Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Futilités

  • Je suis dans le social

    Ben oui, je fais une formation à un métier du social et en plus je suis sur un réseau social. Mon taux de socialitude est largement dépassé.

    Alors va falloir que je fasse gaffe car si un jour, je ne maîtrise pas, ça va vite siffler, enfin je me comprends.

    Déjà, aujourd'hui, la pintade gloussait (encore). La prof demande ce qu'elle a. Fatiguée, je lui réponds que c'est normal. Alors la prof dit qu'il va falloir songer à séparer le rang de la pintade. J'ai répliqué que ça ne servirait à rien, même seule, la pintade glousse.

    L'avantage, c'est que tout le monde étant d'accord avec moi et qu'au vu du bordel ambiant dans la classe aujourd'hui, ça ne s'est pas trop remarqué.

    Mais sur fessebouc, ça risque plus de se remarquer. Alors quand le niveau des questions frôle le niveau -12 des abysses de la connerie, mon clavier me démange, les GETA, Vive le Vent et autres Bordel de chatte à couilles fusent dans ma tête et je me retrouve à poster ce genre d'article sur mon blog.

    De ce fait, je pense être en arrêt maladie vendredi. Ca ne peut que me faire du bien. Plus de deux jours sans la VC, je n'arrive plus à me contenir, c'est trop.

    Cherry on the cake, la pintade pue, mais grave. Le problème c'est que je ne suis ni sourde ni anosmique. Par contre, il paraît que j'ai des couilles, ça ne me sert à rien puisqu'avec la pintade, le reste c'est de la poule mouillée alors la solidarité, je peux me la carrer dans le troufion, c'est classe d'étudier dans le social.

    Tchô les sociaux.

  • Il faut que j'arrête de suite

    Je ne sais si c'est l'air marin, si c'est le départ imminent en navion (ouais, ouais, t'as bien lu) (vous direz à mes enfants orphelins que vraiment je les ai aimé plus que tout au monde et que ce seront toujours les plus merveilleux des enfants qu'on puisse avoir) (n'oubliez pas de transmettre, je compte sur vous), ou si c'est le manque de nicotine, mais il s'avère que j'ai bien failli me perdre sur Facebook.

    Je ne sais pourquoi j'ai voulu commencer à taper des noms de gens qui étaient avec moi au lycée ou au collège. Ce fut vite fait car il faut se rendre à l'évidence, je ne me souviens de quasi aucun nom de famille. J'ai eu une fulgurante réminiscence et j'ai retrouvé une fille qui ne montrait que sa photo et sa date de naissance. Encore heureux qu'il y avait aussi la ville, j'ai du accepté que oui, c'était bien elle et j'étais vachement contente pour elle, car, niveau physique adolescent, je crois qu'on morflait toutes les deux autant l'une que l'autre, et sur cette photo de profil, je l'ai trouvée vachement jolie.

    Portée par cet enthousiasme soudain, j'ai retrouvé un gars du deug avec son meilleur pote, in fine. Le dit gars s'est mariée avec sa pouffe de l'époque, et quinze ans plus tard, n'a toujours pas de gosse avec elle. Je pense qu'elle est cocue, enfin surtout je l'espère vraiment, parce que bordel, qu'est-ce qu'elle était chiante. Mais heureusement, niveau physique, elle a morflé par rapport à ses jeunes années. Son meilleur pote, finalement, n'est plus avec ma meilleure copine de l'époque, dont c'est ballot, je n'ai aucun souvenir du nom de famille.

    Encore plus réconfortée par ces excellentes nouvelles, j'ai retrouvé pas mal de gens du dess (c'est con mais je ne me souviens d'absolument aucun nom de mes camarades de maîtrise, vise un peu comment les gens m'ont marquée et comment j'ai bien su refouler mon passé), ils se sont mariés entre eux, ils ont procréé, c'est mignon comme tout.

    C'est là que je suis tombée sur le profil de mon ex-coloc Casper. Que j'ai failli demander en amie. Je ne l'ai pas fait pour la simple et bonne raison qu'il aurait fallu lui expliquer pourquoi je n'avais pas mon vrai nom sur facebook, et je me sentais con. Et pourquoi diable aurais-je repris contact avec cette fille sous prétexte qu'elle bosse dans la même boîte que le Suppôt ? Pourquoi diable serais-je amie avec une fille que je ne reverrais pas et qui est amie sous facebook avec tous ses ex ?

    Ma logique absurde m'a fait conclure que ce serait mieux d'être amie avec ma soeur, le cerveau de la famille. Après avoir compulsé son profil, j'ai sagement décidé de venir écrire cet article plutôt que de faire une connerie. On commence par être amie avec sa soeur, elle va finir par découvrir ma vie virtuelle et réelle, ce sera la fin du monde, on ne mélange pas les choux et les carottes, bon sang !!!

    Comme j'étais visiblement en manque d'amis, j'ai préféré demander à mes vraies copines IRL. C'était probablement le plus sage.

    Let's hope.

    Tchô les églefins.

  • J'ai reçu mon colis

    C'est toujours sympa de recevoir ce petit mail au milieu d'une journée chargée. Déjà, on n'a pas la culpabilité d'avoir dépensé puisque c'est déjà fait depuis longtemps, et du coup, on a l'impression de recevoir un cadeau. L'impatience de savoir si ce qu'on a acheté va encore nous plaire, va nous aller.

    Achats.JPG

    Effectivement, j'avais fait les soldes Best Mountain sur Brandalley. Bon sauf, le soutif, ça doit être une autre marque, mais il fallait bien trouver quelquechose pour aller avec ce polo très Villageois dans l'attitude et très universitaires pour mes futurs études. Une petite blouse légère parce qu'un jour l'été va arriver ou sinon je me déplacerais pour trouver l'été. Et enfin un pull d'été, l'été de nos régions, celui où il fait 15° et il pleut la moitié du temps. Et tout me va. 

    Ca m'a consolé d'avoir été incapable de trouver dans mon sac le seul papier indispensable à Pôle Emploi pour calculer mes indemnités, papier que j'ai bien sûr retrouvé sitôt rentrée chez moi et que je dois donc rapporter demain.

    Ca m'a consolé que la Lapinette soit malade (un titi peu selon elle).

    Ca m'a consolé d'être encore fatiguée, que le temps soit moche et que ni mes révisions ni mon TP n'avance un brin.

    Haut les coeurs, je relance la consommation grâce à mes déprimes chroniques. Remerciez moi.

    Tchô les fringueux.