Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bagages

  • Alzheimer me guette

    J'ai commis un petit oubli.

    L'autre jour quand je disais : "Nous sommes arrivés à Paris et nous avons pris la ligne 14", ce n'est pas aussi simple en fait. PAS DU TOUT même *soupir*

    Il existe deux entités de transport fondamentalement différentes en région parisienne : la seuneuceufeu et la airatépé. Et ces deux-là ne s'aiment pas beaucoup, alors ils font tout pour se faire chier. Et fatalement, ça retombe sur des gens comme moi.

    Le matin, dans ma banlieue, je prends donc mon billet de luxe pour aller à Paris via l'Estonie du Sud. Comme mon village limitrophe de prout-prout land ne fait pas partie de la zone subventionnée par le prix de mon billet, nous n'avons le droit qu'au composteur SNCF ancien modèle. Celui qui fait un trou dans ton billet. Un trou dans un ticket de métro.

    Donc quand tu veux le passer à la capitale pour sortir du réseau SNCF et rentrer dans le monde merveilleux du réseau RATP, la machine obtuse (comme je le replace ce mot, c'est quand je veux), elle rigole intérieurement dans ses boulons, et elle te dit d'un bip agrémenté d'une lumière rouge qui signifie "Je m'en fous de ton trou, moi je ne lis que les bandes magnétiques".

    Donc quand le Biscotte et moi-même sommes arrivés à la capitale, nous nous sommes précipités sur la sortie pour empotés plein de bagages. On a ouvert la première porte vitrée qui s'est refermée, la machine a répété inlassablement qu'elle attendait notre titre de transport même après que Biscotte lui ai frotté son passe navigo tout contre son corps métallique, puis elle a fini par ouvrir la porte vitrée suivante.

    C'est là que je me suis rendue compte qu'on était tombés dans un piège. La sortie pour empotés plein de bagages donnait dans un couloir qui menait à l'extérieur de la station contrairement aux tourniquets habituels juste à côté qui menait au métro 14.

    Alors on a voulu repasser dans l'autre sens et la machine a dit "Fuck, Biscotte, t'as pas le droit de reprendre les transports au même endroit que t'es sorti avec tes bagages" et elle nous a rejeté dans ce couloir de la mort.

    Alors on a du, Biscotte, les deux valises, les deux sacs à dos et la Cracotte engrossée passer par un tourniquet normal avec le passe navigo du Biscotte.

    Pensez bien que mes 60 kgs, Mabroukhe et moi-même fûmes enchantés de devoir sauter au-dessus d'un tourniquet car les valises et le Biscotte l'avait déjà fait tourner, hein.

    FUCK THE RATP.

    Puis on a parcouru la longueur des quatre cent cinquante douze tourniquets qui menaient au métro 14 pour trouver la sortie vers le métro 14 pour empotés plein de bagages.