Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bonheur

  • Le plus beau jour de la vie

    Régulièrement, on lit ou on entend certaines déclarer que le plus beau jour de leur vie, c'est le jour de la naissance de leur enfant.
    Déjà quand elles ont deux enfants, elles ont deux plus beaux jours. La règle d'unicité du superlatif vole en éclat, juste pour dire que elles, elles ont enfanté dans le sang et la barbarie 2 fois.
    Sauf qu'évidemment, ce jour (on va le repasser au singulier, c'est plus simple pour la grammaire française) obtient ce statut uniquement parce que le bébé est en vie. Ce qui signifie quand même que le reste de la vie du bébé/l'enfant/l'ado/l'adulte est beaucoup moins intéressante que l'expulsion en elle-même de cette merveille de la nature.
     
    C'est un peu comme celles qui considèrent le jour de leur mariage comme le plus beau jour de leur vie (juste avant de s'empêtrer dans un divorce ruineux et une garde partagée des 2 bambins et de haïr ce jour jusqu'au plus profond de leur âme). Cela signifie donc qu'être marié finalement n'est pas vraiment jouissif au quotidien, ceci expliquant sans doute le plus grand nombre de ruptures de couples mariés par rapport à ceux qui ne le sont pas.
     
    Est-ce utile d'avoir un plus beau jour de sa vie ?
     
    Dans notre cas, si on applique la théorie commune, le plus beau jour de notre vie s'est aussitôt transformé en plus magnifique cauchemar de notre vie, 1 partout, balle au centre, il ne nous reste plus qu'à nous taire et à encaisser.
     
    Cela voudrait aussi quand même dire que tout le temps où le bébé vit dans le ventre de sa mère, il n'existe pas, il n'est pas intéressant, la 1ère écho, le 1er coup, la 1ère fois qu'il mange du chocolat, la 1ère fois qu'il va à la piscine, au cinéma, la 1ère fois qu'il se retourne complètement, l'écho du 7ème mois où on voit sa petite tête en gros plan, ..., rien ne compte face au fait de voir un corps indépendant à l'air libre.
     
    Le B&B* ne fête pas la fête des mères car il considère que sa mère est autre chose qu'un utérus qui l'a expulsé, et il préfère fêter la vie de sa mère le jour de son anniversaire.
    Même si je pense que l'on peut fêter la fête des mères pour d'autres raisons (à commencer par simplement faire plaisir à la dite intéressée), j'approuve aussi ce raisonnement.
     
    Et que fait-on quand on dit avoir vécu le plus beau jour de sa vie ? On attend la fin en se disant que rien ne sera jamais mieux que ce que l'on a déjà vécu ? A quoi ça sert de continuer ? Essaie-t-on de se refabriquer un plus beau jour ? Le dernier enfant né annihile-t-il le bonheur de ses prédécesseurs ?
     
    Je préfère pour ma part, me dire qu'il y a des moments de bonheur tous différents, qu'il y en aura d'autres (on croise les doigts, et les orteils aussi siouplé), la vie n'est qu'une succession d'étapes qui ne mènent à rien, autant en profiter quand on peut au lieu de viser la lune.
    * Le Biscotte's Brother, le frère du Biscotte, mon beauf quoi (copyright Alexiane)

  • Re-démarrons

    En fait, j'avais pondu une note ultra-longue sur ma théorie du cercle vicié rapport à ma mono-séance psychologique mais vu qu'elle était tellement longue (la note pas la séance pfff), j'ai perdu ma session et ma note est tombée dans les limbes du néant. Je l'ai donc déclarée inutile.

    Je pourrais être un peu mystique et dire qu'ayant tenté de donner un petit moment de bonheur à 3 SDF en leur filant le cancer leur donnant à chacun une cigarette (mais j'ai omis de leur dire qu'elles étaient à l'anis, je suis incorrigible, peut-être vont-ils me jeter des pierres la prochaine fois ?) alors que même dans leur misère ils n'en voulaient qu'une pour trois pour qu'il m'en reste (!) (j'ai découvert aujourd'hui que j'étais dans l'avant-dernière tranche la plus haute de salaire pour l'adhésion à une carte FNAC, comme quoi finalement la baisse du pouvoir d'achat c'est pas un mythe, ben quoi t'as beau savoir que t'es hyper privilégiée, tout le monde se plaint tellement de son salaire autour de moi que tu te dis que c'est pas normal que je ne m'en plaigne pas, oui je ne pourrais acheter un bien immo que sur 25 ans et en arrêtant de partir en vacances et alors, il y a des situations bien pires) (fin de la parenthèse, oui c'était long), avoir moi-même un petit moment de joie serait un juste retour des choses.

    Ou alors, c'est juste que je le mérite.

    Bref, aujourd'hui j'ai reçu un mail.

    Et la suite, ce sera pour plus tard, cause je suis super super superstitieuse nananère.

    (Oh ce teasing de folïe, sachant que je ne sais même pas combien de temps va durer cette histoire, mouahah).