Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chaton

  • La saison du chaton

    Quand ça veut pas, ça veut pas hein.

    Il y avait un vieux chat chez les BP.

    Bon moi et les chats, allez soyons fous, moi et les animaux, c'est chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

    Je veux dire, j'ai rien contre du moment que ça ne vit pas chez moi ou que ça ne m'approche pas.

    Le problème du vieux chat c'est qu'il était à l'agonie depuis presque un an. Du genre à te réveiller à 4h du mat à hurler à la mort, la râle du vieux chat c'est cauchemardesque, parce qu'il veut sortir ou il a la dalle. Du genre à mettre 20 minutes à sortir parce qu'il faut le temps que ça monte au cerveau le fait que la porte soit ouverte. Du genre à venir s'étaler à côté de toi dans le canap' et à émettre un gaz à forte teneur toxique, à ne même plus réagir quand tu le pousses, tu lui parles, tu lui souffles dessus.

    Bref, le chat il est mort.

    Rectifions, la BM a fait piqué le chat juste le matin de notre arrivée.

    Bizarrement, il y a deux ans, elle nous avait fait le même coup pour un autre chat.

    Cette fois, il était temps, je suis peut-être sans coeur mais un chat qui a une insuffisance rénale, un cancer du nez et 23 piges, c'était peut-être mieux pour lui. Mais je ne suis pas dans la tête d'un chat.

    Etant légèrement bouleversifiée et facilement bouleversifiable ces temps-ci, je n'apprécie que très modérément la disparition du chat comme par hasard le matin de notre arrivée. Comme si on était là pour atténuer le deuil. D'un chat.

    Je suis sans coeur et le deuil d'un chat, je ne sais pas combien de temps ça dure.

    Mais comme j'aime faire plaisir aux gens et je me sens assez (et inutilement je sais) responsable du seul deuil qui noircit mes jours et mes nuits, j'ai cru pouvoir supprimer le deuil d'un chat en partant à la recherche d'un chaton pour les BP.

    Je me suis cognée 1/4h au tel avec la responsable de l'école du chat de Trifouillis les perpètes dans le VAR (je suis vraiment folle je l'accorde) pour essayer de gratter un chaton.

    J'ai appris :

    - y a une saison du chaton. Avril-Mai. Parce que les chattes dont je ne connais pas la durée de gestation ne se font apparemment pas engrossé pendant l'hiver.

    - mes BP n'ont pas besoin d'un chaton car vu qu'ils sont vieux (un soixantaine d'années grosso modo), le chaton risquerait de mourir après eux, ce serait vraiment dommage

    - quand on adopte un chat, il ne faut pas le laisser sortir pendant 2 semaines sinon il risque de se sauver

    - quand on adopte un chat, il ne faut pas lui changer son nom par rapport à celui qu'il avait au refuge, sinon le chat est psychosomatisé

    - quand on adopte un chat, il faut l'aimer de tout son coeur, avoir un coup de foudre pour lui, et lui faire des bisous sur le ventre

     

    Définitivement, je me sens très très éloignée des problèmes catins et félins.

    Non mais sans blague ? Pourquoi on fait stériliser les chats si c'est si difficile d'en adopter un comme si il y avait trop de demandes ? Pourquoi y a des gens qui donnent leur chat et d'autres qui les vendent à plus de 1000€ ?

     

    Bon de toute façon, quand Biscotte et moi on a annoncé à la BM qu'on avait peut-être trouvé deux chats de 6 mois à choisir entre eux, on s'est pris un vent mémorable à base de "J'ai pas fait le deuil de mon chat".

    Putain, tu veux faire plaisir, putain, j'ai téléphoné à une école du chat, putain, je me suis cognée une folle à lier du chat pendant 1/4h, putain, on fait piquer les chats juste deux heures avant que j'arrive à chaque fois, putain, j'en ai marre de ces putains de chats.

    Le chat est mort et je m'en branle, j'ai voulu être sympa, ça m'apprendra. Fais chier.

     

    (Le Biscotte va me tuer, mais limite y a des moments où je me demande si les gens confondent pas tout. Le deuil d'un chat, ça serait pareil que le deuil de sa petite-fille ?)

    (Ou bien c'est moi qui confond tout. Comme d'hab, on n'est plus à ça près hein.)