MC débarque d'ici quelques jours rapport au passage à l'hôpital du Balisto.

    Je suis allée au ciné avec le Suppôt, c'était bien chouette, le film et la sortie en elle-même, un charme désuet du macdalle de prout-prout land sans doute.

    En l'occurrence, il y a vraiment un intérêt à voir le film en VO surtout quand c'est un film anglais, rien que le titre traduit I give it a year par Mariage à l'anglaise, seriously ?

    Anyway, j'ai sérieusement fait baissé le taux de linge sale, ce qui, en soi, n'était pas difficile, le challenge reste de le faire baisser durablement, et ça fait 8 ans que ça dure ...

    La Lapinette est à fond sur son anniversaire, depuis quelques mois déjà, et c'est bien dommage puisque c'est encore dans plus d'un mois.

    J'ai séché les cours (un peu), j'ai joué à candy crush (trop), je n'ai pas fait mes devoirs (d'école), je me suis faite saquée à mon seul devoir de psycho (ah bah bravo), je n'ai pas fait d'abdos (bouh) et je n'ai toujours pas trouvé ma tenue de mariage pour juillet, par contre je me suis acheté des ballerines (qui font mal aux pieds) et un faux perfecto crème chez Pimqui? (d'une couleur différente de mes 4 camarades de classe tout de même), ma vie est passionnante je sais.


    Les vacances sont dans une semaine, j'en ai terriblement besoin même si je devrais encore faire mes devoirs d'école, je compte bien prendre le soleil même si contre toute attente, le nouveau médoc du dermato a plutôt bien fonctionné. Il faudrait tout de même que je l'appelle pour qu'il m'enlève mes points de suture (une année sans cicatrice nouvelle n'est pas une bonne année, tel est mon adage, ahem).


    Tchô les printaniers



  • Je suis démoralisée

    Je songe à investir dans des boules quiès pour les cours. Ce n'est pas le bruit de mes congénères qui me dérange mais le bruit perpétuel du formateur. J'aurais envie de travailler ce que j'ai à faire mais je suis comme un gosse, je suis une éponge et je n'arrive pas à me concentrer sur ce que je voudrais et ne pas entendre, ne pas écouter les salves incessantes d'un discours faux et illusoire.


    J'ai des tonnes de boulot, je suis super fatiguée, j'ai envie d'avoir plus de temps pour une vie personnelle reposante et épanouie, et ni l'école ni la fac de psycho ne me satisfont en ce moment. Déjà, la fac de psycho je n'ai pas le temps. Et le seul truc que je comptais faire, c'est-à-dire le mini-mémoire en psy du dév (équivalent du bidule sur le divorce que j'ai torché l'année dernière en psy clinique), je me suis faite éclater sur le pré-projet. En gros, la prof me dit que c'est de la merde, le sujet, la façon dont je le présente, tout. Limite, ses mots transpire la suffisance et le dégoût de lui avoir fait perdre son temps à lire ma prose débile.


    L'école, n'en parlons pas, c'est un ramassis de discours contradictoires, non construits, illogiques et fermés, tout en prônant l'inverse. Evidemment, avec mon caractère dit de merde, j'ai régulièrement envie d'exploser, de coller des baffes, de gueuler, de hurler. Mais pour le moment, je me tiens à ma nouvelle maxime "FTB" (que d'ailleurs, si j'étais fan de tatoo, je me le graverais sur la peau pour le restant de ma vie) qui signifie, bien entendu, "Ferme Ta Bouche".


    C'est dur, c'est très dur, très très dur.

    Pourquoi visiblement tout le monde y arrive et pas moi ? Faut-il vraiment que j'aille voir un psy au risque de m'entendre dire que je n'y arriverais jamais car on ne change pas de personnalité comme ça à mon âge ?


    Chiottes et bordel de chiottes.


    Tchô les bouchés.