Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

foutez moi la paix

  • Saleté d'hormones

    A l'aube de ce 6ème mois, fatigue et ras le bol à l'ordre du jour.

    En contrepartie, juste une petite Mabroukhe qui fait la jungle quand elle en a envie. C'est très plaisant, mais c'est fatigant aussi. Surtout quand c'est fait le matin très tôt ou le soir très tard.

    Surtout quand la veille, on a passé 3h dans un TGV avec une caillera à kippa qui écoutait Céline Dion à fond les ballons et 2 africaines qui n'ont jamais jamais jamais arrêté de discuter. Et je sais que j'ai un énorme défaut, une espèce de tare que personne ne possède plus de nos jours, mais malheureusement pour moi, je ne suis pas sourde. Alors même avec le walkman à fond dans les oreilles, les africaines, j'ai continué à entendre leur blabla. Autant les caillera du 9-3 ne finissent pas leur phrase, mais là elles parlent un dialecte que je ne connais pas et elles parlent en même temps, ils n'ont pas la notion de question/réponse, échange, discussion, non chacune parle en même temps que l'autre, c'est E-PUI-SANT.

    Alors déjà hier soir, le décalage horaire (non on n'a pas changé de pays ?) et le décalage thermique n'aidant pas, j'ai connu un désespoir flagrant d'avoir envoyé Biscotte chercher des makis végétariens dans la nuit noire et d'avoir retrouvé seulement après le dépliant de l'unique livreur de sushis qui ose se déplacer jusque dans nos contrées reculées.

    Ce matin, j'ai mis 4 heures à me réveiller dont au moins 3/4h sous la douche à retrouver avec bénédiction mon après-shampoing au maracuja et mon exfoliant aux fruits exotiques (je voyage le plus léger possible mais c'est quand même toujours trop lourd).

    Et puis j'ai eu l'idée débile d'essayer de lire mes mails du boulot.

    Et je comprends les nanas qui ont envie de tout envoyer valser pendant la grossesse, de claquer une démission sans se soucier du lendemain. Parce que franchement, je n'ai qu'une seule envie, c'est qu'on ne me fasse pas chier. Et déjà dans le courrier de la veille, la CPAM se plaignait de ne pas avoir les attestations de salaire pour indemniser mes arrêts. Et là, mon entreprise qui me fait un caca nerveux car je dois fournir un justificatif d'écho pour pouvoir le passer en consultation mater sinon ce sera prélevé en congé. Evidemment, c'est dit avec le ton du chantage avec une date butoir que j'ai allégrement dépassée puisque j'étais en congés. En congés bordel. Ca veut dire no mail, c'est si compliqué ? Et encore mes congés ne sont pas finis. Bon, j'ai fourni une copie du compte rendu d'écho. Réponse immédiate, non il faut un vrai justif. Ils se foutent de ma gueule. Je n'ai jamais rien justifié pour mon ange. Je ne leur fais prendre en compte à peine 2 matinées pour des consultations en 9 mois de grossesse alors que je pourrais leur facturer tous les mois la visite de routine plus toutes les écho supplémentaires, et ils me font chier pour Mabroukhe.

    C'est dégueu. J'ai annoncé qu'à la fin de mes congés de cette semaine, je suis en arrêt pour un mois. Ca ne les a pas empêché de me coller une visite médicale obligatoire et un entretien d'évaluation la semaine prochaine. Et comme je suis une fille trop bien, je vais y aller alors que je n'ai pas à y aller.

    On pourrait pas juste m'oublier ?

    Je n'ai le droit d'avoir aucun avenir d'ici les 4 prochains mois car il faut attendre l'arrivée de la petite Mabroukhe, mais on a le droit de me pourrir mon présent alors que je reste cloîtrée toute seule à attendre.

    Fatiguée, fatiguée. Ca m'épuise toutes ces conneries.

    Ou comment regarder un ciel bleu ensoleillé magnifique avec un moral dans les chaussettes et l'envie de rien faire ...