Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

capitalisme

  • Héros fini

    Depuis quelques jours, grand chambardement dans mon Google Reader, un intrus s'est glissé.

    C'est-à-dire que je suis devenue accroc au blog des chroniques judiciaires de la journaliste du Monde.

    Mieux qu'un roman policier haletant, mieux qu'un secret story 24/24, c'est le procès Kerviel qui est raconté au jour le jour.

    Ah oui, ça change des blogs de pompes, de bulles, de trentenaires aux problèmes existentiels, bienvenue dans la vraie vie.

    Je ne sais pas vraiment ce qui m'attire dans ce procès. J'aurais tendance à dire tout même si évidemment je suis déçue que ça ne soit qu'un procès contre Kerviel.

    Car entendons-nous c'est Kerviel qui est jugé pour avoir fait des écritures cachées qui ont causées des pertes colossales à la Société Générale, banque qui s'en est bien remise si l'on en croit son ex-PDG, va-donc savoir pourquoi finalement Jérôme Kerviel est accusé d'être un terroriste.

    Parce que cette banque a eu une trouille phénoménale, voilà pourquoi. Parce que le système est dirigé par des incompétents qui nomme des incompétents qui se reposent sur leurs sous-fifres. Incompétents qui sont contents quand un gars, un de leurs meilleurs éléments,  fait des profits colossaux sans penser qu'ailleurs quelqu'un a forcément fait des pertes colossales mais qui sont vraiment méchamment mécontents quand le même gars leur fait faire une perte colossale.

    Parce que oui, entendons-nous bien, ce n'est pas Jérôme Kerviel qui a revendu toutes ses positions risquées à perte, mais bien la Société Générale quand elle a flippé comme une malade.

    Alors oui, Jérôme Kerviel est coupable d'avoir fait des faux en écriture et d'avoir abusé de la confiance de ses patrons, d'ailleurs il a plaidé coupable.

    Mais ses patrons ne seront jamais jugés pour fermer les yeux sur un abus de confiance "positif" et ne se rebeller qu'en cas d'abus de confiance "négatif".

    Jérôme Kerviel est encore une preuve, une énorme celle-ci, d'un système entier basé sur du flan où le patronat est maître et à qui le salariat doit dire oui je t'aime tous les jours et se plier à ses exigences même si elles sont absurdes.

     

    Quand à la demande d'emprisonnement de 4 ans ferme, je me demande où va le monde. L'emprisonnement est pour moi nécessaire pour des gens dangereux à eux-même ou à la société.

    Jérôme Kerviel a été déclaré psychologiquement stable, il n'est donc pas un danger pour lui-même. Et pour la société, tu vois Jérôme Kerviel devenu smicard aller racketter sa boulangère ?

    Soyons sérieux tout de même.

    Oui, Jérôme Kerviel doit perdre sa fortune accumulée en tant que trader. Pour le reste, je pense qu'il est assez dégoûté du système pour le fuir tout seul.

    Pour les banques, Jérôme Kerviel restera une anecdote de machine à café et un moyen de pression supplémentaire pour les managers.

     

    D'un côté, je ne peux que me réjouir qu'un ptit sup de co(n) arrogant prétentieux se soit fait prendre au piège. De l'autre, je suis évidemment extrêmement déçue que ça ne changera rien au mode de vie des entreprises ultra-capitalistes où le profit est toujours roi forcément au détriment d'autres. Rien que les journaux télévisés que je regarde une fois par an proposent en deux premiers titres le footcheballe et la grève ouh-la-la-mais-comment-on-va-faire-pour-se-transporter-nous-autres-parisiens-égocentrés et ne parlent plus jamais de l'affaire Kerviel. Ou quand elle sera close, peut-être.

    Un jour peut-être aussi sur ce blog, on causera moins sérieux, lûl.