Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chef

  • Rewind, la rentrée

    Ce matin, j'ai déposé Lapinette à la crèche. Après de nombreux sourires et areuh, je suis montée sur mon récent destrier et j'ai filé droit vers l'Enterpraill'z. La maréchaussée francilienne ayant beaucoup d'humour, ils ont décidé de regoudronner la route en plein mois de septembre. J'ai donc mis 3/4h avant de pouvoir garer mon destrier à destination, ranger mes affaires de motarde et me retrouver avec mon casque qui ne rentrait pas dans le top case et je suis montée à l'Entrepraill'z.

    Je me suis posée sur la 1ère place que j'ai trouvée, j'ai allumé mon PC qui a refusé de se connecter au réseau, impossible donc d'accéder à quoi que ce soit. Je vais voir la secrétaire qui fait de grands yeux étonnés devant ma présence, m'imprime un bordereau de droit aux tickets resto, m'informe que je dois dégager de ma place et m'en réserver une vraie et je file au support informatique qui me demande si j'ai appelé Tombouctou pour avoir le droit de leur parler. Comme bien entendu, je ne me souviens absolument pas de mon login/mdp pour pouvoir me connecter à un téléphone, je m'excuse platement. Le monsieur accepte quand même de faire un reset de mon mdp et j'ai donc accès au réseau avec mon PC.

    Je cherche la RH et me plante d'étage. Je tombe donc nez à nez avec le Tofu des missions. Il me dit qu'il a peut-être éventuellement une piste pour un projet en 5/5 à Disneyland-les-Tombouctou*. Je lui explique que ma priorité est d'être près du Village et que accessoirement je suis en 4/5. Il me parle donc d'une mission à Manhattan-les-Tombouctou. Je le re-briefe sur l'endroit exact où se trouve le Village et lui souhaite une bonne journée.

    Je trouve la RH qui m'avertit qu'elle a perdu mon avenant au contrat de travail pour le 4/5, qu'elle va le rechercher et qu'elle m'avertira en temps utile.

    Mon nouveau chef souhaite que l'on apprenne à se connaître quand je lui décline mon identité, et dans un soupir d'"over-booking", il me staffe pour 14h-14h30.

    Finalement, au détour des toilettes, la RH a retrouvé mon avenant et nous le signons.

    Je me rends compte que j'ai oublié mes affaires de sport juste à l'entrée de l'appart et je pars donc déjeuner dans le resto japonais d'à côté. Qui se révèle être une grande salle où une cinquantaine de personnes sont assises dans une très grande promiscuité tout autour d'un tapis roulant où circulent des assiettes de sushis. La serveuse essaie de me trouver 2 places assises. Mais bon, comme je n'aperçois pas de fantôme autour de moi, je lui dis que je vais prendre un plateau et aller dehors, seule.

    15€ plus tard, un jus de pêche contenant des cubes de gélatine, très étrange, directement from Japanie selon l'étiquette, je pars m'acheter un jean. Et comme je suis faineante, 85€ plus tard, j'ai exactement le même jean dans mon sac que celui que j'ai sur les fesses.

    Je récupère mon casque et mon ordi dans l'armoire des secrétaires car selon elles, ils auraient disparu pendant la pause déj si je les avais laissé à ma place, je me ré-installe à ma place que la secrétaire m'a réservée pour un mois alors qu'avant la crise, les places n'étaient réservées que pour une semaine ce qui, pour moi, veut dire beaucoup sur l'optimisme de me trouver une mission.

    Qu'importe à 14h10, je vais voir mon nouveau chef qui n'est pas là.

    Je retourne à ma place lire quelques blogs, et à 14h50, je retourne voir mon chef qui vient juste d'arriver.

    Il me parle de cette fabuleuse mission à Disneyland-les-Tombouctou en arguant que c'est exactement sur ma technologie et je dois confesser qu'effectivement, je suis la seule de l'entreprise à la connaître suffisamment et que c'est la seule sur mon CV qui vaille la peine d'être exploitée immédiatement. J'essaie néanmoins de négocier sur le secteur d'activité que je ne connais pas contrairement à l'univers du marketing et de la distribution en tout genre.

    Une heure plus tard, j'apprends enfin que le sup de co(n) qui m'a vendu l'année dernière pour très cher à cette fabuleuse entreprise d'où l'on m'a viré car j'étais enceinte, a non seulement récupéré toutes les entreprises de distribution à son compte, mais qu'en plus, il m'accuse de lui avoir fait perdre son client de l'année dernière, et ne veut donc absolument plus que je travaille dans son secteur.

    Rien ne sert de remonter l'histoire car mon nouveau chef s'en fout, il me dit que c'est passé et que lui, perso, s'en fout d'avoir perdu le client mais il comprend que le sup de co(n) soit véner de ne pas avoir eu sa prime de Noël.

    Une heure un quart plus tard, mon nouveau chef m'apprend que la seule chose qu'il savait de moi "pour être honnête" est que "j'ai un caractère de cochon". Je ris (jaune) et je ne le détrompe pas, même si j'appuie sur le caractère fortement perturbé de la situation de l'année dernière, toujours rapport à ce sup de co(n).

    Mon nouveau chef ne me déçoit pas, il m'annonce que maintenant c'est de l'histoire ancienne, que ça fait un an que ta fille est morte, ce n'est plus une excuse valable si ça l'a déjà été.

    Au moins, les choses sont claires.

    Et pendant ce temps, un mail du Tofu des missions arrive sur l'ordi de mon chef qui m'annonce fièrement que mon CV, ah tiens, est déjà parti à Disneyland-les-Tombouctou, et qu'en plus j'ai rendez-vous chez le client la semaine prochaine. Mais que je ne m'inquiète pas, ce secteur d'activité n'est pas des plus time-sparing en temps de travail.

    Les choses sont très claires.

    Il ne me reste plus qu'à négocier les indemnités kilométriques.

    Ce qui s'appelle se faire enculer à sec avec des gravillons.

     

     

    * Disneyland-les-Tombouctou, après vérif devant mon chef, est à exactement 40 kilomètres de chez moi par l'autoroute une des plus meurtrières d'IdF. Priez pour moi.

  • La rentrée

    Ce matin, j'ai déposé Lapinette à la crèche. Après de nombreux sourires et areuh, je suis montée sur mon récent destrier et j'ai filé droit vers l'Enterpraill'z sans encombre. J'ai garé le destrier, rangé mes affaires de motarde et je suis montée à l'Entrepraill'z.

    Les secrétaires avaient prévu mon retour en me réservant une place sur la plate-forme. J'ai allumé mon PC et j'ai éclusé tous les mails vers la corbeille. La RH m'avait averti que mon avenant au contrat de travail pour le 4/5 était dispo, je suis passée le chercher et le signer.

    Puis j'ai rencontré le Tofu des missions qui m'a dit qu'il avait de bonnes pistes pour un projet en 4/5 pas trop loin du Village.

    Mon nouveau chef a souhaité que l'on apprenne à se connaître, il m'a emmené déjeûner dans un petit restaurant japonais intimiste. L'ambiance était sympa et détendue et il m'a assuré de son soutien pour le projet en 4/5 pas trop loin du Village.

    Puis, comme ma journée était finie, je suis allée me détendre dans la piscine du club de sport. Je m'apprête à enfourcher mon destrier pour le retour au Village et mes retrouvailles avec Lapinette.

     

    (...)