Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

barack obama

  • Touche pas à mon oeuf

    Episode trois : la sérénité chez la femme enceinte qui ne veut pas y perdre sa santé mentale.

    Oh, je sais bien, toi petit lapin malin qui ricane sournoisement dans ta moustache de quatre jours, que tu sais que la sérénité ne fait pas partir de mon package de naissance. L'autre jour, la MC, qui ne dit pas toujours des choses très appropriées, m'annonçait qu'elle avait entendu dire quelqu'un (là tu commences à te douter de la fiabilité de l'information) que c'était dans la génétique de voir les choses tout en noir ou tout en blanc.

    Attends, je vais rire 3 steaks et je reviens. Non, mais lol, ces paroles eugénistes à deux balles me feront toujours rire. Sérieusement, je n'en suis qu'au tout début du début de ma fac de psycho, mais j'ai quand même tendance à dire que la génétique ne fait vraiment pas tout.

    Donc on peut apprendre à voir les verres à moitié plein.

    Sauf quand on nous fait avaler du Primpéran, ce fabuleux médicament contre les nausées qui est en fait un neuroleptique. Je te laisse wikigoogler la liste des effets indésirables, mais je t'assure qu'hier je les ai tous fait, et vouloir se suissider tous les 5 minutes et pleurer toutes les larmes de son corps et vomir ses tripes n'est pas excessivement agréable.

    Je me suis retrouvée à mélanger anti-dép, anxiolytiques et clope tellement j'étais au bord de gouffre. J'ai même fait une séance de relaxation avec le PTH par téléphone, mais je me suis endormie, je venais de m'enfiler 3/4 de lexomil.

    Les médecins ont été rassurants, ce ne serait pas pire qu'une bonne grosse cuite de début de grossesse quand on est pas au courant (spécial dédicace à mon ange et à Lapinette).

    Puis, je suis allée voir Barack O. qui ne pouvait pas me laisser dans cet état, nous avons vu mon oeuf de 4,5 mm aka l'Oeuf Barack O (l'OBO) et nous irons le revoir dans 10 jours évaluer son développement, croisez tous vos petits doigts pour mon OBO siouplé.

    En attendant, Barack m'a tout interdit sauf le Laroxyl à 5 gouttes par jour, mais finalement à deux gouttes auj, j'ai pioncé toute la journée et hormis des ballonnements extraordinaires de début de grossesse, tout va mieux.

    Et dire que je m'inquiétais pour les 8 mois à venir alors que bon, la grossesse c'est finger in ZE nose HEIN ? 

     

    Et on dit bonjour au petit agneau qui risque de passer ici maintenant que je lui ai filé l'adresse de mon blog, et tout le monde a le droit de répondre à ses comms qu'elle laissera bien éviemment, par un énorme TA GUEULE.

    Ouais, elle est un peu masochiste de me fréquenter, mais elle a un bon fond.

  • Je cherchais le mot

    TRANSFERT.

    Après 3 bières, j'ai du mal à retrouver mes mots.

    Alors bon, j'étais toute chose d'avoir revu Barack Obama. Et je ne savais pas pourquoi.

    Alors comme Anouchka était trop loin pour nos futures séances psy, j'ai bu et fumé avec la FPS et j'ai cru comprendre.

    J'ai cru que j'avais fait un transfert de mon père sur Barack.

     

    Une fois que j'eus cuvé mes bières et dormi ma nuit complète*, j'ai découvert que je m'étais trompé.

    Je suis une gonzesse, c'est quand même bien rare les transferts paternels. Et puis, globalement, je n'ai pas de problème avec mon père.

    Alors la raison pour laquelle j'étais toute chamboulée de revoir Barack Obama, c'est que ça a marqué une forte rupture dans notre histoire à nous deux. Parce que non, ce n'était pas une histoire d'amour. Mais ça se pourrait qu'il y ait des points communs.

    Depuis 2 ans, je voyais Barack Obama pour parler grossesse, fausse couche, grossesse, retour de couches et deuil, grossesse.

    Hier, j'ai vu Barack Obama et on a parlé contraception durable pour la 1ère fois depuis qu'on se connaît.

    Depuis 2 ans, j'attendais tous les mois d'aller voir Barack Obama pour savoir si je pouvais bientôt tomber enceinte, si ma grossesse se passait bien, si je pouvais retomber enceinte très vite, si la grossesse se passait bien.

    Maintenant, tous les mois, je vais avoir mes règles.

    FUCK.

     

     

    * oui, il s'avère que de temps en temps, environ une fois tous les 3-4 jours, Lapinette dort de 23h à 6-7h du matin et comme le bib du matin,** ce n'est pas moi, je peux dormir de 23h à 10h, héhé.

     

    ** Titi, je n'oublie pas l'article sur le bib à la demande, mais bon là j'ai bain de Lapinette ...

  • On va peut être clore le sujet (2)

    De ce que j'ai oublié de dire :

    - quand Barack Obama est venu nous souhaiter bonne nuit, il a dit que finalement ce ne serait plus à 8h mais à 7h45 parce qu'il voulait faire ça avec son pote le bonhomme Michelin. Que ça m'a encore plus angoisser ce changement de programme.

    - la tonsure de la foune, ça fait très mal, puis aussi après elle devient super rouge sauf que comme t'en encore en cloque, ben tu le vois pas, tu fais juste le sentir.

     

    Nous étions donc le 28 mai, moi en schtroumpf et Biscotte avec son t-shirt Bob l'éponge à attendre le brancardier.

    Barack O. est passé nous dire bonjour, se moquer de ma tenue de schtroumpf et me dire à tout à l'heure.

    La SFS est repassée me poser la perf de glucose avec un cathéter (j'ai appris le mot grâce à Gingko) pour que Cheese puisse faire ses ptites affaires plus tard. Et, enfin un compliment sur la SFS, elle a réussi à trouver une veine dans mon poignet gauche, contrairement à l'année dernière où dans l'urgence, ils m'ont finalement piqué sur le dessus de la main droite, super pratique pendant 2 jours après tiens.

    Par contre, moi, comme on m'a rien dit, ben j'ai gardé (sciemment) mes boucles d'oreille et encore plus sciemment, j'ai mis mes lentilles. Parce que c'est quand même bien plus pratique pour voir son bébé quand même.

    Et puis j'ai fait deux couettes, parce que quand tu sais que tu vas passer mini 48h allongée sans te relever, faut pas essayer de se faire une queue de cheval sinon l'élastique, il fait très mal dans l'arrière du crâne quand on est collée sur l'oreiller. Prévoyance, prévoyance. J'ai aussi posé mon soutif et mon débardeur sur la table de nuit pour la prochaine fois où je m'habillerais, ce serait à portée de main.

    Le brancardier est arrivé, je suis montée sur le lit de transport, bisou au Biscotte et zou dans l'ascenseur.

    Là, j'ai commencé à me poser la question du pourquoi on n'avait pas appelé Biscotte à l'habillage. Parce que oui, Barack O. m'avait promis qu'il essaierait que Biscotte puisse être présent dans le bloc. Mais quand je suis arrivée dans le bloc et qu'on m'a installée sur la table d'op, j'ai oublié Biscotte et j'ai commencé à essayer d'oublier qu'on allait (encore) me trancher le bide et que peut-être j'allais (encore) avoir un bébé qui n'allait pas survivre.

    L'assistante de bloc m'a rouspété pour les boucles d'oreille, j'ai dit que je ne les enlevais jamais et c'était comme ça.

    Cheese est arrivé et m'a demandé de me relever. Barack O. se lavait les mains et les avant-bras. Toujours pas de trace du bonhomme Michelin. Et l'assistante de bloc se plaignait de la chaleur du bloc, perso moi je pelais gravement les miches et s'activait sur les ustensiles.

    Cheese a piqué pour l'anesthésie locale et j'ai juré comme un charretier.

    L'assistante de bloc plaisantait avec Cheese et Barack O. qui disaient qu'ils n'aimerait pas être une femme, c'est beaucoup trop compliqué. L'assistante a cherché mon soutien pour défendre le bien fondé d'être une femme. Elle fut très déçue quand je lui ai dit que non, là tout de suite, je préfèrerais avoir une paire de couilles plutôt que de me faire perforer la colonne vertébrale puis de me faire trancher la couenne. Barack O. a beaucoup ri, parce qu'il me connaît bien et qu'il sait que non, je ne plaisantais qu'à moitié, voire pas du tout.

    Cheese a repiqué pour la péri, j'ai re-juré comme un charretier. Puis immédiatement, je me suis chopée une migraine hallucinante, j'ai cru que ma tête allait exploser. Cheese m'a fait allonger, la migraine était horrible. Je ne sais pas ce qu'il a cafouillé mais ça s'est un peu calmé. Alors Cheese m'a dit de lui raconter tout ce qui m'arrivait pour qu'il puisse réagir, il n'a pas été déçu du voyage.

    L'assistante a installé le drap devant ma tête. Puis la tête cagoulée toute ronde du bonhomme Michelin est passée au-dessus du drap pour me demander si ça allait. Quel blagueur.

    Puis je suis partie en crise de tétanie. Alors j'ai parlé, j'ai parlé, j'ai demandé à Cheese et à l'assistante de tenir chacun une main pour que ça ne tétanise pas. Je me suis rechopée une migraine.

    J'ai demandé où était Biscotte, quand est-ce qu'il arrivait. Barack O. s'est défaussé et le bonhomme Michelin a dit que c'était trop tard. J'ai aussitôt compris qu'ils n'avaient jamais demandé l'autorisation de la présence du Biscotte car la chef de bloc était la SFP, et qu'il n'y a vraiment pas que moi qu'elle terrorise.

    Mon coeur selon Cheese passait de 80 à 140 comme ça. Cheese était obligé de laisser la table d'op inclinée vers la gauche pour faire affluer le sang vers mon coeur et ne pas gêner la veine cave sinon je repartais en tétanie, coeur à 140, migraine affreuse.

    Et on a parlé, parlé de je ne sais pas quoi mais je m'arrêtais pas. Pendant ce temps, Barack O. et le bonhomme Michelin, comme deux ptites mères juives, parlementaient tout bas au-dessus de mon ventre. Mais moi je n'écoutais pas, je parlais, je racontais des conneries à Cheese pour n'avoir rien à penser d'autre et calmer la migraine, le coeur, la tétanie ...

    Et à un moment, Cheese m'a coupé et m'a dit "Vous entendez ?" Et j'ai écouté de l'autre côté du drap et j'ai entendu "Ouin, ouin, ouin, ouin".

    Alors j'ai arrêté de parler, j'ai attendu et une fille est arrivée avec mon bébé et me l'a approché pour que je lui fasse plein de bisous. Alors j'en ai fait plein, plein, plein et Lapinette me crachait dessus son liquide amniotique qu'elle avait avalé. Puis la fille a dit qu'il fallait l'emmener, alors j'ai dit ok, nettoyez lui les bronches et surtout appelez son papa. On m'a dit oui, oui.

    L'assistante m'a dit : vous avez vu elle est rousse !

    Alors Cheese a commencé à parler de sa 1ère femme rousse qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs, en plus elle ne lui avait donné que des filles, et lui il voulait des garçons. Puis on a parlé de nos origines, du mariage du fils de Barack O. qui avait lieu l'aprem, ...

    Les deux ptites mères juives continuaient toujours de papoter au-dessus de mon ventre, j'ai appris que c'est Barack O. qui a tranché, puis ils ont échangé de place pour que le bonhomme Michelin m'applique sa nouvelle technique de couture car il a déclaré à Barack O. qu'il était nul à ça.

    Puis ils ont dit que c'était fini, on m'a débranché la péri. L'assistante m'a mis une couche et le slip filet et avec le brancardier, ils m'ont décalée sur le lit de transport. Le brancardier m'a déposé dans cette même salle de réveil toute sombre que l'année dernière. A la différence près qu'au loin, j'entendais Lapinette crier.

    Biscotte est arrivé et m'a dit que tout allait bien et que Lapinette était dans les mains du pédiatre. J'avais toujours une migraine hallucinante. Cheese est repassé me dire bonne journée, et a demandé à Biscotte d'aller me chercher mes anti-dép (qui marchent aussi pour la migraine) pour me coller 2 gouttes direct dans le gosier.

    Puis une sage-femme est arrivée avec Lapinette et me l'a posée sur le torse. Alors oui c'était sympa, sauf qu'avec le bide tranché, des petits pieds de Lapinette ça fait pas du bien. Et quand on est limite en crise de tétanie, 2kgs410 sur les poumons, c'est un peu étouffant. Mais je n'ai rien dit et j'ai fait des bisous à Lapinette.

    Mais quand elle me l'a enlevée pour la mettre dans la couveuse, j'étais soulagée. Et en plus, je la voyais mieux. Lapinette ne bronchait plus, elle dormait. (A l'instar de ce qu'elle a fait pendant ses 7 jours de clinique et qu'elle ne veut plus faire aujourd'hui).

    Et on a dû rester là pendant plus d'une heure que je récupère de la péri. Biscotte est allé chercher l'appareil photo et mon téléphone dans notre chambre. Et malgré l'interdiction, on a quand même passé des coups de fil dans la salle de réveil.

    On m'a ramené dans ma chambre. Puis on m'a ramené la couveuse à côté de moi.

    Lapinette est restée 36 heures dans la couveuse, le temps de se réchauffer. Biscotte ne la sortait que pour la changer ou lui donner un bib toutes les 3 heures.

    Ma migraine a duré toute l'après-midi alors que les effets de la péri étaient déjà dissous à mon retour dans la chambre puisque je pouvais bouger mes jambes.

    Le soir même, j'ai du me battre pour la garder dans ma chambre car la puéricultrice ne pensait pas que Biscotte puisse s'en occuper tout seul.

    J'ai du réclamer ma bromocriptine comme durant les 3 jours suivant.

    C'était une belle journée.

     

    C'est le lendemain que ça s'est gâté. Est-ce qu'une deuxième césa fait plus mal qu'une première ?

    Oui, oui, oui et oui.

    Oui, parce que t'anticipes vachement.

    Oui, parce qu'on t'a promis que tu aurais beaucoup moins mal ce qui est faux car tu as toujours le bide tranché.

    Oui, parce qu'on t'as dit qu'avec un bébé vivant, tu te relèverais beaucoup plus vite, c'est vrai, mais du coup, t'as encore plus mal car tu fais plus d'efforts.

    Oui, parce qu'en plus de devoir réclamer de la bromocriptine, je devais asséner que je voulais plus que du paracétamol contre la douleur et que j'y avais le droit. Ca a mis deux jours à intégrer le cerveau des infirmières et elles ont fini par me filer ... du diantalvic (paracétamol + ibuprofène). Heureux que j'avais ma morphine cachée dans mon tiroir de table de nuit et que je faisais des substitutions !

     

    Par contre, je voudrais remercier infiniment la sage-femme du lendemain qui m'a obligée à me lever (c'est obligatoire après chaque césa même si on te pique tous les soirs contre la phlébite) mais qui m'a délicatement expliqué une méthode et qui me l'a fait faire en douceur. Et que j'ai réussi sans me faire mal. Et pour ça c'était vraiment génial par rapport à l'année dernière où j'ai un souvenir affreux du 1er lever d'avoir eu horriblement mal à en tomber dans les vapes.

    Le bonhomme Michelin est passé le soir même et le jour avant ma sortie. En dehors d'un bloc, il est absolument adorable. C'est son angoisse et son professionalisme qui fait que le courant ne passe pas quand nous sommes en consultation. Et je dois ajouter qu'effectivement sa technique de couture est beaucoup plus jolie que les agrafes de Barack O. l'année dernière qui m'ont fait une cicatrice toute boursouflée.

    Barack O. est passé quasiment tous les jours dans la mesure de sa présence au mariage de son fils (la cérémonie religieuse était pendant le we). Comme d'hab, toujours présent et à l'écoute.

     

    Et tout ça, ça vaut les 150€ par jour, les 1000€ et quelques de suppléments d'honoraires en tout genre, les pédiatres indélicats, les infirmières qui manquent de psychologie, les puéricultrices débordées ...

    Et j'ai revu la jeune psy de l'année dernière le dernier jour, on a discuté une ptite 1/2 heure et ça m'a fait beaucoup de bien. Je lui ai dit que ça y est, j'avais fini mon parcours dans cette clinique.

    Etage ambulatoire pour la fausse couche, étage chirurgie pour la césarienne sans bébé, étage maternité pour la césarienne avec bébé. Plus étage bloc opératoire à chaque fois.

     

    On m'a déjà posé la question de savoir si je ferais un prochain enfant. J'étais plutôt partante pendant la grossesse, je n'y suis plus du tout. Je me rends compte que j'ai déjà eu deux enfants, peu importe de savoir où ils se trouvent actuellement, j'en ai deux et je trouve ça suffisant.

    A l'heure actuelle, je sais que je serais incapable de subir à nouveau une césarienne ce qui serait obligatoire dans mon cas.

    Barack O. a eu 60 ans cette année. Je ne sais pas à quel âge on part en retraite dans les professions libérales, mais jamais je ne m'imaginerais accoucher sans lui.

    Et Lapinette nous pompe tout notre temps et notre énergie, alors non, sans façon. On fait dans la qualité, pas dans la quantité chez nous.