Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fatigue

  • Le refrain habituel

    ce n'est pas que je n'ai pas plein d'idées dans la tête à coucher dans cet éditeur de texte épuré, mais mes pensées s'éloignent dès que l'écran s'approche.

    Enfin surtout je m'approche d'un écran essentiellement pour bosser. Et le travail fait éloigner mes pensées vers d'autres sujets ô combien passionnants mais néanmoins vitaux pour moi tel que "mais putain qu'est-ce ça caille".

    Je me rêve alors dans mes grosses pantoufles à défaut de ces petites mules blanches à talons, emmitouflée dans un gros sweat et une étole à défaut d'un débardeur et un mini-pull, à regarder ma Lapinette grandir et sourire.

    Mais ce n'est pas le cas.

    Je pense au tiramisu que j'ai fait mais pas pour moi, celui qui me faisait drôlement de l'oeil ce matin quand je l'ai donné à contre-coeur pour enfourcher ce scooter vers ce lieu maudit de l'Enterpraïllze.

    Je pense à tout ce que je n'ai pas fait hier au lieu de déménager la FPS au péril de ma vie dans des conditions sanitaires déplorables d'un studio où l'entassement et la poussière faisaient ménage heureux depuis plus de deux ans.

    Je pense au sport que j'aurais voulu aller faire mais quand je vois les trombes d'eau à travers la vitre sale, je sais qu'une fois posé mon fessier sur la selle humide, je me dirigerais illico vers mon home sweet homme.

    Je pense aux bagages à faire ce soir, à la pénurie prochaine de nicotine d'ici quelques heures, aux vaccins à ne pas oublier demain, au trajet à accomplir jusqu'en Brittonie, à ce we familial en perspective chargé de cadeaux et de bruit.

    Je pense à mon sommeil lourd et artificiel qui me manque depuis j'ai arrêté les anxiolytiques de mon plein gré la semaine dernière.

    Je pense à ma couette, à ma DS, à la chaleur.

     

    Mais là j'ai froid, très froid, ma nuque se raidit, je pense que je vais crever paralysée ici même devant un compilateur de code.

    Have fun.

  • Biscotte fut bourré

    Et ce matin, j'ai omis ce léger détail à la MC.

    Elle n'a eu que la version fatigue.

     

    Puis, Biscotte s'est levé avec une voix d'outre-tombe.

    Et déclare que sa voix n'est pas due à l'alcool (mais bien sûr).

     

    Biscotte a beaucoup de chance.

    La MC venait de partir prendre son ptit déj dans la cuisine.

     

    Ces mecs. Tu les couvres et ils trouveraient le moyen de flanquer par terre ce qu'on vient de faire pour eux.

     

    GRUMPFFF.

  • Biscotte est toujours bourré

    Mais il paraît que ce n'est pas du tout l'alcool, c'est la fatigue qui lui a fait perdre le contrôle du véhicule.

    Je déclare cette citation hors concours pour la meilleure excuse bidon du siècle.