Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vente

  • Faites ce que je dis, pas ce que je fais

    Début novembre, j'allais déposer avec de grandes sueurs de peur ma grosse moto à un dépôt-vente.

    Parce qu'au bout de 2 mois, je n'avais eu aucun appel en annonce traditionnelle et que l'hiver s'annonçait rude et la voir traîner là sur le parking ne me paraissaît pas une bonne solution.

    La météo me donna raison.

    Arrivée à Cimo Expo, j'apprenais que mes roulements de direction étaient morts. 200€ de frais. Ce qui m'a fortement chagriné c'est que la semaine précédente, j'avais claqué 400€ chez Honda pour une révision complète dont 190€ de pneu avant et qu'il avait juste conseillé de penser à changer les roulements. Or, on change les roulements avant le pneu normalement. Mon estime de Honda Hauts de Seine a donc sérieusement diminuée, je suis peut-être une bleusaille mais je peux aussi comprendre et éviter de me faire enfler.

    Cimo Expo prend 400€ de frais de vente, finalement pour 4 mois de parking ça reste honnête.

    Par contre, ils m'ont dit "Dès qu'on la vend, on vous envoie le chèque, on fait pas comme les autres, attendre 3 semaines avant de verser l'argent".

    Ah bon.

    Alors quand il y a un mois, il m'a appelé pour me dire qu'il avait un potentiel acheteur si je baissais le prix de la moto de 400€ (ce que j'ai fait) et ne voyant pas arriver de chèque, je me suis dit que l'acheteur s'était dédit.

    Bah voyons.

    Hier soir, dans la boîte aux lettres, un chèque daté du 10 mars pour une vente effectuée le 18 février.

    Prenez moi pour une débile, j'aime.

    Bon je m'en fous, la moto est vendue, il faut que je me batte pour récupérer les sous de mon assurance et le sujet sera clos, une bonne chose de faite.

  • So far away

    Aujourd'hui fut ma dernière balade avec ma Deauville 650.

    Balade étant un bien grand mot.

    Trouillarde, pas rassurée, mais quand même, tout se passe bien jusqu'à ce que je m'arrête au feu qui mène au periph derrière un camion de la Brinks.

    C'est typiquement le genre de chose, quand je me suis arrêtée, j'ai laissé 5 bons mètres entre nous et je me suis dit "Si ça se trouve, ce con va reculer". Puis aussitôt, "Meuh non, on recule pas devant le periph".

    Ben si.

    J'ai donc appuyé sur mon klaxon, fait défiler mes petits petons sur le bitume pour que la moto recule, t'as déjà vu quelqu'un reculer en moto, non, ben c'est normal, c'est pas fait pour ça, j'ai vu défiler ma vie, j'ai hurlé à la mort, je n'ai même pas eu la présence d'esprit de prier, je me demandais ce que ça faisait de mourir, ça a duré des plombes, et ce connard a fini par arrêter de reculer. Son voisin de feu m'a regardé (c'est lui qui a du lui précisé qu'on égorgeait un cochon derrière), il m'a rien dit, il n'a rien fait. Le camion a bifurqué vers une autre route en sens interdit pour pas prendre le periph, comme ça sans rien dire, sans rien faire. Personne ne s'est arrêté, mon ptit coeur non plus, j'ai fait une semi crise de tétanie, les voitures défilaient sur mes côtés parce que je les faisais chier, j'ai pris le periph comme ça dans un nuage complet, je ne savais pas où j'étais.

    Après ça a continué, dès qu'une voiture était arrêtée ou en double file, elle déboîtait juste devant moi. Un vrai cauchemar.

    Je suis enfin arrivée au dépôt vente. Qu'importe son prix, je ne l'aurais jamais reprise.

    Mes roulements de direction étaient morts, bim 183€ en moins. 400€ de frais de vente.

    Et puis généreusement, au bout d'un quart d'heure, les frais de lavages à 50€ ont disparu (et comment on peut essayer de faire croire qu'un quart d'heure de karcher et de polish vaut 50€ hum).

    Bref, la moto est là bas, en vente à 3600€, et j'en aurais 3000 et des brouettes. J'espère avant Noël.

    Et la grosse moto, c'est finito. Away. Trop vieille pour ces conneries.

    (Maintenant je veux rester planquer dans ma couette et oublier tout ça).