Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

allaitement

  • Et un bib, c'est ma tournée patron !

    Et voici l'article tant attendu sur le bib à la demande (ou pas).

    Oui, oui, je sais que ce "ou pas" titille pas mal de gens en ce moment, mais bon, j'en avais envie.

    Alors bon, comment s'est passé l'alimentation de la Lapinette depuis sa naissance pour en arriver à de tels débordements.

    A savoir que par pesée différentielle (moi et Lapinette sur la balance moins moi toute seule sur la balance) avec confirmation (même méthode avec le Biscotte et la Lapinette mais sans moi), nous en sommes arrivés impitoyablement à la conclusion que la Lapinette pesait désormais aux alentours des 4,3 kgs au bout de 7 semaines. (On rappellera qu'elle pesait 2,410 à la naissance).

    Elle mesure aussi d'ailleurs au mètre de couturière environ 55 cm contre 46 cm à la naissance.

    Qu'a-t-il donc bien pu se passer ?

    La 1ère semaine, on lui filait des bib de 90ml et ce, à peu près, 6 fois par jour quand elle réclamait.

    A bout de 3 semaines, on en était arrivé à lui filer des bib de 120 ml. Puis 150 ml 5 fois par jour très rapidement.

    Et toujours quand elle réclamait.

    Puis, il y a eu ce jour mémorable où elle a décidé de pioncer entre 12h et 19h sans interruption puis de faire la java toute la nuit. Biscotte et moi avons donc fait une réunion de crise et pris les mesures qui s'imposaient.

    On a pris la Lapinette entre 4 zyeux et on lui a expliqué que maintenant c'est nous qui allions décider quand est ce qu'elle allait se sustenter.

    A savoir un bib à 12h, un bib à 17h, un bib à 22h, un bib dans la nuit quand elle veut, et un bib aux alentours de 7h du mat.

    A part le fait qu'il a fallu la passer à 180 ml à la fin de son premier mois de vie, ça a plutôt bien marché. Même mieux que prévu car depuis sa 6ème semaine, la Lapinette saute le bib de la nuit et pionce de 23h à 6h30 du matin un jour sur deux.

    Et aujourd'hui est un grand jour car elle nous a fait ça DEUX nuits de suite.

    MOUAHAH.

    Par contre, tout ne peut pas être tout rose hein.

    Donc la Lapinette nous fait des crises de tristesse tous les soirs entre 19h et 22h. Il paraît que c'est normal et que tous les bébés font ça. Alors ben on attend juste que ça passe.

    Et si elle continue comme ça, je pense qu'il va falloir aussi la passer bientôt à 210 ml.

    Petite gloutonne.

  • J'ai pas faim,

    je suis aigrie et déprimée.

    J'aimerais récupérer une vie et je suis toujours coincée sur ce lit comme depuis 2 ans maintenant.

    Parce que quand ce n'est pas la cicatrice qui m'oblige à rester là, c'est le Parlodel, cette saleté de Parlodel. Je ne sais pas si on donne aussi de la bromocriptine à celles qui décident d'arrêter l'allaitement maternel, mais si ce n'était pas le cas, ce serait vraiment la seule raison pour laquelle je recommanderais l'allaitement maternel.

    Chacune fait ce qu'elle veut, mais pourquoi ai-je du répéter au bas mot 24 fois entre mon entrée à la clinique et les 2 jours suivant la naissance de Lapinette que non, je ne donnais pas le sein ?

    Pire que ça, pourquoi la question à laquelle ai-je eu le droit tout le temps c'était : "Allaitez-vous ?"

    Question à laquelle une envie irrépressible me donnait envie de répondre : "Bien sûr que non, je laisse mourir mon enfant de faim !" ou au choix "Non, elle se nourrit à la bière."

    Et je répondais juste "Non, je lui donne le biberon." Parce qu'évidemment moi je croyais que le verbe allaiter signifiait nourrir avec du lait. Mais il s'avère que pour le commun des mortels bobo bio modo fashionesque, allaiter signifie allaiter au sein.

    Et que expérience oblige, j'ai du moi-même réclamer ma bromocriptine le jour de l'accouchement sinon je me serais tapée une montée de lait pour rien. Ah ben bravo la clinique.

    En tout cas, moi, je me suis remise à la bière, j'ai récupéré un transit et je n'ai toujours pas faim. De toute façon, il reste entre 4 et 7 kilos à perdre (ça c'est le Biscotte qui estime qui vaut mieux viser plus pour réussir le minimum, merci pour la confiance hein).

    Et il pleut toujours.

    Et la Lapinette bouffe comme quatre, et ce n'est pas pour ça qu'elle grossit, je me demande bien où elle a chopé ce métabolisme, la nature reste un mystère.