Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vacances

  • Je crois bien que je viens de rentrer de vacances ...

    Avoir mis le best of des Beach Boys dans la voiture des BP pour rendre les arrivées beaucoup plus plaisantes, et les retours moins douloureux, 5h00 du mat, fenêtres ouvertes, cheveux qui volent, les yeux pas trop collés, la route déserte, le TGV (trop) climatisé.

    8h45, du soleil, retrouver son scooter, adieu la prime de vol, adieu aussi les tracasseries administratives. Partir au hasard les yeux collés. Que Paris est joli sous cette lumière, vindiou qu'est-ce que ça caille.

    Se diriger vers le Sud, se rappeler qu'on bosse plutôt au nord, se diriger inexorablement vers chez soi, se rattraper au dernier moment, se perdre, voir le compteur de réserve d'essence monter dangereusement, interroger les autres sur la présence d'une pompe, entendre 42 versions différentes, ne pas en trouver une seule entre gare de lyon et pont de puteaux, voir des escargots bleus, tournoyer encore et encore pour trouver le pétrole, faire 1/2 tour par un passage piéton sur une 2*2 voies pour récupérer le Saint Graal Total.

    11h00 du mat, je repartirais bien en vacances. Tout de suite.

  • I have a dream

    Toute éveillée.

    L'absence de lexomil faisant revenir le galop de mon cerveau, je me suis dit qu'il était temps que je m'occupe de nos vacances aoûtiennes. Exit les destinations lointaines et farfelues, venez à moi projets plan-plan franchouillard pour jeune famille avec petit bébé bientôt marchant, enfin j'espère.

    Alors autant rempiler sur les coins qu'on a aimé et qu'on aimerait approfondir, genre si jamais un jour on se décide à se bouger le fessier en province sans débarquer comme des banlieusards ignares, youhouh c'est nous, oh c'est joli la campagne.

    Ahem.

    J'ai donc trouvé un joli studio de vacances qui donne directement sur le canal du Centre (GETA - Google Est Ton Ami) et donc par là-même, logiquement, j'ai dévié sur seloger.

    Et j'ai trouvé un lot de 2 maisons dont une directement habitable avec un grand terrain sur le canal du centre pour la modique somme d'un appartement de 65m2 dans le centre du Village actuellement notre.

    J'ai fait des calculs dans tous les sens, et en continuant de payer notre loyer actuellement (excusez, faut que j'aille me petit-suissider), la crèche et autres joyeusetés, on pouvait se payer le bouzin sur 20 ans.

    Bon par contre, on n'avait plus d'argent pour les travaux à moins de vraiment quitter notre banlieue définitivement pour cohabiter avec les vignerons bourguignons.

    Mais l'idée fait son chemin.

    En attendant, je vais retourner fêter une autre fois l'anniv de la Lapinette, et demander au Biscotte de valider notre studio de vacances.

    Tchô.

  • La meute

    Dans les joies de la procréation, il y a le moment tant redouté des vacances scolaires. Oh non, ne croyez pas qu'il faut attendre d'avoir un enfant en âge d'aller à l'école parce que la crèche, elle, elle embauche des gens avec des enfants en âge d'aller à l'école. C'est ça la perversion du système. Alors la crèche ferme 4 semaines en août. C'est d'autant plus rageant que nous, on était ravis de ne pas faire partie ni des juillettistes ni des aoûtiens, surtout les aoûtiens, les plus nombreux.

    Comme je ne serai pas étudiante en septembre, il faut donc que je garde précieusement mes 4 semaines de congés proportionnellement à mon temps partiel, c'est le côté moins drôle de la chose.

    Je dois donc me résoudre à aller coller ma Lapinette une semaine chez la BM et une semaine chez la MC pendant le mois d'août pendant que j'irais à la sueur de mon front gagner durement ma croûte. Rien que d'y penser, ça me rend dingue. Je n'ai aucune envie de ne pas voir ma Lapinette au minimum 5 jours d'affilée. Et la pauvre Lapinette va finir complètement dingo que ce soit avec l'une ou l'autre de ses grands-mères. Et la DDASS ne fait rien pour ça ?

    Pire, quand on décidait quand même de se prendre une semaine en plein dans la période des gueux scolarisés en vacances, on allait directement se coller à côté de la piscine des BP. Sauf que la donne a changée, elle s'appelle Lapinette et il est donc hors de question de passer une semaine complète tanqués chez les BP.

    C'est là que j'ai découvert aujourd'hui qu'en tant qu'aoûtien, il faut réserver son hébergement entre novembre et janvier. Vaste blague. Tu me vois prévoir ma vie plus de 6 mois à l'avance ??

    Bon déjà que pour ça, il faudrait avoir une destination. Sachant que la semaine d'avant ou inversement, il faut aller chercher la Lapinette dans le SFE et la semaine d'après ou inversement, il faut aller amener la Lapinette en Brittonie du Sud. Pour limiter les trajets, il faudrait donc partir en vacances ... à Poitiers.

    Nan c'est pas drôle.

    Alors j'ai pensé au Lac de Constance. Mais ça va être plein d'Allemands, ceux qu'on se coltine pas encore en France, et un an sur deux, y a des tornades sur ce lac au mois d'août. Avec le bol que j'ai, ça va être pour ma pomme.

    Alors j'ai pensé à Gênes. Mais ça va être plein d'Italiens, et les temps de trajets sont monstrueux. Je rappelle que nous ne prenons pas l'avion, volcan islandais ou non.

    Le Biscotte a pensé au pays basque. Mais ça va être plein de néerlandais, italiens, espagnols, allemands, chtis, bretons, la galère quoi. Et pareil pour les temps de trajets, c'est affreux. Et la météo dans le Sud-Ouest, ahem, c'est quand même vachement aléatoire. Alors se taper des heures de caisse ou de train pour aller affronter une tempête, merci bien.

    Alors si quelqu'un voulait bien me prêter sa villa avec piscine sur le bord nord de la Méditerranée (Corse et Sardaigne comprise), ce serait avec plaisir. Non ?