Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arielle boulin-prat

  • L'heure de gloire

    Où je découvre que l'on me ment et que l'on me spolie depuis toutes ces années.

    Depuis le milieu de la semaine dernière, Biscotte et moi étions dans le public des Chiffres et des Lettres. Avec notre air bête et nos pieds plats quand on réfléchit, avec le gros plan sur la tonsure de Biscotte, avec un zoom sur mon profil (on devrait tuer le cadreur rien que pour ça), avec nos chuchotages à l'oreille et nos rires.

    Globalement, en tant que potiche, j'étais plutôt satisfaite du résultat. De face, cela s'entend bien. De profil, c'est moche, on dirait une tortue à double menton.

    Mais alors vendredi, il a fallu que je parle. Bonjour, qu'il a dit Laurent Romejko, où habitez-vous ?

    Et c'est là que je crie au scandale. Ca fait 15 ans qu'on me fait croire que l'appareil dentaire a fait des miracles sur ma diction chuintante. Eh bien non, je vous le confirme. Au bout de deux J d'affilée, je zozote bel et bien.

    Ajouté à cela, que je parle comme un canard, très sèchement et avec un accent bizarre, c'était la cata complète. Alors pour l'accent, je cherche encore, mais je n'ai toujours pas trouvé d'où il pouvait être. Sachant que je n'ai jamais entendu d'accent pareil chez quelqu'un d'autre. On pourrait penser à un mix de chti mêlé de marseillais, avec celui d'une fille du Sud-Ouest qui essaierait de le cacher, et une chinoise qui apprend le français.

    Sinon dès que je me tais, ça va à peu près. Sauf les yeux. Certains diront que je dois sans doute souffrir d'hyperthyroïdie, mais non pas du tout, ma thyroïde va très bien, elle vous en remercie. Oui, j'ai des gros yeux. Bleu pétant de surcroît. Ce ne serait finalement pas gênant s'ils restaient en place. Mais non, ils se baladent tout le temps, ils parlent à ma place genre je ne suis pas sûre, ah oui j'ai trouvé, mais qu'est-ce qu'il veut dire, mais quel con celui-là à côté, etc ...

    Pour la première partie, à partir du moment où je me suis fait lattée avec OPUNTIAS, qui je le rappelle est la figue de barbarie,  puis avec PLEURITE je suis globalement pétée de rire. On notera ce passage super subtil où par un énorme hasard, je trouve le bon compte, je lève les bras en rigolant et en faisant "Yes", où les présentateurs sont morts de rire, et où le candidat sérieux comme un pape à côté doit vraiment se demander sur qui il est tombé.

    Bon, il ne me laisse aucun répit et je m'incline avec 18 points d'écart, et il est trop dégoûté que je lui pique le dernier mot à 8 lettres avec Bradeuse, oui ça existe.

    Deuxième partie, qui a été diffusée samedi, j'ai arrêté de parler, limite je dors tellement je suis claquée et démoralisée. Il ne me laissera aucune chance, nous finirons 99 à 91, avec son petit sourire sournois du dernier tour où je trouve un 9 lettres et lui aussi nananère, je t'éclate pauvre conne.

    Mais là où ce gars est vraiment fourbe, c'est que techniquement à la partie suivante contre un candidat vraiment naze, il aurait du gagner avec plus de 40 points d'écart, donc gagner la partie en une manche, donc ne gagner que 100€ contre 200€ avec moi puisque je l'ai traîné sur deux manches. Eh bien non, il a sciemment laissé passer plein de mots de 8 lettres pour s'assurer une deuxième manche et les 100€ qui vont avec.

    Alors que moi, nada, rien, que dalle, il ne m'a RIEN laissé passé.

    Bah c'était rigolo quand même :-)