Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sans intérêt

    coucou, c'est moi même si ça fait bien longtemps. je ne sais même plus où on en était et depuis j'en ai perdu le courage de mettre des majuscules. ma foi, ce n'est pas bien grave.
    d'ailleurs, "ma foi", c'est une expression qu'il faut savoir maîtriser quand on travaille dans le SFE, et c'est très utile, ça aide beaucoup à se convaincre que "ma foi", on fera avec. Donc du coup, on est plutôt content de travailler. Même si, pour ma part, le schéma le plus murphy s'est imposé : job pas clair et à moitié pourri, paie moisie et ambiance super. Du coup, ben je reste là, parce que mon ancien boulot, celui que j'ai abandonné pour cette reconversion, c'était job pourri, paie ok, ambiance pourrie. Et comme on ne sait jamais si l'herbe est plus verte ailleurs et honnêtement, je suis plutôt contente d'aller bosser, j'écoute ma sérotonine et je reste.
    à part ça, la meuf qui trouve que vraiment la nuit, on voit pas très clair en scooter, c'est moi parce que j'avais juste oublié d'enlever ma visière solaire, fail. Bon c'est-à-dire que je ne m'y fais pas encore au décalage horaire, sans déconner, il fait noir à 19h30 et on n'est pas encore passé en heure d'hiver. A toutes fins utiles, je rappelle que j'ai grandi en Brittonie et quoiqu'on en dise, il ya un réél décalage d'environ 1h sur le lever et le coucher du soleil, 1000 bornes ça n'est pas rien, ils en ont même fait un jeu, oh que je suis drôle.
    Cet article confirme donc que je suis toujours aussi fatiguée le week-end mais que sinon ça va bien.
    Tchô les minots.