Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hésitation

  • J'hésite

    Je tergiverse.

    Que dire de plus ?

    Tout est en équilibre fragile, alors je serre les fesses et je vis.

    J'hésite à m'inscrire sur twitter. Non pas que j'ai envie de twitter particulièrement, puisque je plurke, mais j'ai l'impression que ça serait plus facile de suivre Anouchka si j'étais inscrite. Je ne sais pas trop.

    Et puis ça m'occuperait la journée, un peu.

    J'hésite parce que c'est une période, une période où je n'ai envie que d'être spectatrice, me laisser couler en regardant les autres, en les écoutant, en les conseillant si je peux et si je suis appropriée.

    Secret story, c'est chouette, mais ce n'est pas la vraie vie, on ne peut pas influer sur le cours des choses.

    Moi je veux comprendre les autres, j'ai hâte que les inscriptions à la fac de psycho soient ouvertes.

    J'hésite à faire maintenant mes lettres de motivation pour les pré-inscriptions d'école qui sont déjà ouvertes alors qu'il faut les rendre en septembre et que toutes les autres seront ouvertes en septembre.

    J'hésite à réfléchir, parce que j'ai mis mon cerveau en vacances, parce que mon cerveau est en vacances et que je ne veux pas me brusquer.

    J'hésite quand je vois ces mères de copains de crèche de Lapinette qui sont déjà enceintes en stade bien avancé du second et du quatrième. Le second, je comprends, c'est l'attrait de la nouveauté, c'est le retour de couches, le baby-blues qu'on veut éviter, l'envie d'avoir une famille plus grande tout de suite. Mais bordel, le quatrième ?? Et elles sont plein dans le Village à aller à la messe, pondre des familles hyper-nombreuses et à se la jouer über-cool de l'utérus. Toujours ma vieille révolte face à celles qui ont déjà un mal fou à avoir le premier et je ne parle pas de moi. Je suis sûre qu'il y a une réelle explication sociologique à ce phénomène mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Je ne comprends pas que l'on puisse aimer changer des couches à la chaîne, donner des bib ou des compotes à la chaîne, des bains à la chaîne, faire des lessives en grande quantité, laisser l'éducation du petit à ses grands frères et soeurs, trouver le temps d'avoir un travail et de baiser avec son mari. Et c'est quand qu'elles communiquent à leurs enfants ?

    Je veux dire réellement se poser et laisser l'enfant venir à soi pour parler de ce qu'il a envie, de lui dire qu'on l'aime, et rigoler avec lui.

    Un peu ce que je n'ai pas eu en quelque sorte ...

    Bon et sinon ça va bien hein ;-)