Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alexiane

  • Des gens bons et Laurent Chandemerle

    Des fois, j'ai des idées à la con. Tant que c'est espacé, ça va, mais des fois, je cumule.

    Alors bon.

    Rdv 19h45 dans Paris.

    1ère idée à la con : Prendre ma voiture et me garer dans l'ouest parisien.

    2ème idée à la con : Prendre le métro. J'avais oublié, chui malade dans les transports en commun. Alors le métro ça passe souvent, mais qu'est-ce-que c'est long ...

    3ème idée à la con : être en retard et croire que les gens sont encore plus en retard que moi, alors attendre. Et louper les 25 premières minutes de spectacle.

     

    Interlude.

    Alors il est comment Laurent Chandemerle ?

    Il a une bonne énergie. Malheureusement, désarçonné par le public peu nombreux ce soir là, son énergie fut difficilement communicative. Ses imitations chantées sont plutôt bonnes. Les imitations parlées tant que ça reste sur du comique genre Dubosc ou Djamel, ça va.

    Sinon, ben il nous donne tout, il est vraiment à fond tout du long, mais il manque juste le truc, une mise en scène meilleure, une étincelle.

     

    Deuxième Interlude.

    Alors ils sont comment les blogueurs ?

    Depuis mon unique soirée blogueuse (mais si, le truc où j'étais censée devenir blonde et que je suis ressortie rousse comme d'hab), j'avais la crainte de me retrouver encore avec des melons recouvert de tartan (c'était la mode 2008) qui ne m'aurait même pas adressé la parole. (même si il y a prescription, je tiens à dire qu'il y en avait quand même une avec qui j'avais échangé quelques mots et qui était sympa, arrêtons d'être mauvaise langue).

    Eh bien pas du tout.

    Des gens bons. Des gens qu'on ne regrette pas d'avoir partagé un instant avec eux.

     

    Revenons aux idées à la con. Suite au succès fou d'Alexiane, je me dirige vers la station de métro d'où j'étais venue. Et l'amoureux transi d'Alexiane de me suivre. Je suis hyper-rassurée.

    Et en fait, je suis vraiment malade dans les transports en commun. 5 stations plus tard, je m'échappe du métro, j'appelle le Biscotte qui m'annonce que si je veux faire le trajet en bus, je vais y passer la nuit.

    Je prends le métro suivant. 5 stations plus tard, le souvenir ému du Fishous marinant dans le clou de girofle manque de me faire baptiser les bottes de ma voisine. Je sors, je cours dans les escaliers.

    Ah l'air libre.

    Oh l'église de la porte de Saint-Cloud.

    Ah ben, je ne suis pas rendue comme on dit chez les Brittons du Sud.

    Bien que je voue un culte à Boulogne Billancourt au point de m'y garer, d'aller y faire du shopping des fois (c'est trendy), et de me remémorer le bon vieux temps où j'y résidais, j'aimerais quand même bien qu'ils pensent à mettre des trottoirs et des passages piétons pour traverser le périph à porte de saint cloud.

    Mais j'ai les chevilles souples, et après 3 chevilles tordues, je rejoins vaillamment édouard vaillant et marche.

    Longtemps.

    Très longtemps.

    (Quand j'étais jeune, je portais des docs et je marchais plus vite, me souvenais plus que Marcel Sembat était aussi loin).

    Je rejoins enfin l'entrée de métro Billancourt. Mais en fait je suis garée à la deuxième.

    Il est minuit, je suis chez moi, mes pieds absolument bien conservés dans mes Clarks, un lexo et au lit.

     

    Dernière idée à la con : regarder la météo (il va pleuvoir), prendre ma voiture pour aller au boulot, une heure plus tard, je suis arrivée et il a fait un soleil radieux.

     

    J'veux dormir...