Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adrexo

  • Euh ouais ?

    Driiiiiiiiiing.

    Je me lève tout de suite, pas le temps d'arriver à l'interphone et pourtant je n'ai pas un appart immense.

    Driiiiiiiiiing.

    Là, je me dis que premièrement Raymonde est en avance et deuxièmement elle abuse un peu sur la sonnette, elle sait que le Balisto dort à cette heure-là.

    "Oui ?"

    "Ouais, bonjour, j'ai un colis pour vous."

    (Ce n'est pas Raymonde, donc. C'est plutôt Kevin-Djalil.)

    "Ok, 4ème étage."

    "Euh, ya un ascenseur ?"

    "Non."

    (Tu rêves profond ptit gars)

    "Vous pouvez descendre ?"

    "Non."

    (Et cent balles et un mars ?)

    "Ah ouais, mais moi je ne vais pas monter."

    (Moment de solitude, que répondre à ça, surtout que techniquement je n'attends rien).

    "Bah, moi je vais pas descendre, j'ai un nourrisson de 3 semaines dans mon salon."

    "Ouais, ouais, ok, ça va, je monte."

    (Mais genre tu me fais chier, mais pour l'excuse du nourrisson je me sacrifie.)

    (Et moi, je me demande vraiment s'il va vouloir vérifier que j'ai vraiment un bébé).

    Cavalcade dans les escaliers.

    "Votre nom et signez."

    Je m'exécute.

    "Au revoir".

    (Et merci, ducon, ça t'écorcherait la gueule ???).

     

    Et, en fait, c'était le cadeau de bienvenue au Balisto de mon CE.

    Et pour information, je ne balance pas, mais le livreur bossait pour Adrexo. Je dis ça, je dis rien, hein.