Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

courtier

  • Méprise

    Il semblerait, mais bon je ne balance pas, mais quand même, que certaines personnes aient cru en me lisant que le Biscotte et moi allions acheter un bien immobilier en Bourgogne.

    Hum.

    Certes, le 1er juin, je faisais part d'un projet utopique de ce style.

    Mais.

    Le 14 juin, je disais, je cite, "Et je vous parlerais de mon futur 3/4 pièces de 72m2 à 150m de là où j'habite actullement".

    Alors à moins que ces personnes 1. ne me lisent pas complètement, je n'ose le croire, 2. croient que la Bourgogne se situe à 150m du Village, je ne vois pas trop ce qui a poussé ce raisonnement.

    HEIN ?

    Donc, non, nous n'achetons pas en Bourgogne, il semblerait plutôt que nous soyons partis pour acheter au Village dans exactement la même barre d'immeuble où nous sommes actuellement locataires mais pas au même numéro ni au même étage.

    Je dis simplement "partis pour acheter" parce que nous n'avons pas encore signé le compromis de vente. C'est-à-dire que les procédures notariales sont très longues et il semblerait que remplir pour la trente-six millième fois le même texte à trous soit très prenant.

    Mais ne médisons pas.

    Ce soir, nous voyons notre ami le courtier pour déterminer notre emprunt max et notre taux max d'emprunt, et peut-être que d'ici 10 jours nous aurons signé ce fameux bout de papier et un gros chèque d'acompte.

    Et d'ici 3 mois, nous passerons du côté obscur de ceux qui filent tous les mois leur argent à leur banque plutôt qu'à un propriétaire inconnu, et ce pendant les 20 prochaines années.

    Les paramètres boulots très instables n'étant pas pris en compte puisque nous verserons la même somme en remboursement de crédit qu'en loyer actuel.

    Et puis qui a un boulot stable de nos jours, hein ?

    Un jour, peut-être nous serons encore plus cool sur ce blog.

  • Vendredi, ça en chie

    Tout ça, c'est la faute de Titi.

    L'autre jour, dans les comms, elle nous parlait de malheur avec son lémurien. Et donc, par voie de conséquence, et pas les voies impénétrables du world wild web, la Lapinette a chopé la gastro mit fièvre qui ne descend pas.

    Hier matin, on a bien tenté de la fourguer à la crèche en spécifiant qu'elle s'était légèrement réveillée dans son vomi le matin même mais wait and see. Je n'étais pas arrivée au boulot que j'avais déjà un message de la directrice me demandant de me rappliquer fissa récupérer le petit bébé geignard tout fiévreux, gerbeux, et chieux.

    J'ai donc passé une magnifique après-midi de jeudi dans la merde. Et le Biscotte d'assurer aujourd'hui.

    Comme ça ne passe toujours pas, on va voir Mamour demain.

    En éclair, puisqu'après, j'ai PTH.

    L'après-midi, on devait avoir Elephant Rose, mais comme on a vu un super courtier mercredi soir, y en a plus besoin et ça m'arrange vraiment.

    La proposition d'achat de l'appartement a été envoyée et vous êtes priés de croiser tous vos doigts pour qu'elle soit acceptée.

    En attendant, moi j'ai rdv avec mon manne à d'jeure cet aprem, je suis horriblement stressée alors que je sais d'avance que je n'aurais pas d'augmentation. Les voies internes de mon cerveau sont impénétrables. Et ça me lourde grave.

    Et à la place, je voudrais vraiment être chez moi à m'occuper de la Lapinette toute malade.

    Sniff.