Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mabroukhe

  • Petits gerbouillis et c'est reparti

    Vois-tu, cher lecteur enchanté de ce blog, ma personne et moi-même allons mieux. Oh non pas physiquement, il ne faut rien exagérer, mais moralement il se peut qu'il y ait eu une nette amélioration aujourd'hui. Non pas que j'allais passablement mal, mais bon voilà, la grossesse et moi, on n'était pas encore super en phase, il me restait ce besoin de vital de personnification de l'EBO.

    Après un rêve chelou contenant Mamour, du sesque ou un accouchement prématuré, je me réveillais bien dans le pâté. Puis, j'ai vu Mamour en vrai puisque ne plus pouvoir respirer depuis une semaine commence à me gonfler prodigieusement. Notre discussion porta plus sur l'EBO que sur la santé de mes sinus, mais au moins, en repartant, mon ordonnance d'amoxicilline et moi, je trouvais enfin le surnom de l'EBO, à l'instar de Barnabé, Gunther et Mabroukhe, les précédents locataires personnifiés de mon utérus, à croire que c'est une vraie auberge de jeunesse là-dedans.

    Avec l'Agneau, nous parlâmes forcément de prénoms, car c'est un sujet qui, contrairement aux conventions populaires à deux balles et tout le monde sait combien je les emmerde, doit être traité et clos dans les tous premiers mois de grossesse. Après j'ai trop à faire à flipper sur tous les syndrômes de la terre, je ne peux pas en plus lui changer de prénom toutes les semaines, il faut que ce soit clair dans ma tête, la personnification, tout ça, ça fait partie de mon processus de maternage, j'y peux rien, c'est comme ça. Mon enfant devient réel à partir du moment où j'accepte son existence dans mon ventre et à partir du moment où il a premièrement un nom de grossesse et deuxièmement un prénom de naissance.

    Par exemple, Barnabé n'a jamais eu de naissance, car à 19 ans, je savais qu'il ne verrait jamais le jour. Mais pour ma santé mentale pré-ivg, il a eu un prénom de grossesse, ceci expliquant peut-être aussi pourquoi j'ai mis plus de 5 ans à m'en remettre.

    Et maintenant l'EBO, dans une même journée, vient d'écoper d'un prénom de grossesse, et je viens presque de valider les prénoms fille et garçon éventuels de l'EBO avec le Biscotte, même si j'attends la dernière validation de mes dernières propositions.

    Tout ça me met en joie, je vais donc pouvoir commencer à angoisser sereinement sur les malformations que l'EBO pourrait choper au cours de son développement, et ça, ça n'a pas de prix.

  • J'ai fini de coudre

    La housse de clic-clac.

    Et je suis super déçue.

    Parce que mes idées à la con, ben souvent, ça ne marche pas.

    Et là en l'occurence, ça n'a pas marché. Alors ça ne ressemble pas du tout à une housse.

     

    Alors je boude.

     

    housseclicclac.JPG

    Souvenir, la vraie housse du dessous, c'est la même que celle d'Anouchka.

     

    Bon du coup, c'est vrai que là ça fait un peu plus joli.

     

    Mais ce n'est pas du tout une housse.

     

    Je boude.

     

    GRAVE.

     

     

     

     

    Sur housse de clic-clac.

    7m30 de tissu en 150 cm de large.

    Couper* une première fois à 3m10. Superposer et couper une deuxième fois à 3m10. Epingler 2 côtés ensemble. Coudre à 1 cm du bord à partir de 60 cm du début du tissu et s’arrêter 60cm de la fin du tissu. Ce sera la couture centrale de la housse.

    Couper un carré de 61cm de côté. Couper ce carré dans la diagonale. On obtient 2 triangles rectangles de 61 cm de côté. Fixer chacun des côtés de 61 cm sur les bords non cousus précédents. Coudre à un cm du bord. Ce sera les triangles d’aisance quand le clic-clac est en position canapé.

    De chaque côté, couper 47 cm de tissu sur les 150cm de largeur initiale de chaque pan de la housse.

    On obtient donc deux rectangles de 3m10 sur 47 cm. Recouper pour qu’ils fassent 30 cm de hauteur. Les coudre ensemble à une de leur extrémité en raccordant les rayures du tissu.

    Couper 40 cm à chaque bout et faire un double ourlet de 2 cm (donc avec 4 cm de tissu).

    Faire un ourlet simple sur toute la longueur de la bande.

    Coudre du scratch sur les premiers 20 cm à chaque extrémité de la bande. Le contour de la caisse du clic-clac est fini.

    Reprendre la housse, former 2 boutonnières centrales à 10 cm d’intervalle à 1 cm du bord et de 2,5 cm de long sur l’un des deux longs côtés. Couper chaque coin en oblique à 58 cm des bords « courts » et à 28 cm des « grands » bords. Faire un ourlet tout autour de la housse en y insérant de la fine cordelette (chaque extrémité de la cordelette sort par une des boutonnières).

    La housse est finie et dans la théorie, en tirant sur la cordelette, ça aurait du froncer le tissu pour bien le fermer sur le clic-clac. Ben c’est pas du tout le cas !

    Dans le reste du tissu, couper deux rectangles de 57 cm par 40 cm et quatre rectangles de 40 cm par 30 cm. On fait un ourlet simple de 1 cm sur un seul des côtés de 40 cm de chacun des petits rectangles. On positionne deux petits rectangles sur un grand rectangle avec les ourlets au milieu et visible. On coud tout autour. Et on obtient nos deux housses de coussin.

    Intérêt du tissu Ikea : rapport qualité/prix excellent, très facile à manipuler et à coudre.

    Difficulté de la housse : manipuler 3m10 de tissu sur une table qui en fait 80*80, c’est un peu galère, il faut toujours que la housse soit pliée en accordéon et on la déplie au fur et à mesure que l’on coud.

    (*) Je précise pour les couturières néophytes que non on ne s’ennuie pas à couper au ciseau sur toute cette longueur. En plus, on risquerait de ne pas couper droit. Et ça me gonfle assez de me pointer chez Ikea ou n’importe quel magasin de tissu en self service et de voir que le tissu a été coupé au ciseau sur toute sa largeur, vas-y pour savoir si c’est droit, GRRR.

    Bref, on fait une entaille à la longueur désirée et après on tire très fort, le tissu se déchire tout seul et TOUT DROIT.

  • Bande de voyeurs

    Je vois bien que plus je suis prête à accoucher, plus les visites augmentent.

    Bande de petits coquins.

    IRL, c'est le même scénario. Il y a des gens qui appellent, comme ça, pour prendre des nouvelles.

    L'air de rien.

    Prenez moi pour une gourde.

    Et ça se finit toujours par "Mais tu m'appelleras hein quand elle sera née ?"

    Des fois, il y a même l'ajout "Non parce que l'année dernière, j'ai envoyé un texto et je n'ai pas eu de réponse".

    Certes.

    Néanmoins.

    L'année dernière, j'avais passablement autre chose à penser que d'aller avertir la planète entière de la tragédie qu'on était en train de vivre. Et que la suite me donna raison, puisque des gens ont été au courant le lendemain par des moyens sur lesquels je m'interroge encore et qui me laissaient des messages pour me dire de les rappeler et qu'ils étaient désolés.

    Très bien.

    Donc ça veut dire que celui qui veut se tenir au courant sait très bien par qui obtenir l'information. Donc pas la peine de quémander un texto. J'espère évidemment que j'en enverrais beaucoup plus que l'année dernière, je vais donc acheter une mobicarte de réserve, oui bon je suis encore au forfait bloqué à 15€ par mois what else ?, mais je compte fermement sur le schéma en étoile.

    Ou en flocon, as you want.

    J'alimente les principaux canaux de distribution, et après tournez les serviettes.