Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

démocratie

  • Coup de gueule

    Je n'ai pas pourtant pas l'habitude de parler politique sur ce blog. Mais là, ça me sort des tripes.

    Certes 53% de la population votante ayant élu le nain vagal, nous nous voyons obligés de vivre dans un état policier.

    Or, en cette période, ce sont les vacances scolaire et il fait beau.

    Ce qui signifie dans notre douce France : les contrôles routiers.

    Ok, c'est le jeu ma pauvre Lucette, et non, je n'ai pas été prise, je les connais les saloupiauds.

    Là où je tique, c'est que ces fonctionnaires de la police nationale stationnent dans le parking de MA résidence PRIVEE.

    Donc usage de la propriété privée.

    Je suis allée questionné un des messieurs pour mon information personnelle.

    Réponse : le matériel de contrôle routier est sur la voie publique donc c'est bon.

    Pour le stationnement, nous sommes la police nationale, donc nous pouvons stationner où nous voulons.

    J'ai aussi appelé le commissariat, parce que je trouve cet abus de pouvoir de stationnement un peu flagrant.

    Réponse : ah mais nous sommes au service de l'Etat, nous stationnons à l'endroit de l'intervention.

    Certes.

    Question : Admettons que j'habite une maison et ils se garent dans mon jardin, ils ont donc le droit ?

    Réponse : ah non faut pas exagérer, les parkings de résidence oui, mais les jardins non.

    Question : mais où peut on trouver la loi qui spécifie que les parkings privés, c'est ok, mais pas les jardins privés ?

    Réponse : ah mais il n'y a pas de loi, nous sommes la police nationale, écrivez une lettre au commissaire.

     

    Donc là, je suis TRES TRES en colère de vivre dans un état policier qui n'est là que pour la répression en utilisant les propriétés privées de gens, mais qui n'est jamais là pour la protection quand on dégrade ou vole les véhicules dans ces mêmes propriétés privées.

    Bizarre, vous avez dit bizarre ?