Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gastro

  • Vendredi, ça en chie

    Tout ça, c'est la faute de Titi.

    L'autre jour, dans les comms, elle nous parlait de malheur avec son lémurien. Et donc, par voie de conséquence, et pas les voies impénétrables du world wild web, la Lapinette a chopé la gastro mit fièvre qui ne descend pas.

    Hier matin, on a bien tenté de la fourguer à la crèche en spécifiant qu'elle s'était légèrement réveillée dans son vomi le matin même mais wait and see. Je n'étais pas arrivée au boulot que j'avais déjà un message de la directrice me demandant de me rappliquer fissa récupérer le petit bébé geignard tout fiévreux, gerbeux, et chieux.

    J'ai donc passé une magnifique après-midi de jeudi dans la merde. Et le Biscotte d'assurer aujourd'hui.

    Comme ça ne passe toujours pas, on va voir Mamour demain.

    En éclair, puisqu'après, j'ai PTH.

    L'après-midi, on devait avoir Elephant Rose, mais comme on a vu un super courtier mercredi soir, y en a plus besoin et ça m'arrange vraiment.

    La proposition d'achat de l'appartement a été envoyée et vous êtes priés de croiser tous vos doigts pour qu'elle soit acceptée.

    En attendant, moi j'ai rdv avec mon manne à d'jeure cet aprem, je suis horriblement stressée alors que je sais d'avance que je n'aurais pas d'augmentation. Les voies internes de mon cerveau sont impénétrables. Et ça me lourde grave.

    Et à la place, je voudrais vraiment être chez moi à m'occuper de la Lapinette toute malade.

    Sniff.

  • En 4 parties, 3 sous-parties, introduction, développement, anti-thèse et synthèse

    On en était où ici ?

     

    Après avoir publié mon dernier article bien succinct (une grande qualité la succincterie chez moi) (rare mais exceptionnelle quand elle est mise en avant) (comment ça on ne dit pas succincterie, je dis ce que je veux d'abord) (c'est quand je parlerai charabia corporate qu'il faudra m'arrêter) (ah tiens faudrait que j'en parle de ce truc un jour, moi ça me fait toujours rire) (avec le Biscotte aussi je dois dire, faut croire qu'on est fait pour s'entendre c'est étrange) (fin des parenthèses) (pour le moment),

    -- là vous avez le droit de respirer --

    [je tiens une de ces formes à cette heure-là, c'est impressionant]

    -- oui, oui, je vais reprendre le cours de ma pensée --

    j'ai cliqué sur le lien en haut à droite qui dit "Voir le blog : la Biscotte de Proust", non pas pour m'auto-satisfaire, quoique, mais simplement pour vérifier rapidement que l'article était bien publié, je reste quelqu'un de très pragmatique, et modeste bien entendu.

    [héhé, ouais, il y a eu un point, ça veut donc dire que c'était une phrase complète. Si ce n'est pas clair, il faut relire, désolée]

    [je préfère les crochets, ça économise mes touches parenthèses]

    Je continue.

    En allant donc voir le blog ô combien intéressant et magnifique de la Biscotte de Proust, mon esprit se focalisa sur le calendrier en haut à droite, ceci prouvant ô combien le blog est intéressant et magnifique et aussi que mon esprit dévie quand même beaucoup en haut à droite ces temps-ci.

    Et je m'aperçus que ce calendrier était bien blanc.

    J'ai beaucoup réfléchi malgré mon mal de crâne persistant et j'en suis arrivée à la conclusion que le flot de mes pensées était principalement centré sur le transit de ma fille (très  trop fluide) et le mien par conséquent.

    Quand t'es constipé, tu blogues moins.

    Des fois, du coup, je m'inquiète pour le transit d'Anouchka.

     

    Pour ma part, Barack Obama a déclaré que c'était une gastro bien particulière. Je n'ai plus aucun doute sur le fait qu'il a eu raison de choisir la spécialité gynécologie plutôt que gastro-entérologie.

     

    Ceci était l'introduction.

    (lol).

  • Temporiser

    Là, en ce moment, j'ai deux sujets brûlants pour le blog à développer.

    - l'épidémie de gastro ambiante

    - mon travail

     

    mais en fait, les deux reviennent à parler de merde, alors j'hésite.