Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anouchka

  • Le cinéma sous hormones

    Quand j'ai fêté mes 20 ans, huhu, y a des tas de gens gentils qui m'ont offert des DVD, et au hasard miraculeux, j'ai pris le temps de quasiment tous les regarder (le quasiment c'est pour "le diable s'habille en prada" que j'ai déjà vu donc c'est pour ça qu'il est passé en fin de liste).

    Remarque, j'avais aussi déjà vu H2G2, mais c'est aussi le premier que le Biscotte avait envie de revoir. Pour H2G2, je n'étais pas encore boostée à la béta-HCG, enfin je ne crois pas, donc j'ai bien rigolé et ça m'a bien fait plaisir de revoir Marvin. Alors, à celle qui me l'a offert, je dirais Salut, et encore merci pour le poisson !

    Puis, j'ai vu In her shoes entre gonzesses un samedi soir. C'était la veille de me faire féconder, et pourtant j'ai chialé une bonne partie du film. Je m'attendais à une énième comédie romantique et pas du tout, ce film est génial, Cameron Diaz y joue excellement bien, et les rapports familiaux sont traités avec justesse sans mièvrerie et pathos.

    Ensuite, avec le Biscotte, on a visionné Mary & Max. C'est osé un film en pâte à modeler et en noir et blanc. Ce film est poétique mais triste à en pleurer des litres et des litres. Je le conseille énormément, mais faut peut-être attendre d'avoir un peu la pêche pour le voir sinon c'est coup de blues assuré.

    Hier, pendant ma crise de paranoïa dépressive spasmophile terrorisée, j'ai réussi au bout de 4 heures à terminer de regarder Imagine Me & You. En sortant du contexte, je dirais que c'est un film hyper mignon, option mièvrerie et guimauve comme l'a si bien décrit l'auteure du cadeau. Je le re-regarderais c'est sûr, mais quand je serais certaine d'avoir les idées à peu près claires. Nan mais tu te rends compte que j'ai failli me pendre quand une fille voulait offrir un bouquet de fleur à son copain qui ne voulait pas de bb pour lui annoncer que justement elle allait en avoir un ? Fucking hormones.

    Aujourd'hui, le Biscotte m'a fait regardé Piège de cristal, c'était mignon, oui oh j'ai toujours trouvé Bruce Willis mignon. Et il m'a mis à dispo Wall-E, et là c'est sûr que je vais courir voir WALLLLLLL-E et EEEEEEEEEEEEEEEEVAAAAAAA :)

    Tchô les sauterelles cinéphiles.

  • Septembre sera, ou pas

    En répondant aux comms hier soir, je regardais ce calendrier tout blanc en haut à droite, celui qui signifiait que je n'avais rien posté au mois de septembre.

    Quand est venu le 1er septembre, la 1ère chose que je me suis dite c'est que chic les inscriptions pour les écoles d'EJE allaient être ouvertes. Forcément, leurs sites n'étaient pas à jour alors j'ai passé ma journée à trépigner derrière des standards téléphoniques essayant vainement d'obtenir quelqu'un qui m'expliquerait pourquoi leur f***ing site n'était pas à jour alors qu'on était le 1er septembre.

    Après, je les ai assommé de mails, puis vers le 3 septembre j'ai commencé à recevoir des liens pour télécharger des dossiers.

    En même temps, j'essayais de m'inscrire à la fac de psycho (un jour, mon prince viendraaaaaaaaa), et je recevrais une offre de crédit que je me devais de conserver précieusement 10 jours chez moi avant de la renvoyer.

    J'ai donc déclaré que septembre serait administratif.

    Puis, j'ai décidé de m'atteler à la déco carton de l'appartement. J'ai réussi à extorquer 12 cartons à la FPS que JE lui avais prêtés pour son déménagement. Il lui en reste trois que je compte bien aller vider fissa chez elle pour les récupérer. Puis, j'en ai extorqué 12 autres à mon entreprise qu'il faudrait que je m'attèle à remplir.

    J'ai déclaré que septembre serait le mois du rangement.

    Dans tout ça, la Lapinette a fini par définitivement casser la charnière du hublot de machine à laver à force de jouer avec. Cela ne m'empêche pas de faire des machines encore heureux, mais il faudrait quand même en racheter une autre et aussi la clé étoilée qui permet de la fixer.

    J'ai déclaré que septembre serait chiant.

    Sans compter que c'est le mois des anniversaires, je vais forcément en oublier un, que j'essaie aussi d'organiser un déménagement un peu funky à base de brunch et de crémaillère, plus on est de fous, plus on rit et moins on a de cartons à porter, mais visiblement le concept a du mal à être intégré auprès des invités.

    J'ai déclaré que septembre devrait se finir assez rapidement parce que j'en ai déjà assez.

  • J'hésite

    Je tergiverse.

    Que dire de plus ?

    Tout est en équilibre fragile, alors je serre les fesses et je vis.

    J'hésite à m'inscrire sur twitter. Non pas que j'ai envie de twitter particulièrement, puisque je plurke, mais j'ai l'impression que ça serait plus facile de suivre Anouchka si j'étais inscrite. Je ne sais pas trop.

    Et puis ça m'occuperait la journée, un peu.

    J'hésite parce que c'est une période, une période où je n'ai envie que d'être spectatrice, me laisser couler en regardant les autres, en les écoutant, en les conseillant si je peux et si je suis appropriée.

    Secret story, c'est chouette, mais ce n'est pas la vraie vie, on ne peut pas influer sur le cours des choses.

    Moi je veux comprendre les autres, j'ai hâte que les inscriptions à la fac de psycho soient ouvertes.

    J'hésite à faire maintenant mes lettres de motivation pour les pré-inscriptions d'école qui sont déjà ouvertes alors qu'il faut les rendre en septembre et que toutes les autres seront ouvertes en septembre.

    J'hésite à réfléchir, parce que j'ai mis mon cerveau en vacances, parce que mon cerveau est en vacances et que je ne veux pas me brusquer.

    J'hésite quand je vois ces mères de copains de crèche de Lapinette qui sont déjà enceintes en stade bien avancé du second et du quatrième. Le second, je comprends, c'est l'attrait de la nouveauté, c'est le retour de couches, le baby-blues qu'on veut éviter, l'envie d'avoir une famille plus grande tout de suite. Mais bordel, le quatrième ?? Et elles sont plein dans le Village à aller à la messe, pondre des familles hyper-nombreuses et à se la jouer über-cool de l'utérus. Toujours ma vieille révolte face à celles qui ont déjà un mal fou à avoir le premier et je ne parle pas de moi. Je suis sûre qu'il y a une réelle explication sociologique à ce phénomène mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Je ne comprends pas que l'on puisse aimer changer des couches à la chaîne, donner des bib ou des compotes à la chaîne, des bains à la chaîne, faire des lessives en grande quantité, laisser l'éducation du petit à ses grands frères et soeurs, trouver le temps d'avoir un travail et de baiser avec son mari. Et c'est quand qu'elles communiquent à leurs enfants ?

    Je veux dire réellement se poser et laisser l'enfant venir à soi pour parler de ce qu'il a envie, de lui dire qu'on l'aime, et rigoler avec lui.

    Un peu ce que je n'ai pas eu en quelque sorte ...

    Bon et sinon ça va bien hein ;-)