Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fiv

  • La fierté des hommes

    Les journées se passent et se bousculent, le monde change vite, les choses évoluent beaucoup et dans tous les sens ces temps-ci.

    J'apprenais qu'une amie a terminé les examens conjugaux nécessaires à l'élaboration d'un dossier de FIV. Le partenaire masculin n'a pas daigné venir aux résultats, certainement peureux. Le verdict est tombé. Une cause unique, l'azoospermie sévère. Non pas qu'il soit vexé de la conclusion, ce sont des choses qui arrivent, de plus en plus souvent malheureusement, mais le terme "sévère" a mis un coup à sa fierté masculine.

    Je suis invitée à un mariage prochainement (non mais comment se fringuer en plein mois de mars à Paris, hein ?), mais le Biscotte ne l'est pas. Parce que la mariée et le Biscotte ne peuvent pas s'encaisser. Que le Biscotte et le marié non plus. La mariée était super gênée d'avoir à m'annoncer ça. Trop ouverte d'esprit, je ne sais pas, ça ne m'a pas choqué du tout. Ca m'a paru évident de ne pas avoir envie de jouer l'hypocrisie le jour de son mariage. Mais le Biscotte est vexé. Parce qu'il aurait voulu refuser l'invitation lui-même. Bah voyons.

    Ayant 30 ans de syndicalisme à son actif, j'ai appelé le PC hier pour lui demander quelques conseils sur mes futures démarches envers l'Enterpraïllze. A 3000km de là, au pays de Juliette, ce n'est pas le syndicaliste qui m'a répondu, mais le papa qui ne veut pas qu'on touche à sa fille ni à sa petite-fille. Et ça, croyez-moi que ça fait du bien aux oreilles, cette fierté-là.

     

    Et je voudrais que vous pensiez très fort à une chère amie à moi qui en a besoin. That's all.

  • S'il suffisait de ...

    Coup de gueule du jour.

    Totalement personnel et égoïste.

    Un test de grossesse positif n'est pas une victoire en soi. C'est une étape.

    Je comprends bien que toutes celles qui galèrent pendant des années, qui suivent des traitements hyper lourds, et qui un jour, découvrent un test de grossesse positif prennent ça comme une victoire.

    Leur combat est noble, il est médiatisé, on en parle régulièrement dans les magazines féminins, beaucoup de revues, de blogs, parlent de la stérilité, de la recherche qui se doit de continuer pour aider toutes ces femmes.

    Oui c'est vrai.

    MAIS.

    "S'il suffisait de tomber enceinte pour avoir un bébé ...
    Moi je pense à toutes ces femmes qui cumulent les tests de grossesses positifs sans avoir de bébé, celles qui sont maman sur le papier mais pas dans la vie, celles qui ont ce regard fier d'avoir enfanté et cette tristesse au fond des yeux d'avoir perdu la chair de leur chair, celles qui se retrouvent à errer entre les généticiens, les foeto patho, les prises de sangs, les radios, les échos, les autopsies, pour comprendre ... et le cimetière pour pleurer ... et qui retentent encore des fois que ... et qui elles aussi partiront peut être un jour sur la voie de l'adoption ..."

    Et à part mon blog tout naze, y a-t-il quelqu'un qui a lu récemment dans une revue féminine ou un blog un article de fond  (oui je précise car le débat pour ou contre la loi sur l'inscription sur l'état-civil n'est qu'une mascarade pour tenter de se dédouaner et masquer la réalité, la vraie, celle qui s'inscrit au plus profond du coeur des parents qui ont perdu la raison de leur espoir) sur l'IMG, sur les décés post-nataux ?

    Sans parler des parents qui vivent pendant des années dans les hôpitaux car sans préavis, leur enfant doit subir des traitements lourds sans forcément d'avoir d'issue positive ?

    Sans vouloir faire de parano, le sujet stérilité/FIV/Adoption est maintes fois abordé, le sujet mort subite du nourrisson régulièrement aussi, et sinon, y a quoi ?

    On n'existe plus ? On se tait et on s'écrase ?

    On se perce un trou à chaque test de grossesse positif et on avance tête haute sans bien savoir où l'on va ?