Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bretons

  • Rêves étranges

    L'autre nuit, j'ai rêvé de mon ex.

    Un de mes ex, ok.

    Globalement, jusqu'à la naissance de ma fille, j'avais une opinion plutôt positive de lui, tant il est que c'est un ex donc son comportement relationnel est plus que douteux. Passons, c'était un bon ex.

    Et puis, il m'a envoyé un texto en juillet dernier quand il a appris : "Toutes mes pensées au petit ange et aux parents."

    J'ai trouvé ça peu cavalier, cela va sans dire. Les parents, c'était un peu moi. Enfin carrément moi. Je suis sa mère quand même.

    Donc il aurait pu trouver un peu plus diplomate et personnel comme message.

    Mon estime de lui a complètement disparu depuis ce jour. Je n'ai pas de rancoeur mais il est devenu inexistant.

    Et l'autre nuit, je me demandais ce qu'il pouvait devenir. Lui, sa femme et ses deux gosses aux prénoms hideux. Ah bon, il y a actuellement plus de 4000 filles et plus de 7000 garçons portant ces prénoms là en France ? Et alors, le bon goût est rarement populaire.

    Deux gamins bien vivants malgré toutes les tares génétiques dont ils auraient pu hériter comme la majorité de leurs congénères bretons. Oh oui, détestez moi. C'est la vérité, je n'y peux rien. Il n'y a pas que les chtis qui sont consanguins, oh ça va, je suis chti.

    Et ma soeur, le cerveau de la famille, a le goût du risque et s'est reproduite par deux fois avec un breton. Ti'Gnome et Ti'Bout ont échappé de justesse au problème de hanche, mais Ti'Bout va apparemment se coltiner l'anomalie oculaire, mon pauvre Ti'Bout. (Mais si c'est détecté dans la première année, ça peut se traiter, apparemment).

    Revenons à mon ex. Je commençais donc juste à être aigrie de me dire combien la vie était injuste et je me suis rappelée à juste titre que de toute façon, sa femme était cocue même avant de l'épouser et que je ne crois guère à la rédemption.

    C'est peut-être le fait d'avoir vu Bernadette Chirac à la télé qui m'a fait penser à ça, finalement.