Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bouhouhouh

  • Faut pas m'faire chier

    Et ce n'est que le début, je pense.

    Disons que ça fait quelques jours que je suis au bord du nervous breakdown tendance baleineau pinguineau lumbago parano.

    J'ai mal au dos.

    Pis je suis fatiguée.

    En fait, j'ai très mal au dos, et je suis exténuée.

    Alors il y a des sujets qu'il vaut mieux éviter, il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes.

    Genre me parler d'une nana qui fait un baby-blues. Une nana qui a eu un gamin en parfaite santé. On s'comprend. Ce sera très difficile de m'arracher une once de compassion. Ca sera plutôt pétasse.

    Ou me dire que je n'ai pas à me plaindre, c'est moi qui voulais être enceinte. Certes. Sauf qu'en fait, le terme exact est plutôt que je voudrais un bébé. Il y a une nette différence, j'estime. Je n'ai jamais aimé être enceinte, ça va pas commencer maintenant. Surtout maintenant en fait.

    En ce moment, j'essaie donc de conclure un pacte civil de solidarité avec ma fille. Du style si elle pouvait me laisser les intestins autrement qu'en ruine, ça ne serait pas plus mal. Parce que la coquine, si elle pouvait me vendre un rein pour avoir plus de place quand je suis sur le dos, elle ne se gênerait pas. De toute façon, quand je suis sur le côté, c'est la hanche qu'elle me rabote.

    Alors je sais bien que ce n'est pas non plus facile de son côté, il fait noir, c'est trop petit et ça se n'est jamais dans le bon sens. Alors on essaie d'argumenter. Mais au bout d'une heure, elle rompt toujours les négociations en hurlant famine, et le même discours reprend, non tu n'auras pas à manger car sinon maman va finir étouffée par son propre poids et ce sera la fin de ton unique source d'alimentation, mon coeur.

     

    (C'était l'intro.)

    (Et on ne se plaint pas).

    Alors aujourd'hui après avoir supplié le Biscotte de peindre le plafond de la chambre de sa fille, j'ai décidé d'aller acheter le pot de peinture suivant au roi Merlin d'Estonie du Nord qui nous avait gentiment et personnellement déposé un flyer promotionnel valable uniquement ce week-end. C'était ma sortie des trois jours.

    Le Biscotte a refusé que je conduise, ce qui fut une excellente décision. Arrivés dans la bretelle de sortie menant au roi Merlin, on a compris premièrement que TF1 nous avait encore menti en disant que même les pauvres étaient partis en vacances au ski et deuxièmement, on n'était pas les seuls à avoir reçu le dit flyer.

    Mais comme je suis très maligne, je connais l'entrée arrière comme une dizaine d'autres pecnos mais au moins ça permet de rentrer dans le parking vite fait et se trouver une place près de la sortie, hum. Nous tournions allègrement un coin de parking quand deux 4*4 décident de quitter leurs places. Enfin la place qu'ils s'étaient fabriqués. Un en rentrant tout droit sur un trottoir option boue derrière, et l'autre en se garant le côté gauche sur un trottoir. Etant des gens plutôt civilisés et écologiques, le Biscotte et moi ne possédons pas ce genre de véhicule, alors l'unique option était le trottoir de gauche. Le Biscotte met le cligno à gauche, il est très intelligent mon Biscotte, il s'avance et enclenche la marche arrière, le Biscotte se gare toujours en marche arrière, c'est comme ça, on s'habitue doucement.

    Et là, forcément la vieille de derrière dans sa Saxo décide de rentrer sur le trottoir en avant à notre place.

    Je crois que j'ai pété un plomb. Un de ceux que je pète assez rarement.

    Je suis sortie en furie de la voiture pour lui expliquer la vie.

    En fait, ça a été facile, elle se faisait toute petite dans sa caisse en disant qu'elle croyait qu'on allait rentrer sur le trottoir en face. Je lui ai rétorqué qu'elle avait aller y péter les siens d'essieux et qu'elle devait dégager fissa. Ce qu'elle a fait. Et j'ai ordonné au Biscotte de se garer fissa aussi parce que je ne répondais plus de rien.

    D'un commun accord, nous avons décidé de passer le temps minimum dans le magasin. On a embarqué le pot de peinture, on a avisé les caisses prioritaires femmes enceintes toujours plus bondées que les autres, mais mes nerfs venaient de lâcher, je n'avais plus la force de me battre. Alors on a voulu aviser les caisses automatiques mais les bons de réductions n'y étaient pas admis. Alors on a attendu sagement à la caisse, et même quand un gars nous a grugé, mais si le gars qui dépose ses affaires à la caisse puis qui retourne dans le magasin continuer ses achats et qui revient quand c'est soi-disant son tour en disant pardon, j'étais là, ben j'ai presque rien dit, et puis j'étais en minorité et beaucoup trop fatiguée pour taper un deuxième scandale.

    On a payé notre pot de peinture et notre bon de réduction a été refusé parce que le pot était déjà en promo.

    So ironic.

     

    http://www.deezer.com/track/789250

     

    (Putain, mais vous vous rendez compte que deezer n'autorise plus le lecteur exportable de titres ???? Monde de merde, tiens, GRRRR).