Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

discrimination

  • Le douloureux parcours de la reprise d'études

    Ca fait maintenant des mois que je vous fais poireauter avec mon GPS, celui de ma reconversion professionnelle.

    Pour partir sur de bonnes bases, il faut savoir que je bosse pour une très grosse boîte ultra-capitaliste où l'éthique et l'humain sont mis en avant dans des pubs (ça s'appelle la communication) mais pas dans les faits (ça s'appelle le business-model).

    Comme évidemment je suis un gros boulet qui cumule plein de tares (femme, moins de 30 ans, 2 ans de maternité, fausse couche, perte d'un enfant, enfant en bas âge, temps partiel, grande gueule, ...), je suis la joie des mannes à d'jeures pour déverser leur fiel, leur logorrhée discriminatoire et appliquer leurs compétences très poussées en contournement de lois.

    C'est comme ça qu'ils ne m'ont pas augmenté depuis 2 ans (car mes congés mater n'ont pas été pendant la période d'augmentation donc ce n'est pas de la discrimination), que je suis mal notée depuis 2 ans (ouais c'est pareil que le CP ici) et que mon bilan de compétences sur mon DIF a été refusé.

    DIF = Droit Individuel à la Formation. Ce sont des heures que chaque employé cumule chaque année. Un bilan de compétences coûte 24 heures par exemple. Moi j'en cumule une petite vingtaine par an grosso modo, j'en possède plus de 70. Ces heures, si elles ne sont pas employées, disparaissent au bout de 5 ans. On peut utiliser son DIF pour n'importe quelle formation dispensée par un centre agréé (oui même poterie). L'entreprise ne peut pas imposer à un employé de déduire une formation obligatoire sur son DIF. Par contre, l'entreprise a le droit de refuser une fois l'utilisation d'un DIF, et le refus est valable pendant un an.

    Je n'ai donc pas fait de bilan de compétences, je n'ai pas entamé mon DIF et je vais le perdre.

    Parce qu'aujourd'hui, j'ai déposé ma demande de CIF auprès de ma DRH, car mon manne à d'jeure a refusé de me voir. Débordé, qu'il a dit. Ca s'appelle la proximité du management, puisqu'il m'a proposé un rdv pour le 6 mai. Bah voyons.

    Sauf qu'une demande de CIF doit être déposée légalement 4 mois avant le début de la formation. Formation qui débute le 31 août, suffit de faire le calcul, je suis short, je sais.

    CIF =  Congé Individuel de Formation. Ne peut pas être refusé au grand dam de la DRH. Il peut être décalé si plus de 2% de l'entreprise est en CIF (ce n'est pas mon cas) ou pour raisons de service, et dans ce cas décalé au max de 9 mois. Sauf que les raisons de service n'existent pas dans l'Enterpraïllze (c'est le business-model lol).

    Mais, l'entreprise a quand même un délai d'un mois pour répondre positivement à ma demande.

    Puis, légalement, 3 mois avant le début de la formation, il faut déposer son dossier de demande de financement au Fongecif si on veut se faire rembourser les frais de formation (18 000 € dans mon cas) et/ou 80% de son salaire pendant un an (bah si ils veulent, je veux bien aussi hein).

    Et eux, bah ça prend du tout. Je ne sais pas combien, je vous dirais ça plus tard.

    Par contre, la réponse à mes oraux de l'école que je veux faire, c'est le 10 mai.

    J'ai donc optimisé ma faineantise. Je n'ai besoin de remplir le dossier Fongecif que si je suis acceptée à l'école, et si mon CIF est accepté.

    Et si j'ai besoin de le remplir, là j'aurais une petite semaine pour prendre un rdv avec un conseiller et pondre des lettres de motivation pour mendier des sous. Ce n'est pas comme si je n'y avais pas déjà passer une nuit dernièrement la veille de mon oral.

    Hum. Hum.

    Ah oui, mon projet professionnel, bah une autre fois, hein, c'est déjà un peu long, nan ?

  • Discriminations du web

    En ce moment, on parle beaucoup de l'article du Tigre.fr qui n'a fait que repomper toutes les infos qu'un individu lambda avait inscrit volontairement sur le web. On ne s'attardera pas sur le fait que cet abruti, oui je me permets, crie au scandale car il ne peut pas porter plainte.

    S'ajoute à ça beaucoup de reportages sur facebook, les dangers des réseaux sociaux, ou comment gérer son image sur le web.

    En gros jusqu'à maintenant, le message était "Attention à ne pas vous afficher sur le web."

    Aujourd'hui, sur Bfm TV (oui ma télé a la TNT, c'te truc de guedin, en HD et en 16/9, un truc de ouf), un reportage qui tente de nous informer que même les DRH vont sur la toile glaner les infos sur les potentiels candidats.

    Rien de nouveau sous le soleil de Bamako.

    Sauf ce témoignage d'un (con de) chasseur de têtes qui explique sereinement : "Si je ne trouve aucune info sur Google pour un candidat, je ne le prends pas car pour moi ça cache un loup."

    Là, je suis un peu restée sur le cul. En gros et en schématisant bien épais, il préfère voir un candidat défoncé sur des photos flicker qu'un candidat qui n'a qu'une vie réelle et pas virtuelle ???!!! Mais on va où là ?

    Ca cache quoi qu'on ne soit pas sur Google ?

    Ben moi je vais te le dire petit crétin des Alpes : ça cache qu'on a une vie normale et réelle.

    Ouais ça paraît dingue qu'on puisse encore communiquer par téléphone ou par mail avec des gens sans en informer la planète entière.

    Et si jamais ça m'empêchait d'avoir un boulot un jour, ça ne fera que renforcer mon idée qu'il valait mieux que je n'y sois pas à ce boulot.