Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

impôt

  • L'argent et les congés, c'est très surfait

    Ces temps ci, je découvre plein de choses très instructives sur le monde du travail qu'un jour, je fréquenterais peut-être encore.

    1. Les arrêts maladie font de la réduction d'impôt. Si, si. Alors, le concept, si j'ai tout bien saisi : la sécu, elle rembourse grosso-modo 70-80% du salaire et c'est imposé comme du salaire normal. Logique. Mais moi, je bénéficie de la subrogation de salaire, ce qui signifie que le reste de mon salaire m'est payé par mon entreprise et qu'à la fin je touche un salaire normal sans me rendre compte de rien. Mais apparemment, cette subrogation passe en remboursement maladie par la mutuelle et n'est donc pas imposable. Je dois donc déclarer quasi 20% de revenus en moins cette année, c'était la bonne nouvelle. C'est après que ça se gâte.

    2. Par contre, quand on est en arrêt maladie, la loi a estimé que nous étions malade uniquement 35h/semaine. Par contre, nous travaillons 37,5h/semaine. Je n'ai pas encore saisi la logique. Mais bon. Ce que ça signifie surtout, c'est qu'en fait, quand on est malade, on n'a pas le droit aux RTT. Such a scandale. Ben oui, je tombe des nues, mais moi je croyais que le 1er janvier, on nous donnait un package de 10 jours à répartir sur l'année et basta. Et ben nan. C'est peut-être pour ça que j'ai eu l'impression de me faire enfler l'année dernière. Par contre, ce que je n'ai pas encore compris, c'est quand est-ce qu'ils calculent notre droit à RTT. Parce que j'ai bien l'impression qu'ils font ça mois par mois. Et que du coup, on peut arriver au mois de décembre et qu'on découvre qu'on a le droit à un RTT de plus, mais qu'on ne pourra pas poser car on est en mission et qu'il est impossible de le poser. Et évidemment, tout RTT non posé avant le 31 décembre est perdu et non payé, et l'entreprise n'est absolument pas dans l'obligation de l'accorder voire de le payer si elle ne l'a pas accorder. A l'inverse, avec leur nouvelle loi sur RTT, on a le droit de se faire racheter nos RTT non pris au mois de septembre. Ca veut dire qu'en septembre, on doit prévoir le nombre de RTT qu'il nous restera pour se les faire payer si on ne veut pas les prendre. Et que se passe-t-il si finalement on s'en fait payer plus que ce qu'on a finalement réellement eu le droit ? On nous fait une saisie sur salaire ???

    Bref, donc je ne sais pas du tout combien de RTT j'aurais cette année, un ou deux, dont un qui était obligatoire le 2 janvier, donc pour ainsi dire aucun mais en fait je ne sais pas et ça me soûle.

    3. La dernière mauvaise nouvelle, c'est la participation. Biscotte et moi avons respectivement dans chacune de nos entreprises une participation bloquée. Moi, je suis dans une trèèèèès grosse société, donc je n'ai pas une trèèèèès grosse participation mais elle est bloquée à 10% par an ce qui paraît non négligeable en ces temps de crise financière alors je ne comptais pas la débloquer préventivement.

    Par contre, celle de Biscotte qui est dans touuuuuuuute petite société est trèèèèèèès importante mais elle est bloquée à ... 0,1% par mois, youpla boum. Donc, on pensait la débloquer en avance pour pouvoir payer la nounou de Mabroukhe et accessoirement essayer de faire un jour un petit investissement immobilier. Et la placer à un truc plus rentable que 0,1% par mois ce qui ne paraît pas bien difficile.

    Sauf que moi, j'ai reçu le papier qui explique comment débloquer une participation par anticipation et Biscotte et moi sommes dans la même convention collective. Et bien, on ne peut pas débloquer une participation quand il y a une naissance. Ah ben non, uniquement le 3ème enfant !!! Il est évident que le 1er et le 2ème enfant ne coûtent absolument rien, mais le 3ème si. On peut aussi la débloquer si on se marie. Genre c'est beaucoup plus utile de claquer 14K dans une fête d'un jour que dans une année de garde d'un enfant, hein.

    On peut aussi décéder ou acheter sa résidence principale. L'investissement immobilier, on se le met derrière l'oreille aussi.

    Nan mais franchement, 14K, c'est quoi de nos jours, de toute façon, on peut rien faire avec, hein. Il vaut mieux rester bosser à manger des pâtes qu'avoir des RTT et payer une nounou. Je ne vois vraiment pas de quoi je me plains, tiens.