Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amniocentèse

  • Comme une éclaircie

    Depuis 3 semaines, mon ciel était bien bien sombre. Genre apocalyptique.

    A cause de ce petit chiffre : 1/110.

    Je n'avais pas peur de la trisomie parce que je savais que le nez, la clarté nucale, le fémur, tout était ok.

    Mais nous n'étions pas à l'abri d'une quelconque maladie chromosomique.

    Et bien non.

    Alors on peut féliciter la petite Mabroukhe aka ma Lapinette, ma Petite Princesse, ma Fée qui a 46 chromosomes tous normaux.

    Bien sûr, il y a encore l'écho cardio puis l'écho morpho, mais il y a quand même une petite sensation de légèreté qui s'est installée en moi.

    Et elle ne devrait pas, car j'ai pris 1,4 kgs en deux jours, ça craint un max.

    Alors on va essayer de laisser tomber cette atonie flagrante qui me dévorait de jour en jour, on va ressortir la machine à coudre, emmener Lapinette à la piscine, manger des fruits et des légumes, et préparer son prochain passage à la télé.

    (Et retourner au boulot accessoirement, même si j'avais presque oublié que j'en avais un, rhô).

  • Euh bon

    On joue à la loterie, on le sait d'avance, mais ça fait toujours mal.

    J'ai été remboursée (enfin) des suppléments d'honoraires de la naissance de mon ange par ma mutuelle.

    Maintenant le chapitre est clos, il faut passer au suivant.

    Celui qui est donné à la science.

    La science est rassurée par les examens. Peur du procès, connaissance du sujet approfondi.

    On est libre de ne pas se donner en pâture, libre de ne pas vouloir savoir, mais aussi libre de vouloir l'avoir à dispo si besoin la science. Alors on se plie aux exigences. Quand c'est le médecin qui prend les rendez-vous à notre place, est-ce de la compassion ou de l'urgence ?

    En attendant, on flippe. On se terre. On est liquéfié. Et y a toujours ces minis-coups. Ces minis-coups qui ne seront peut-être plus là. Ou encore plus forts.

    Mais je ne suis pas assez courageuse pour y croire encore.

    Alors j'ai peur.

    Trop peur.