Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

couple

  • Le pragmatisme masculin

    Contons une petite histoire.

    Il était une nana fraîchement célibataire dont le peuple ne souhaite que du bonheur et se trouve donc fort dépourvu face à cette situation.

    Cette nana recroise une fille qu'elle n'a pas vu depuis longtemps alors qu'elle la voyait très régulièrement avant.

    La fille : Ah salut, comment ça va ? ça fait longtemps ! Qu'est-ce-que tu deviens ?

    La nana : bah ça va mieux, j'ai eu quelques problèmes de santé.

    La fille : Ah ouais, tant mieux. Tiens, y a mon copain qui m'a demandé de tes nouvelles.

    La nana : ah c'est gentil. Et comment ça va toi ?

    La fille : oh bof pas trop. Pis avec mon copain, c'est pas top le couple en ce moment ...

    La nana me narre cette histoire.

    En tant que fille pragmatique, je lui suggère qu'il y aurait peut-être possibilité avec le dit copain de la fille, car c'est quand même étrange qu'un mec qu'elle voit hyper rarement demande de ses nouvelles, alors que la fille en question n'en demande même pas alors qu'elles sont censées se voir régulièrement.

    La nana me dit que je me fais des idées. Soit, j'ai peut-être mal compris dans mon esprit pragmatique.

    Je narre cette histoire à un spécimen tout ce qu'il y a de plus bassement masculin option bière et match de foot, vive l'om et j'en passe.

    Le spécimen masculin me laisse à peine le temps de finir mon récit et sort tout de go :

    "Putain(g), elle veut qu'on lui envoie un fax ???"

    La chose ne fait aucun doute pour lui, il y a baleine sous gravillon, tout être couillu ne demande pas des nouvelles d'une fille qui ne l'intéresse pas, c'est un fait pratique.

    Je suis donc rassurée quand à ma condition féminine à hésiter sur le pourquoi du comportement masculin, et suis contente d'avoir un spécimen masculin pour éclairer mes doutes et renforcer un peu plus mon pragmatisme.

    Evidemment, ne connaissant pas tous les tenants et les aboutissants des protagonistes, le spécimen masculin et moi n'avons qu'une vue tronquée et forcément faussée des choses.

    Quoique.

  • Conventionnelles

    Je rencontrais une fille pas vue depuis longtemps. Je sais qu'elle s'est mariée l'année dernière. Elle est désormais enceinte.

    Ce à quoi je m'interroge sur ce conventionnalisme qui pousse les gens à se reproduire une fois signé l'acte de mariage.

    Avant, dans l'temps comme on dit par chez moi, le mariage servait à officialiser une relation. C'était l'occasion que les belles-familles se rencontrent, l'occasion de s'installer à deux, l'occasion de sexer selon la religion.

    Maintenant les couples se connaissent depuis des années, ils habitent ensemble pour tester leur relation, ils ont éprouvé la capote, la pilule ou la sodomie, les belles-familles ont largement eu le temps de se détester, et il reste toujours que les couples préfèrent se marier avant de procréer.

    J'ai l'impression que le mariage est devenu pour le membre du couple qui l'accepte plus qu'il ne le désire juste un accord pour dire à son partenaire qu'il lui donne l'autorisation de commencer la procréation.

    Ma soeur, le cerveau de la famille, dans son unique acte rock'n'roll, s'est mariée enceinte de 4 mois. En robe ivoire pour ne pas faire syncoper le curé, mais bien en forme.

    Parce qu'un enfant découle plus ou moins forcément d'un couple. Il sera là quoiqu'il se passe entre les partenaires.

    Un mariage n'est devenu que la simplification administrative des procédures d'enfantement. Pas de déclaration préalable de paternité, pas de justificatifs supplémentaires pour les FIV et autres joyeusetés, pas de livret de famille à présenter pour chaque démarche tant que l'enfant et le parent porte le même nom, etc ...

    Je trouve ça triste.

    Et pour le mariage que je respecte qui liait un couple quoiqu'il arrive.

    Et pour les enfants qui devraient découler d'un désir profond plus que de la signature d'un bout de papier.

  • Pipelette compulsive

    Dans le million de choses qui me traversent l'esprit, on va essayer de faire le ménage.

    Déjà un truc.

    Chacun fonctionne comme il veut, j'entends bien.

    Mais moi, je parle. Tout le temps. Beaucoup. Et surtout avec les gens que j'apprécie et qui m'inspire confiance. Donc surtout avec le Biscotte.

    Je dis ça parce qu'il y a toujours des gens qui croient bon de me dire : "Bon je vais te dire un secret, mais t'en parles pas à ton mec."

    Dans 2% des cas, ça le concerne. Genre "Ton mec est con/un enculé ...." Bon ben là je lui dis, je ne vais pas laisser dans l'ignorance quand même.

    Dans 98% des cas, ça ne le concerne absolument pas. Mais comme ça me concerne, ça le concerne un peu quand même. Alors je lui dis. Parce que je vis avec lui. Et que si je commence à lui cacher ce qu'on peut me dire et qui me peut me faire réagir (perturber, rigoler, inquiéter ...), je ne vois pas trop l'intérêt de partager mon quotidien avec lui. Il est là, il accepte tacitement de me soutenir, il le souhaite même je pense. Et c'est pareil dans l'autre sens, j'imagine.

    On a suffisamment l'occasion de mentir ou de cacher des choses tout au long de ses journées pour ne pas se prendre la tête une fois rentré dans son home sweet home.