Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

froid

  • Le refrain habituel

    ce n'est pas que je n'ai pas plein d'idées dans la tête à coucher dans cet éditeur de texte épuré, mais mes pensées s'éloignent dès que l'écran s'approche.

    Enfin surtout je m'approche d'un écran essentiellement pour bosser. Et le travail fait éloigner mes pensées vers d'autres sujets ô combien passionnants mais néanmoins vitaux pour moi tel que "mais putain qu'est-ce ça caille".

    Je me rêve alors dans mes grosses pantoufles à défaut de ces petites mules blanches à talons, emmitouflée dans un gros sweat et une étole à défaut d'un débardeur et un mini-pull, à regarder ma Lapinette grandir et sourire.

    Mais ce n'est pas le cas.

    Je pense au tiramisu que j'ai fait mais pas pour moi, celui qui me faisait drôlement de l'oeil ce matin quand je l'ai donné à contre-coeur pour enfourcher ce scooter vers ce lieu maudit de l'Enterpraïllze.

    Je pense à tout ce que je n'ai pas fait hier au lieu de déménager la FPS au péril de ma vie dans des conditions sanitaires déplorables d'un studio où l'entassement et la poussière faisaient ménage heureux depuis plus de deux ans.

    Je pense au sport que j'aurais voulu aller faire mais quand je vois les trombes d'eau à travers la vitre sale, je sais qu'une fois posé mon fessier sur la selle humide, je me dirigerais illico vers mon home sweet homme.

    Je pense aux bagages à faire ce soir, à la pénurie prochaine de nicotine d'ici quelques heures, aux vaccins à ne pas oublier demain, au trajet à accomplir jusqu'en Brittonie, à ce we familial en perspective chargé de cadeaux et de bruit.

    Je pense à mon sommeil lourd et artificiel qui me manque depuis j'ai arrêté les anxiolytiques de mon plein gré la semaine dernière.

    Je pense à ma couette, à ma DS, à la chaleur.

     

    Mais là j'ai froid, très froid, ma nuque se raidit, je pense que je vais crever paralysée ici même devant un compilateur de code.

    Have fun.

  • Froid

    Aujourd'hui, à l'Enterpraïllze, nous avons reçu comme régulièrement l'information syndicale du mois.

    Le 1er cas, c'était moi.

    Ca fait très froid de découvrir les mots implacables du comportement de mon ex manne à d'jeure au sujet de mon ange.

    Des mots posés comme ça sur l'intranet d'une entreprise lambda entre deux cas de licenciements abusifs.

    Et juste la petite réponse de la direction : convoqué par sa hiérarchie.

    Ok, mais ça change quoi au juste ?

    Ca va le ralentir un chouïa dans sa carrière, et alors ?

    Moi, j'ai quoi ?

    Des excuses ?

    Que dalle.

    Moi, j'ai rien.

    Juste ces mots froids et implacables qui démontrent une fois de plus la connerie humaine.

    J'en ai profité pour tout raconter à mon nouveau copain de boulot africain du nord comme elle dit Sonia.

    Et lui, il me dit : "Tu vois, chez nous, on dit que les femmes elles sont discriminées parce qu'elles sont voilées et surprotégées. Et on nous dit qu'en France, c'est le pays de la liberté et de l'égalité. Moi, ce que je vois, c'est qu'on me parle comme à un voleur parce que je suis arabe, et toi on te parle comme à une merde parce que t'es une femme."

    Ben ouais, c'est ça la France, t'as tout compris, gars.

  • Moins 3 degrés

    J'en ai marre de la voiture, il fait "beau", le froid ce n'est que dans la tête.

    D'ailleurs, hier matin, en sortant de la crèche en jean/pull, je trouvais qu'il faisait bon, alors j'ai décidé de prendre mon scoot.

    Ni la neige restant sur la selle, ni les 0° clignotants sur le tableau de bord n'ont entamé mon optimisme météorologique, je n'ai pas mis de pantalon de moto. Zou, en jean, il fait beau.

    Bon ben non, ça caillait sa mère.

    Les conseils de Tata Cracotte :

    - une grosse culotte tu mettras. Car quand le froid humide aura transpercé le cordura et le jean, ça sera toujours mieux que d'être en string, si si. Bien sûr, le pantalon de moto, tu mettras.

    - une écharpe, tu penseras à mettre. Car passer 1/2h la tête en arrière pour ne pas que l'air glacial s'engouffre sur les cheveux fraîchement mouillés du shampoing du matin et n'aille frigorifier ton échine, c'est pas cool.

    - jamais le frein à main tu ne mettras car sinon il sera gelé, et c'est donc pour ça que le MP3 de Piaggio est plus sécuritaire, il ne démarre pas quand il fait un temps de chiottes, c'est plus simple.

    - jamais tu ne mettras la housse de selle car elle provoque une humidité supplémentaire sur la selle et donc dans le détecteur de selle, et là bon courage pour débloquer les roues.

    - d'ailleurs les roues tu les débloqueras avec deux petits coups vers la droite, même une fois que le SAV t'auras changé la selle et le bouton du roll-lock

    - à l'arrêt, tu maintiendras ton régime à 3000 tours, sinon tu caleras. Et même si le SAV t'a aussi changé le starter et réglé le ralenti à 1500 tours. 1500 tours, ça ne suffit pas à moins 3°.

    - ah et puis les gants, tu ne les laisseras pas toute la nuit dans le coffre du scooter mais les remontera dans l'appartement. Ca te fera gagner 1/4h avant que tes pouces ne soient gelés.

     

    Mais sinon, le scooter, c'est le pied. 45 minutes pour aller à DTC Back to Manhattan.

    Pis ça tombe bien, il paraît que je suis virée et que je vais être envoyée à DTC Before Manhattan soit à  .... 20 minutes du Village. Yeepaah !

    Quand ça ?

    Euh, le chef a dit "Assez rapidement", voilà je n'en sais pas plus ;-)