Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

berceuse

  • Je me trouve très beau

    (Film que je viens de voir et qui est vachement bien).

    Aujourd'hui, j'ai acheté un short (d'hiver, c'est le concept) et un pull. Parce que j'ai du passer à la pharmacie de no man's land pour m'approvisionner en antibiotique nourrisson, seule pharmacie qui gère ses stocks de manière plutôt correcte.

    Ah parce que tout le monde ici s'intéresse à la plastique de Mamour, mais alors la santé de Lapinette, hein, degun.

    Je vois, je vois.

    La Lapinette va beaucoup mieux, néanmoins.

    Et je vais vous mettre à contribution d'ailleurs.

    Lors de mes interminables discussions (20 min par rdv), Mamour me disait que ce n'était pas grave de ne connaître aucune berceuse en entier, qu'il suffisait de chanter doucement n'importe quoi et même par exemple que mon patron est un con, ça irait très bien. Hormis le fait que ses premiers mots seront "Mon patron est un con".

    Alors je vais vous conter la dernière histoire en date sur le thème de mon patron est un con puis vous allez me la mettre en berceuse. Compris ?

    "Il était une fois un de mes patrons* qui nous égaye de sa présence une demie-journée par mois au bas mot. Demie-journée qui s'est située jeudi après-midi, jour de mon accident de moto. Accident d'où je me suis relevée comme un brave petit soldat pour aller travailler sans imposer d'arrêt maladie à mon Enterpraïllze. Cependant, je quittais mon poste en milieu d'après-midi pour que Mamour valide l'état de fonctionnement de mon coude somme toute très douloureux. Ce patron-ci décida donc d'envoyer un mail à la secrétaire de mon Enterpraïllze pour lui dire de me sucrer 1/2 journée sans évidemment m'en informer ni même me demander pourquoi je quittais mon poste plus tôt alors que le reste de l'équipe était bien au courant. J'ai donc reçu un mail de ma secrétaire avec en copie le patron du dessous pour me demander sur quoi prendre ma 1/2 journée. C'est ce qui s'appelle instaurer une bonne ambiance au sein d'un projet. Sur les conseils d'un collègue, j'ai ravalé ma colère et suis allée la fleur au fusil voir le patron du dessous demander des explications sur ce geste quelque peu inhumain. Pour contenter les deux parties, moi et le dit patron, ma 1/2 journée a donc été passée en intercontrat sans me sucrer de congés. Il n'en reste pas moins un goût très amer sur la manière de traiter le petit personnel."

    * oui, bon, techniquement c'est un directeur de fort fée.

     

    Je ramasse les copies dans 24 heures, pour ce soir je me débrouillerais autrement pour endormir la Lapinette, zavez de la chance.