Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gingko

  • Et pendant ce temps

    Gingko nous abandonnait lâchement, j'espère, pour nous faire un petit dans le dos.

    Nous tentions d'acheter un appartement, chose ardue s'il en est au vu de l'implication peu visible des notaires pour ce genre d'acte. Rassurez-moi, c'est censé être leur boulot non ?

    Je m'étais fabriqué aussi une pile à lire en hommage à la grande Tata Les Piles.

    L'efficacité de cette PAL est encore à démontrer mais j'ai quand même épuisé deux bouquins.

    J'ai d'abord tenté de croire à Allen Carr. Ce bon vieux Allen qui promettait monts et merveilles m'a, je dois dire, quelque peu déçue. J'ai bien suivi tous ces conseils, je me suis lobotomisé le cerveau comme il voulait, mais visiblement, j'ai du raté une étape parce que je vous le donne en mille, j'ai échoué à sa méthode, mondialement reconnue comme il le dit, et si simple aussi.

    La simplicité consiste en fait à programmer son cerveau à penser que la nicotine est un poison énorme qu'il faut évacuer du corps et à penser que tous les fumeurs sont des pauvres gens désespérés qui sont prisonniers d'un fléau. Alors oui, au début, j'ai eu envie d'y croire. Envie de me forcer à penser que oh oui c'est bon de respirer de l'air non chargé de nicotine all day long. Mais ce qu'il promettait comme un moment d'extase m'est apparu comme un moment complètement déprimant à stigmatiser les autres fumeurs qu'il faut fuir comme la peste. En bref, je n'ai pas senti un regain d'intérêt génialissime de ma vie une fois qu'elle est devenue non-fumeuse. J'ai donc joyeusement replongé.

    Ensuite, j'ai tenté de croire David Servan-Schreiber. J'ai du m'accrocher au début sur le fonctionnement biologique du cerveau étant donné mes faibles capacités dans le fonctionnement du corps humain. Puis j'ai été happée. Aucune de ses indications n'est en effet révolutionnaire. Mais j'ai beaucoup apprécié la manière de les aborder. A l'instar d'un Allen Carr qui dit que c'est comme ça et pas autrement, DSS nous donne des bribes d'explications médicales, suffisantes pour une néophyte, appuyées de toutes les études qu'il a pu mené ou dont il a entendu parler. Il ne dit pas qu'il faut, il dit que ce serait mieux. Et moi j'aime quand on ne m'impose pas ma manière de vivre. Même si je n'ai pour le moment quasiment appliqué aucun de ses conseils, j'en ai pris bonne note dans ma tête et cela fait son chemin.

    Pour preuve, je n'ai pas racheté de nutella, je suis en manque depuis 4 jours, j'ai déjà économisé 2/3 d'un pot, je m'en fous de l'argent, mais normalement mes artères me remercieront.

    Un jour, peut-être, reprendrais-je le sport.

    Et j'ai même envie de m'initier à la communication non-violente.

    Comme premier pas, mon bouquin en cours est la méthode Gordon.

    Et dans ma wishlist, il est possible que j'y intègre le Marshall.

  • Chai plus quoi dire

    Mais c'est pour Gingko qui bosse aujourd'hui.

    L'empathie finira par me tuer.

    Mais bon là, j'ai un vermiceau qui s'éclate à ramper sur mon lino et c'est tout bonnement génial. Jamais, je ne ferais l'apologie de la grossesse, ni des enfants à quelqu'un qui n'en a pas envie. Mais bordel, qu'est-ce que c'est génial d'avoir une fille qui te sourit à longueur de temps, qui crapahute comme elle le peut pour approcher du plus près le pavé OpenGL1.2 qui traîne dans la Billy (bon courage ma poulette).

    J'adore être maman.

     

    Sinon, non je n'achète pas d'appartement pour le moment.

    A priori non, je ne me fais pas licencier mais je vais faire appliquer la loi du 23 mars 2006 qui stipule l'obligation pour l'entreprise d'augmenter annuellement une femme à chaque retour de congé maternité de la moyenne d'augmentation des collaborateurs de sa catégorie.

    Vous ne connaissiez pas cette loi, bah moi non plus. Mais tout bon délégué syndical vous la donnera. Et c'est comme ça que demain, priez pour moi, je vais aller récupérer deux ans de thune non touchées.

    Et oui, à partir d'aujourd'hui, je suis censée commencer à m'aérer les poumons électroniquement. On verra si ça marche.

     

    Et ce soir, j'ai une soirée crêpes mais j'ai toujours la gastro. Et chui en rade d'Ercéfuryl, seul médoc qui marche plus ou moins, et je confirme avoir tout essayé du tiorfan nourrisson, au lactéol, et à la morphine.

    Chui vidée.

  • Le mercredi, c'est trop petit

    Et une note spéciale pour Gingko qui aura de la lecture.

    Comme je le disais hier, le mardi c'est pourri. Et je suis super fatiguée.

    Ca n'a pas loupé. A 19h10, j'étais chez moi, je jouais avec la Lapinette. A 19h30, j'étais dans mon lit, endormie.

    A 1h40, je me réveillais, je zonais à la salle de bains pour décoller les lentilles et me désaper. Et je repartais aussi sec dans mon lit.

    A 8h45, je me levais fraîche et pimpante. Entre temps, la Lapinette avait pris son bain avec son papa, son bib avec son papa, avait dormi sans broncher, avait pleuré à 4h30 du mat parce qu'elle était sur le ventre, avait été remise dans le bon sens par son papa, s'était réveillé à 7h10, avait pris son bib avec son papa et était rendormie.

    Bravo la maman opérationnelle.

    Donc comme tous les mercredis matin où je suis à peu près réveillée, j'ai voulu emmener la Lapinette à la piscine. Oui, bon, elle a une rhino, mais sinon j'arriverais jamais à entamer mon paquet de couches de piscine pour les moins de 7 kilos et elle en fait 6,5. Donc, comme d'habitude, j'ai re-confirmé qu'il n'y avait qu'une seule piscine de Paris ouverte le mercredi matin et qui était "dans mon coin", qu'il me fallait théoriquement 30 minutes selon Google maps pour m'y rendre, que Sytadin disait que c'était tout bouché et qu'il me faudrait une heure.

    J'ai donc, comme d'habitude, abandonné.

    Alors j'ai réfléchi à ma to-do list longue comme la muraille de Chine qu'on aurait prolongé jusqu'en Australie, et j'ai lancé une lessive adulte. J'ai pris mon ptit déj au nutella, et la Lapinette s'est réveillée. Je me suis rappelée qu'on devait rendre des DVD à la bibliothèque et que je devais acheter des trucs inachetables par un mec au supermarché (éponges, lessives, adoucissants, guigoz, ....).

    A 11h30, on était rentrées. A 11h45, la Lapinette a commencé à pleurer et hurler ou dans l'autre sens, je ne sais plus bien. Il est donc formellement possible de manger intégralement un petit pot de printanière de légumes Blédina tout en hurlant et pleurant, c'est testé et approuvé.

    A 12h15, la Lapinette a arrêté de pleurer et hurler quand je lui ai enfourné le bib dans le bec.

    12h45, la Lapinette a roté, elle est couché et elle dort :)

    Et mon repas d'hier soir concocté tout spécialement par le Biscotte est dans le four et attend d'être dégusté.

    Et oui, pour un mercredi midi, je vais manger, c'est extraordinaire.

    J'ai même pendu la 1ère lessive de ce matin, et j'ai relancé une 2ème lessive. Le bac à linge sale adulte est donc maintenant rempli à ras bord mais ne déborde plus, on progresse, on progresse.

    Je décide donc que j'ai quand même vachement bien rentabilisé mon mercredi pour une fois et que je vais pouvoir glander jusqu'à la fin de l'aprem.

    Frédérique, je pense beaucoup à toi, mais j'ai un problème pathologique avec le courrier. J'ai beau avoir découpé le problème dans tous les sens, j'ai décortiqué les étapes :

    - récupérer ton adresse DONE

    - découper le tissu (le trouver déjà et retrouver la taille qu'il faut)

    - le mettre dans une enveloppe

    - écrire l'adresse, ça c'est pas dur

    - écrire un mot pour Gingko, là faut réfléchir et je suis une jeune maman en 4/5 alors c'est TRES dur selon mes patrons

    - fermer l'enveloppe (je pense que j'y arriverais)

    - acheter des timbres (AHEM, c'est là que le bât blesse)

    - penser à mettre l'enveloppe dans une boîte à lettres.

    Tu vois, on n'est pas rendu comme on disait en Brittonie du Sud, mais j'ai bon espoir de m'y mettre avant que Gingko accouche voir un peu plus longtemps avant pour ne pas pourrir ton planning. Mais c'est souligné sur ma TO DO list !