Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

je vous aime

  • Vivre et voir mourir

    Quand vient la période de la Toussaint, éducation judéo-chrétienne oblige, que le temps devient maussade, que la Lapinette est malade et que les évènements se précipitent, mon coeur se serre.

    Je suis entourée. Par ceux que j'ai choisi, par ceux qui m'ont choisie, par ceux qui me soutiennent bien.

    Mon ange est partie, cela fait maintenant plus de deux ans, j'ai l'impression que c'était hier.

    Pourtant le chemin parcouru est long, il n'est pas fini et j'espère qu'il sera encore beau et long.

    Mon ange, tu m'as fait grandir, tu m'as fait avancer, tu m'as fait réfléchir, tu m'as fait sourire, tu m'as rendue plus forte, ta présence dans mon coeur est un soleil. J'arrive désormais à penser à toi et à parler de toi sans pleurer.

    Parfois, quand la vie se révèle un peu dure en très peu de temps par des sujets de concours pas patachons, des accidents de scooter bénins à plus de peur que de mal, par des terribles nouvelles de connaissances, mon coeur se transperce à nouveau. Ca fait mal, ça fait horriblement mal.

    Mais tu es là à veiller sur moi, je suis là à veiller sur la Lapinette, et je souris à la vie.

    Parce que je vous aime. Si fort.

  • Digressions

    Je me rendais compte que l'année dernière, et l'année d'avant, je comatais beaucoup plus devant la télé. Depuis que j'ai repris une activité rémunératrice, n'abusons pas du mot travail, je n'ai pas vu le passage à 10 lettres de Motus et des Chiffres et des Lettres, j'ai loupé la Nouvelle Star et je suis en train de louper Secret Story.

    Tout fout le camp.

    Ayant malheureusement passé une journée classifiée dans le haut rang de la journée de merde, il n'y a qu'à voir mon niveau de multi-postage journalier, j'ai décidé d'allumer la télé pour retrouver Secret Story. Le pire dans l'histoire, c'est qu'il n'y avait pas Secret Story à la télé puisque je ne connais pas l'horaire de diffusion. Je suis donc tombée sur une émission de Bruce Toussaint mais là n'est pas le propos.

    En zappant, il y avait sur la six une émission de reportage, mon temps de cerveau disponible ne dépassant pas les 5 secondes, j'ai juste eu le temps de voir que le sujet était que les rousses étaient devenues à la mode, tellement à la mode que la maquilleuse interviewée n'utilisait jamais le mot rousse mais uniquement blonde vénitienne, sans doute pour montrer à quel point les roux ne sont toujours autant pas acceptés.

    C'est là que je rebondis sur Secret Story, oui oui mon article a quand même une logique cachée. J'ai du sacrifier ma curiosité et mon peu de temps de cerveau disponible en allant sur wat.tv mater le résumé du début de cette saga estivale. Et hormis le passage sur la candidate ancienne otage de Human Bomb qui a déserté l'émission au bout de deux jours et que la productrice a qualifié de "c'est ça le problème quand on travaille sur de l'humain", on sent un peu les capacités psychologiques d'écoute active de la dame, déjà faut en avoir sacrément dans le ciboulot pour arriver à convaincre une ancienne otage de se faire mettre volontairement en captivité, non mais sérieusement, oui ma phrase aura une fin, il y avait aussi une candidate belge (comme la moitié de la promotion à vue de nez sans lunettes) qui racontait que petite, elle était une pauvre malheureuse car elle était maigre et rousse et tout le monde se moquait d'elle, là je me suis sentie intimement connectée alors j'ai bien écouté la suite, la demoiselle a dit qu'elle avait pris sa revanche sur la vie en se faisant refaire les seins et en devant gogo danseuse.

    Ouf, j'ai eu peur. Moi, j'ai toujours cru Jean-Jacques Goldman quand il disait "Pour que tu sois belle, il faudra que tu le deviennes Puisque tu n'es pas née jolie"que ça voulait dire qu'il fallait te fabriquer une aura par ton intelligence, si j'avais su qu'il fallait juste payer 2000€ pour une paire de nibards en plastoc, j'aurais fait moins d'études.

    Ah, la vie est plus simple pour les simples d'esprit.

     

     

    Cet article est gentiment dédicacé à l'abruti qui prend le chou à mon Biscotte au point de lui faire oublier notre Lapinette et au second abruti de comptable de mes deux qui m'a pris le chou en me rappelant l'absence trop douloureuse de mon Ange.