Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carnoux

  • En décalage

    Prendre le TGV un jeudi soir à 19h, ça décale une Cracotte déjà complètement déphasée. C'est pour ça que la faune humaine n'était pas la même que celle d'un dimanche soir. Et puis le TGV s'est arrêté à Laval. La ville inutile. Pas tout à fait sarthoise pas tout à fait bretonne, profondément campagnarde. Inutile comme Carnoux-en-Provence. Cité résidentielle et touristique (ça arrive des fois on sait pas pourquoi) entre mer et montagne donc il n'y a ni mer ni montagne. Inutile.

    4-5 pecnos chiants sont descendus à Laval. Pour 80 bornes à partir de Rennes, un TGV même pas en vitesse TGV, ça sert pas à rien, non ? Si, autant que Laval et Carnoux pour dire.

    Ces pecnos grillent une place réservée chacun. Genre prenons une personne lambda (je ne vois vraiment pas de qui on pourrait parler) qui prend ses billets à la dernière minute pour faire Paris-Kerpipiche sur Mer. Il se pourrait qu'on lui dise "Ah ben non, y a plus de place". Tout ça à cause de gens qui ont réservé 2 mois à l'avance pour faire 80 bornes entre Rennes et Laval.

    Alors comme on peut pas tuer tous les cons à la naissance, je propose :

    - Si quelqu'un veut réserver un trajet plus long que d'autres sur un TGV dit complet, on fait sauter la réservation des gens qui font des voyages inutiles et trop courts (en plus ça rapporte rien au Kapitalistes) style Rennes-Laval.

    Ou sinon

    - On raye définitivement Laval de la carte. De toute façon c'est une ville inutile.

  • La fin du ptit (et du grand) commerce

    Partie pour acheter mes essuie-glaces (rupture de stock) et mon duo triangle+gilet (rupture de stock) (je suis donc repartie légitimement avec une essoreuse à salade maousse-costaud pour la brute Heudebert de la maison) au Carrouf du coin, je me suis dit "Profitons en pour aller chercher mon cadeau La redoute dans relais-colis. Faut pas déconner, ce sont des tasses à café d'une suprême importance. (Oui, le colis a 5 semaines de retard mais j'ai déjà le cadeau, c'est pas supaire ?).

    Les relais-colis c'est tout un art. Au début, j'avais pris le plus proche. Une mercerie. Grossière erreur. Le gars est tout seul et même si c'est écrit que ça ferme à 19h, il peut très bien décider de se casser à 17 s'il n'a pas vu un client de la journée (tu m'étonnes qu'il en voit pas un quand tu sais jamais quand est-ce-que c'est ouvert et qu'en général, avant 17h, ya des gens qui BOSSENT ... des fois, héhé). Bref.

    J'avais donc choisi l'opticien préféré de notre Johnny national dans le village d'à côté. Manque de bol, il est fermé tout le mois d'août. (On pourra donc m'expliquer au passage ce qui N'est PAS fermé au mois d'août dans ce village, ce sera limite plus simple...)

    Alors là, je me dis "Prenons le 3ème choix", j'ai nommé le tabac-presse de la mairie de la ville d'à côté. Genre une ville quoi, avec un parc d'entreprises aussi grand que la Défense (en superficie pas en hauteur hein), genre le truc il ouvre à 6h du mat pour terminer à 20h. Un tabac-presse de région parisienne quoi. Parce que la dernière fois que j'ai voulu me ravitailler en nicotine à Carnoux-en-Provence, cité résidentielle et touristique entre mer et montagne (désolée, ça me fait beaucoup rire) (pour le non-initié, la montagne la plus proche ça doit être la Sainte-Baume, la mer la plus proche c'est le port de Cassis, et les touristes, cherche pas y en a pas, ils sont tous à Cassis), j'ai découvert que les tabac-presse ouvraient tous à 15h. Alors j'ai pesté contre la province, forcément.

    Ben imagine donc que mon du-dit tabac-presse de la mairie de super-grande-ville d'à côté, ben il ouvre ... à 17h !!!

    (ok, il est ouvert le matin, mais vous croyez vraiment que je suis levée le matin ? Surtout pour aller chercher des tasses à café ?)

    Tout fout l'camp, ma bonne dame.