Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j'aime pas les gens

  • Question pour une championne fatiguée

    J'hésite, j'hésite beaucoup quand à ma réponse la prochaine fois qu'on me posera LA question (option regard bien appuyé sur mon ventre).

    "C'est la première fois ?"

     

    - Cool : C'est pour un sondage ?

    - Inquiet : Zêtes des services sociaux ?

    - Agressif : Qu'est-ce que ça peut vous faire ?

    - Agressif féminin : Je vous demande ce que vous faites de votre utérus vous ?

    - Détourné agressif : Non, vous n'êtes pas le premier con à me poser la question.

    - Déni : Non, je fais souvent de l'aérophagie, c'est comme ça quand on boit trop de bière.

    - Financière : Non, je prends 50 000€ par bébé porté et j'exige la chambre particulière à l'accouchement, mais c'est un ventre de qualité, ça vous intéresse ?

    - De mauvais goût : Non, j'en ai 12 autres mais je les mets au congélo parce que je ne peux pas tous les transporter avec moi.

     

    Moi, je préfère la dernière ces temps ci. Reste à savoir si j'oserais vraiment la faire ...

    (JAMAIS je ne dirais oui juste pour faire plaisir à la bonne pensée universelle).

  • Les parisiens sont jeunes et cons

    Paris 5ème, jeudi soir, 20h, un bar plein.

    Je m'avance vers le comptoir pour commander pour moi et mes amis. Comme il y a des gens assis tout au long du comptoir, je passe ma tête entre deux et m'adresse au serveur :

    "Une framboise rusky, un white ocean, et un scorpion sans rhum avec de la limonade à la place s'il vous plaît".

    Le barman me répond : "Non je ne peux pas faire le dernier car la limonade n'ira pas avec le reste".

    Moi : "Ah bon, et vous auriez pas un cocktail sans alcool à la place s'il vous plaît ?".

    La gars à ma droite m'engueule : "Ouais moi je voudrais bien parler avec mon copain" (celui qui était à ma gauche).

    La barman me dit qu'il me fait un cocktail maison sans alcool et me fait signe de me déplacer entre deux autres gens du comptoir, j'obtempère sans rien dire (comme d'hab) tellement je suis outrée de l'attitude éhontée du gars d'avant.

    Je me retrouve entre deux djeun's d'une très petite vingtaine d'années. Je paie la commande.

    Le djeun's dit à sa copine de l'autre côté de moi en me regardant (enfin surtout mon ventre) "Oh putain, re-lou, on viendra plus ici, la clientèle, elle a bien changé".

     

     

    .....

    Après je m'étonne encore de ne pas savoir pourquoi je n'arrive plus à blairer les gens.

  • Aimant à post-it

    Il y a quelquechose que je n'explique pas.

    J'aime pas les gens, j'aurais même tendance à les fuir.

    Je déteste la promiscuité, je profite de me mettre à l'écart partout où je vais, je n'aime pas être collée.

    Et pourtant, les gens me collent.

    Partout où je vais, on me colle.

    Par exemple, une salle d'attente de médecin. 3 personnes, je vais m'installer au barycentre le plus éloigné de tous (pondéré avec l'odeur des gens cela va de soi), c'est pas compliqué. Non, non, c'est pas compliqué, j'ai juste fait un Bac S spé Maths.

    Eh bien, si une nouvelle personne rentre dans la salle, c'est obligé qu'elle va s'asseoir à côté de moi.

    Par exemple, aujourd'hui au ciné, mon ciné de banlieue désert surtout un jeudi aprem séance de 15h. Je m'asseois au centre 2 rangs derrière les deux premières nénettes qui étaient là.

    Deux nénettes arrivent, elles se calent juste derrière moi (y a au moins 50 rangs dans la salle hein) et elles papotent, chahutent et que je te donne des coups dans le siège.

    Un gars arrive, il se place 2 places à côté de moi. !!!????

    J'ai trouvé ça louche dès le départ, pis je me suis dit non quand même, le mec il viendrait pas au ciné pécho une meuf enceinte quand même ? Je suis naïve.

    Bon quelques gens se sont installés, puis une dernière fille est arrivée et s'est placée une place d'écart de l'autre côté de moi.

    Je visualise le truc. On est 10 à tout casser dans la salle. 2 nénettes deux rangs devant. 3 personnes qui ne se connaissent pas sur 6 places de MON rang. 2 nénettes juste derrière moi, et 3 autres personnes réparties allégrement derrière.

    Le must ?

    A un moment, je ne sais plus pourquoi je bouge mon pied et je sens un truc. Je me baisse, ouais y a bien un truc sous mes pieds. Oui, oui, le type deux places à côté de moi s'était endormi de travers en foutant SES pieds sous MON siège.

    J'ai halluciné.

    Bon comme d'hab, hein trop bonne trop conne, j'ai rien dit, MAIS je me suis déplacée sur la place à ma gauche donc juste à côté de l'autre fille. Promiscuité super ...

    Le must du must ?

    5 minutes plus tard, le type s'est "réveillé", a vu que je m'étais déplacée, il s'est tiré du ciné.

    Ben je me suis re-déplacée sur MA place.

     

    Qu'est-ce qui fait que j'attire les gens comme ça ?

    Pourquoi dans une salle où y aurait une seule place sur deux d'occupées, je suis sûre que la prochaine personne sera à côté de moi ?

     

    Ca me fait un peu penser à La Chèvre avec Pierre Richard qui trouve toujours la seule chaise cassée d'une pièce, moi je me coltine toujours un voisin, toujours.

    Je suis désespérée.