Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bricol-otte

  • Attention je fais une vraie note

    Avec du bricolage et presque pas de jérémiades pour montrer que peut-ˆetre (bon visiblement le site H&F ne fonctionne toujours pas vraiment sous android) (oui je n'envoie pas mon article par mail auj, que de changement huhuˆˆ) je ne fais pas que des lessives et du rangement dans la vie.

    IMG_20140722_140415.jpg

    donc avant on avait un banc de salle de bain (j'aime bien m'asseoir après ma douche pour me sécher, passer le coton-tige dans mes oreilles et mettre mes lentilles mais ça c'était avant) tout pratique mais avec un tissu noir taché de javel (des fois je lave ma sdb surtout depuis que la femme de ménage cette follasse s'est barré et maintenant me harcèle pour revenir). je pensais donc depuis longtemps recouvrir ce tissu moche. et auj, me sentant particulièrement sur les nerfs, j'avais besoin de me défouler.

    IMG_20140722_142258.jpg

    au début j'ai essayé de fixer le tissu avec des petits clous, ceux qu'on nous file en cinquante exemplaires pour fixer le fond d'une Billy alors que six suffisent. Mais en fait les clous étaient trop longs et ça ne pénétrait pas assez dans le bois (cette phrase n'est absolument pas sexuelle). Donc les punaises c'est bien. Et voilà le résultat, un banc tout printanier .

    IMG_20140722_142316.jpg

    Normalement, ce soir, je dois céruser un buffet en pin mais je dois attendre la Lapinette sinon elle va péter un plomb si je fais sans elle. Pour l'instant, je l'ai déjà brossé et j'ai démonté les poignées en laiton. Et demain, je fais des valises. GROSSE BLAGUE. Tchˆo les circonflexés absents.
  • Je vais avoir des muscles d'acier

    pour commencer cette année. Ou presque.

    Non, je ne vais pas dans mon club de sport préféré, je sporte à domicile.

    Ce qui est pratique quand tout va de guinguois dans un appart, c'est qu'au niveau travaux, il n'y a pas de quoi s'ennuyer. T'en as marre d'enduire, tu changes de pièce et tu scies. Marre de scier, il suffit de percer et visser, ou coller.

    D'où l'intérêt d'avoir envoyé paître les enfants chez leur grand-mère. Par contre, trois jours c'est trop court. Juste assez pour transformer l'appart en chantier, encore plus qu'il ne l'était, la table de salle à manger en établi, et il faut tout ranger, tout aspirer pour le retour des petits bébés.

    Il n'y aura donc rien de terminé, comme d'habitude, pourtant je n'ai fait que bricoler. C'est un peu frustrant. La cloison commence à prendre forme, les WC ne ressemblent toujours à rien, il n'y a toujours pas de porte-manteaux dans la chambre de Lapinette (saleté de béton vibré). Le seul truc qu'on peut dire, c'est que mon déo ne se casse plus la figure de l'étagère de la salle de bains que j'ai revissé. Wouah.

    A part ça, je n'ai pas révisé, révisé ? quel est donc ce mot étrange ?, je n'ai pas trié les fringues des bébés, je n'ai pas lessivé et je n'ai pas rangé. Je vais déprimer pour changer.

    Tchô les bétonneux.

  • Et j'ai paqueté, paqueté

    Empaqueté plutôt. Sauf que je n'ai pas fermé les cartons car je ne déménage pas.

    J'ai transformé la non-chambre du Balisto en hangar des déménageurs bretons. C'est toujours ça de pris au niveau déco.

    Les travaux dans le salon n'ont pas avancé d'un chouïa, aka on est dans la partie Biscottienne.

    Pourtant, ce n'est pas faute de chercher à faire un max de choses par moi-même. Choses qui passent totalement inaperçues, mais passons.

    Anyway, je n'ai pas non plus avancé d'un brin mon bidule sur le divorce. J'ai de facto arrêté les révisions de septembre même si désormais mon programme de rattrapage est fixé. Et mon passage en année supérieure conditionnelle aussi puisque la rentrée EJE tombe pile poil sur les exams. Alors je veux bien louper la deuxième et la troisième après-midi mais pas la première matinée tout de même. Il me restera donc une matière charmante pour l'année prochaine.

    Au niveau réparations, la moto du Biscotte est de nouveau apte à servir (merci qui ?), mon scooter dort tranquillou chez le concessionnaire en attendant son nouveau moteur électrique à 3000 boules (il aura une aile neuve gratos, je m'améliore en négociation, tyas vu ?), le micro-onde dort toujours dans notre entrée (depuis 3 mois I know) en attendant l'hypothétique rappel de mistergooddeal (les fantômes de l'oubli), la lame du mixeur est toujours cassée dans mon sac à dos attendant sa remplaçante (un mois bientôt), et mes boucles d'oreilles sont toujours chez le bijoutier qui n'a jamais envoyé de texto pour confirmer leur réparation (date limite le 17 juin laule).

    A part ça, je ne suis pas allée à la Poste pour dénoncer le Biscotte qui roule trop vite devant les radars automatiques, trop de soleil m'a empêché de faire des balades quotidiennes, ahem. Je n'ai pas fait un brin de sport mais j'ai découvert la bibliothèque universitaire des méga-riches parisiens. C'est con, elle est désormais fermée pour tout l'été, je ne pourrais plus profiter de ces lignées de livres passionnants sur les traumatismes psychiques et de ces ordis en libre accès, son calme vertigineux et son immensité déconcertante (dans un quartier à 18000€ le m2, bah voyons, je me suis assise deux heures dans un espace à 18000€, trois fois ma bagnole donc, j'ai eu mal au cul en rentrant chez moi).

    La Lapinette est honteusement chiante et jalouse de son petit frère, qui lui, as usual, nous sort (encore !) une dent, ô joie.

    Ah oui, il pleut aussi.

    Achevez-moi.