Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

italien

  • Nous sommes sortis du théâtre

    Fin de la saga ô combien palpitante.

    J'avais repéré 2 restaurants. Italiens comme le voulait les Biscottes' brothers.

    Sans mon carnet, pensez bien que je ne me souvenais pas de grandchose si ce n'est qu'il y en avait un rue Saint Georges. Youhouh, partons gaiement.

    La rue est longue. J'annonce que de toute façon, Google Maps disait 10 minutes de marche. Scandale dans le rang de frères, je calme tout ça, on est pas des poules empotées, on peut marcher.

    Le nom du resto me revient : "Romain" que je crie ! Les frères Biscotte commence déjà, eux, à visionner les cartes des restos sur notre route. Bande de lâcheurs.

    Finalement, la rue n'est pas si longue et "Romain" est bien là. Il nous accepte, j'aurais été incapable de retrouver l'autre resto repéré.

    Assiette de charcuterie italienne, osso bucco, risotto à la milanaise, raviolis, vin blanc de Rome, tout est délicieux, les panses se régalent, l'addition aussi, nous décidons de rentrer en notre home sweet home.

    L'estomac un peu lourd, je décide de marcher jusque Saint Lazare. Bien m'en a pris. Arrivés seulement devant le métro Trinité, Biscotte's brother ne retrouve pas son sac à dos. Ah ben oui, ce fut étonnant qu'aucun Biscotte n'ait oublié quoique ce soit. Et pour une fois, ce n'était pas le mien, je lui avais fait faire un inventaire avant de partir du resto.

    Nous retournons donc au restaurant pour récupérer le dit sac, mon estomac est TRES lourd. J'en ai marre de marcher, nous prendrons donc le métro à Saint Georges.

    Je commence à avoir très chaud dans le métro, je déteste le métro, je ne me sens pas bien, nous arrivons enfin à la voiture. Le risotto me dit qu'il a envie de s'aérer. J'ouvre la fenêtre. Il caille, j'ai chaud, le risotto n'est toujours pas content.

    Au premier virage à la sortie de l'autoroute, je me souviens à qui me faisait penser l'acteur de la pièce: A cédric de la nouvelle star, ouais chacun ses références. Hum.

    Le risotto s'en fout de ma découverte, il souhaite réellement sortir en dehors de moi.

    Au 2ème virage dans la forêt, je prends la décision de ne pas accepter le nouveau job pour lequel je passe des entretiens. Biscotte trouve que c'est une bonne idée. Le risotto rigole et me dit que je ne tiendrais jamais jusqu'à la maison.

    Nous arrivons sur le parking de la résidence, je n'attends pas qu'on soit garés pour sortir, je cours entre les voitures et les arbres, le risotto est enfin libéré sur les feuilles mortes, mes pompes sont encore massacrées.