Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

barnabé

  • Petits gerbouillis et c'est reparti

    Vois-tu, cher lecteur enchanté de ce blog, ma personne et moi-même allons mieux. Oh non pas physiquement, il ne faut rien exagérer, mais moralement il se peut qu'il y ait eu une nette amélioration aujourd'hui. Non pas que j'allais passablement mal, mais bon voilà, la grossesse et moi, on n'était pas encore super en phase, il me restait ce besoin de vital de personnification de l'EBO.

    Après un rêve chelou contenant Mamour, du sesque ou un accouchement prématuré, je me réveillais bien dans le pâté. Puis, j'ai vu Mamour en vrai puisque ne plus pouvoir respirer depuis une semaine commence à me gonfler prodigieusement. Notre discussion porta plus sur l'EBO que sur la santé de mes sinus, mais au moins, en repartant, mon ordonnance d'amoxicilline et moi, je trouvais enfin le surnom de l'EBO, à l'instar de Barnabé, Gunther et Mabroukhe, les précédents locataires personnifiés de mon utérus, à croire que c'est une vraie auberge de jeunesse là-dedans.

    Avec l'Agneau, nous parlâmes forcément de prénoms, car c'est un sujet qui, contrairement aux conventions populaires à deux balles et tout le monde sait combien je les emmerde, doit être traité et clos dans les tous premiers mois de grossesse. Après j'ai trop à faire à flipper sur tous les syndrômes de la terre, je ne peux pas en plus lui changer de prénom toutes les semaines, il faut que ce soit clair dans ma tête, la personnification, tout ça, ça fait partie de mon processus de maternage, j'y peux rien, c'est comme ça. Mon enfant devient réel à partir du moment où j'accepte son existence dans mon ventre et à partir du moment où il a premièrement un nom de grossesse et deuxièmement un prénom de naissance.

    Par exemple, Barnabé n'a jamais eu de naissance, car à 19 ans, je savais qu'il ne verrait jamais le jour. Mais pour ma santé mentale pré-ivg, il a eu un prénom de grossesse, ceci expliquant peut-être aussi pourquoi j'ai mis plus de 5 ans à m'en remettre.

    Et maintenant l'EBO, dans une même journée, vient d'écoper d'un prénom de grossesse, et je viens presque de valider les prénoms fille et garçon éventuels de l'EBO avec le Biscotte, même si j'attends la dernière validation de mes dernières propositions.

    Tout ça me met en joie, je vais donc pouvoir commencer à angoisser sereinement sur les malformations que l'EBO pourrait choper au cours de son développement, et ça, ça n'a pas de prix.