Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

reconversion

  • Le douloureux parcours de la reprise d'études

    Ca fait maintenant des mois que je vous fais poireauter avec mon GPS, celui de ma reconversion professionnelle.

    Pour partir sur de bonnes bases, il faut savoir que je bosse pour une très grosse boîte ultra-capitaliste où l'éthique et l'humain sont mis en avant dans des pubs (ça s'appelle la communication) mais pas dans les faits (ça s'appelle le business-model).

    Comme évidemment je suis un gros boulet qui cumule plein de tares (femme, moins de 30 ans, 2 ans de maternité, fausse couche, perte d'un enfant, enfant en bas âge, temps partiel, grande gueule, ...), je suis la joie des mannes à d'jeures pour déverser leur fiel, leur logorrhée discriminatoire et appliquer leurs compétences très poussées en contournement de lois.

    C'est comme ça qu'ils ne m'ont pas augmenté depuis 2 ans (car mes congés mater n'ont pas été pendant la période d'augmentation donc ce n'est pas de la discrimination), que je suis mal notée depuis 2 ans (ouais c'est pareil que le CP ici) et que mon bilan de compétences sur mon DIF a été refusé.

    DIF = Droit Individuel à la Formation. Ce sont des heures que chaque employé cumule chaque année. Un bilan de compétences coûte 24 heures par exemple. Moi j'en cumule une petite vingtaine par an grosso modo, j'en possède plus de 70. Ces heures, si elles ne sont pas employées, disparaissent au bout de 5 ans. On peut utiliser son DIF pour n'importe quelle formation dispensée par un centre agréé (oui même poterie). L'entreprise ne peut pas imposer à un employé de déduire une formation obligatoire sur son DIF. Par contre, l'entreprise a le droit de refuser une fois l'utilisation d'un DIF, et le refus est valable pendant un an.

    Je n'ai donc pas fait de bilan de compétences, je n'ai pas entamé mon DIF et je vais le perdre.

    Parce qu'aujourd'hui, j'ai déposé ma demande de CIF auprès de ma DRH, car mon manne à d'jeure a refusé de me voir. Débordé, qu'il a dit. Ca s'appelle la proximité du management, puisqu'il m'a proposé un rdv pour le 6 mai. Bah voyons.

    Sauf qu'une demande de CIF doit être déposée légalement 4 mois avant le début de la formation. Formation qui débute le 31 août, suffit de faire le calcul, je suis short, je sais.

    CIF =  Congé Individuel de Formation. Ne peut pas être refusé au grand dam de la DRH. Il peut être décalé si plus de 2% de l'entreprise est en CIF (ce n'est pas mon cas) ou pour raisons de service, et dans ce cas décalé au max de 9 mois. Sauf que les raisons de service n'existent pas dans l'Enterpraïllze (c'est le business-model lol).

    Mais, l'entreprise a quand même un délai d'un mois pour répondre positivement à ma demande.

    Puis, légalement, 3 mois avant le début de la formation, il faut déposer son dossier de demande de financement au Fongecif si on veut se faire rembourser les frais de formation (18 000 € dans mon cas) et/ou 80% de son salaire pendant un an (bah si ils veulent, je veux bien aussi hein).

    Et eux, bah ça prend du tout. Je ne sais pas combien, je vous dirais ça plus tard.

    Par contre, la réponse à mes oraux de l'école que je veux faire, c'est le 10 mai.

    J'ai donc optimisé ma faineantise. Je n'ai besoin de remplir le dossier Fongecif que si je suis acceptée à l'école, et si mon CIF est accepté.

    Et si j'ai besoin de le remplir, là j'aurais une petite semaine pour prendre un rdv avec un conseiller et pondre des lettres de motivation pour mendier des sous. Ce n'est pas comme si je n'y avais pas déjà passer une nuit dernièrement la veille de mon oral.

    Hum. Hum.

    Ah oui, mon projet professionnel, bah une autre fois, hein, c'est déjà un peu long, nan ?

  • Souk inside

    Le Cerveau : Oh dis, tu te moquerais pas un peu de nous, là ? Une otite, rhinite, sinusite, conjonctivite à 30 ans ? Dormir 36 heures d'affilée, c'est quoi ton délire ?

    Le Corps : 29 ans, si tu le permets.

    La Conscience : oui, 29, s'il vous plaît, les amis.

    Le Cerveau, Le Corps : Oh toi, ta gueule, c'est de ta faute si on en est là !

    La Conscience : mais euh non, arrêtez ces sarcasmes de culpabilité, peace and love les amis. Et pis d'abord, c'est le Cerveau qui veut toujours tout contrôler.

    Le Corps : ah ça c'est bien vrai. On est obligés de se mettre break down pour qu'il comprenne le concept de vacances.

    Le Cerveau : ah ouais facile celle là. Tu crois qu'on a que ça à foutre ? Tu crois qu'on a de comptes à rendre à personne ? Et pis tu pourrais pas prendre autre chose que des maladies infantiles, une otite, putain une otite, ça fait mal connard !!!

    La Conscience : non, on n'a de comptes à rendre à personne.

    Le Cerveau, Le Corps : Oh toi ta gueule, ça allait mieux avant quand tu t'y mettais moins souvent !

    Le Corps au Cerveau : tu crois que tu l'as pas un peu trop choutée ?

    Le Cerveau : effet de bord, c'est toi que je voulais chouter, mais je suis plus équipée en anxiolytiques qu'en antibio contre les otites, les otites bordel, c'est pour les bébés !!!

    La Conscience : Peace and love les amis, la vie est belle, le GPS (copyright Aurelia Dalma) avance plutôt bien pour le moment ...

    Le Cerveau : oui, ok, 18/20 à l'écrit c'est tip top boulette. Mais je rappelle qu'on est encore là dans un endroit sordide à pisser du code et à se flétrir le neurone, que pour faire encore avancer le GPS, il faut écrire 5 lettres de motivation, et aller à la Poste.

    Le Corps : Mouahah, la Poste. Rappelle moi où t'en es du BJB de Gingko ?

    Le Cerveau : je t'ai contré, imbécile. La carte est dans l'enveloppe, il faut encore inscrire l'adresse de Fred sur l'enveloppe et aller à la Poste.

    La Conscience : La Poste, OMG, il faut que j'en parle à mon psychothérapeuthe.

    Le Cerveau, le Corps : Oh toi, ta gueule, chochotte.

    La Conscience : Ouais enfin, faut aussi un corps pour y aller à la Poste hein et pour le moment, il n'est pas méga opérationnel hein.

    Le Corps : hey, tu vas pas t'y mettre toi aussi ? Je suis fatigué. A qui a-t-on infligé deux ans de grossesse, deux césariennes ?

    Le Cerveau, la Conscience : A moi, à moi !

    Le Corps : A qui a-t-on conscienceusement tranché le gras du bide pour faire sortir deux magnifiques bébés ?

    La Conscience : Et qui a du entamer un long processus de recherche de soi dans la quête de la paix intérieure et de l'épanouissement personnel ?

    Le Cerveau : Et qui doit vous gérer tous les deux et continuer de vous faire avancer dans le monde réel ?

    ....

    ....

    Le Cerveau : Pouce ?

    Le Corps : Sport, vie saine ?

    La Conscience : Drogue, alcool ?

    Le Cerveau : FUCK.

  • Faut pas que je dorme

    Non non. Pas de sieste en plein soleil.

    Je sais bien que je suis en arrêt maladie (et sans coucher) aujourd'hui, mais si je m'endors, ça va encore être pour plus de 3 heures, je vais louper la sortie de crèche, je vais avoir la tête dans le fion pour aller voir le PTH. Alors non, ce n'est pas une bonne idée, ne pas dormir.

    Mes paupières sont lourdes, mes mains tremblent, mes paupières sont très lourdes, la musique est très forte, j'y arriverais pas.

    Ne pas dormir.

    Mamour a dit de me remettre au lexomil. Genre mon état est au bord de la catastrophe.

    En même temps, y a personne pour me faciliter la vie hein.

    Je sais, c'est moi qui me suis lancée dans cette histoire de reconversion. Et quand je me lance dans quelque chose, je n'échoue pas, ce n'est même pas envisageable, je fais et je me donne tous les moyens de réussir. Aussi lointain que remontent mes souvenirs, tout ce qui était réalisable uniquement par ma volonté a été fait. Alors si je décide de me reconvertir et que ça ne marche pas, ce sera uniquement à cause d'un évènement extérieur genre un refus de financement. Je le vois bien venir celui-là. Enfin bon, on n'en est pas là.

    Ne pas dormir. Ecouter le ronronnement du sèche-linge.

    Nan.

    Ne pas dormir. Où est le coca ??